Getty Images

Bottas : "Ce fut un gros choc mais je préfère ce genre de circuit punitif"

Bottas : "Ce fut un gros choc mais je préfère ce genre de circuit punitif"

Le 28/06/2019 à 19:22Mis à jour Le 29/06/2019 à 17:23

GRAND PRIX D'AUTRICHE - Une bonne entrée en matière pour Lewis Hamilton le matin malgré une Mercedes mal réglée, un crash pour Valtteri Bottas l'après-midi : le vendredi de Mercedes en Styrie n'a pas été simple.

Journée contrastée chez Mercedes. Vendredi à Spielberg, les Flèches d'argent ont récolté un meilleur temps grâce à Lewis Hamilton en essais libres 1, et un gros accident avec Valtteri Bottas en essais libres 2. Pas vraiment heureux de leurs W10 le matin, le Britannique et le Finlandais ont pu trouver de meilleurs réglages l'après-midi pour envisager la qualification de samedi avec un optimisme prudent car sur le circuit du Grand Prix d'Autriche se boucle en moins de 65 secondes, ce qui a tendance à compacter la hiérarchie.

"Ce fut un gros choc mais ça va, a raconté Valtteri Bottas, qui a perdu l'arrière de sa machine dans le virage n°6. Il y avait des rafales cet après-midi et je pense que j'y ai eu droit. Les virages ici sont très piégeurs et la moindre erreur est très pénalisante. Mais je dois dire que je préfère ce genre de circuit punitif : c'est ce que j'aime et c'est ce qui le rend plus excitant."

"Avant le choc, j'ai eu un problème avec mon moteur (une fuite d'huile) ce matin, qui nous avait obligés à revenir à l'ancienne version, a-t-il poursuivi. Ça m'a un peu gêné mais nous avons trouvé une direction de set up claire. Nous avons fait des changements assez importants pour les essais libres 2, et jusqu'à l'accident j'étais mieux."

Essais libres 2 du Grand Prix d'Autriche 2019

"Il nous manqué le genre de séquence de virages que la voiture aime"

Si le numéro 2 mondial a retrouvé la version la plus récente du moteur Mercedes l'après-midi, il n'a pu effectuer de long run en pneus "medium". Mais d'autres écueils attendent ses techniciens. "Il va faire chaud ce week-end, surtout dimanche, et ça va mettre le refroidissement des freins et du moteur à la limite, a-t-il souligné. C'est très serré sur la feuille des temps et c'est ce qui va rendre la qualification sympa."

"Ce fut une journée sans histoire pour moi, même si j'ai cassé deux ailerons avant sur des bordures comme beaucoup de pilotes, a dit Lewis Hamilton. Nous sommes à fond sur une grande partie du circuit cette année - même des virages comme les n°6, 7, 9 et le dernier sont sacrément vite dans ces voitures - et on a trifouillé le set up toute la journée pour progresser. Ferrari paraît particulièrement rapide et il va falloir voir comment ça va tourner samedi. Les chronos sont très très serrés et la plus petite marge fait la différence. C'est un circuit où on peut suivre d'autres voitures et j'espère également que les pneus tiendront."

"Nous ne sommes apparemment pas aussi compétitifs que nous l'étions en France mais ce n'est pas une grosse surprise, a reconnu l'ingénieur en chef, Andrew Shovlin. Il nous manqué le genre de séquence de virages que la voiture aime."

0
0