Le concept expérimental de "course sprint de qualification" devait faire une victime, tôt ou tard, et Pierre Gasly est celle-ci. Après une première sans histoire à Silverstone au mois de juillet, Monza a montré le mauvais côté de la course courte que le promoteur du Championnat du monde souhaite imposer de plus en plus le samedi, afin de densifier le programme des Grands Prix qui en manque parfois.
Le fim de la course sprint de qualification
Qualifié pour la onzième fois de la saison dans le top 6, le vainqueur de l'édition 2020 du Grand Prix d'Italie comptait tenir son rang lors des 18 tours planifiés samedi dans le "Temple de la vitesse" lombard, et au moins gagner une place en vertu de la relégation prévue de Valtteri Bottas (Mercedes) en fond de grille, dimanche pour les 53 tours de la quatorzième manche du Mondial.
Grand Prix d'Italie
Plan tactique saccagé et déprime pour Hamilton, qui voit une victoire "facile" de Verstappen
11/09/2021 À 18:37

"Je ne pouvais plus tourner"

Malheureusement, les choses ont rapidement mal tourné pour le Français, qui ne partira peut-être même pas de la dernière ligne de la grille de départ, mais de la pitlane.
Très réactif à l'extinction des feux, le pilote de l'AlphaTauri n°10 est parvenu à gagner une position avec ses pneus "medium" aux dépens de Lewis Hamilton (Mercedes), parti avec les mêmes gommes. Avant que tout ne se gâte pour lui. Valtteri Bottas (Mercedes) parfaitement élancé de la position de pointe, devant Max Verstappen (Red Bull) et les McLaren, le Français s'est retrouvé dans la cohue du deuxième virage, où l'hésitation d'un des deux pilotes de Woking lui a été fatale.
"On part très bien. Je fais un très bon départ même avec les "medium", a raconté le Rouennais au micro de Canal+. J'arrive à passer Norris, et Lewis aussi qui avait fait un mauvais départ. Après, je suis surpris au deuxième virage par Daniel [Ricciardo] qui avait ralenti. Je ne m'attendais pas à ce qu'il ralentisse autant. Du coup, je le touche à l'arrière. Ce n'est pas un contact très très fort, mais ça a suffi pour casser l'aile avant. Après, l'aileron avant passe sous la voiture au virage n°3. Je ne pouvais plus tourner. Je suis allé tout droit dans le mur…"

Nouveau changement de moteur en vue

Forcément "très déçu", Pierre Gasly a pesté contre cette course ouvertement présentée par le promoteur du championnat du monde comme un divertissement destiné à toucher un nouveau public, avide d'action en un minimum de temps.
"En regardant la course aujourd'hui de l'extérieur, c'est clair que je n'ai vu aucun dépassement", a-t-il déclaré.
Le mal fait, il ne lui reste plus qu'à reporter ses espoirs sur le véritable Grand Prix, traditionnellement le plus court en durée de la saison.
"Ça va être une course très difficile, a-t-il prévenu. Il y a plus de tours demain (53). On a été performants tout le week-end. On va tout faire pour essayer de remonter."
L'optimisme n'ayant pas encore remplacé la frustration, il a sous-entendu que, perdu pour perdu, Honda déciderait probablement de changer son moteur pour un nouveau. Avec pénalités à la clé. "On sait que ça va être une course très compliquée, sûrement en partant des stands", a-t-il conclu.
Grand Prix d'Italie
Tête projetée mais coup du lapin évité : pourquoi le crash de Sainz mérite l'enquête de la FIA
16/09/2021 À 19:32
Grand Prix d'Italie
"Sieste", "génération Y" et "fanfare" : la course sprint, un concept à parfaire
16/09/2021 À 06:23