Getty Images

F1 - Pierre Gasly (Toro Rosso), la parenthèse enchantée qui ne s’est pas refermée

Gasly, la parenthèse enchantée qui ne s’est pas refermée

Le 08/04/2018 à 23:13Mis à jour Le 08/04/2018 à 23:18

GRAND PRIX DE BAHREÏN – Auteur du sixième temps en qualification, Pierre Gasly (Toro Rosso) a bouclé une course brillante où il aura tiré profit d’une monoplace réglée comme une horloge et, surtout, de son talent débordant.

Pierre Gasly (Toro Rosso) a réussi ce qu’il y a de plus difficile en Formule 1 : prolonger l’anomalie. Au Grand Prix de Bahreïn, le jeune Français avait découvert qu’il était le meilleur des autres en qualification, il a surtout démontré qu’il pouvait aussi l’être en course, malgré tout ce qui aurait pu l’en empêcher. Mais avec de l’insouciance, des nerfs et surtout beaucoup de talent, le Rouennais a converti une cinquième place sur la grille de départ en quatrième position sous le drapeau à damier.

Mieux, le pilote de 22 ans n’a même pas tremblé quand il a débordé au premier virage Daniel Ricciardo, titulaire de l’écurie mère, alors qu’un contact avec l’Australien aurait pu avoir des conséquences dramatiques pour la suite de sa carrière, les grands patrons de Red Bull ayant souvent la mémoire sélective lorsqu’il s’agit de promouvoir les jeunes de son académie. La logique mécanique l’a finalement contraint à céder la position qu’il avait gagnée quelques virages plus loin.

Même Magnussen a jeté l’éponge

Mais Gasly n’a absolument pas baissé la garde, ni le pied, lorsqu’il a dû défendre devant Kevin Magnussen (Haas), qu’il avait aspiré après la fin du régime de voiture de sécurité virtuelle. Alors qu’il avait pris l’avantage au n°1, Le Danois, réputé pour prendre tous les risques aux dépassements, s’est finalement résigné lorsque le pilote Toro Rosso a recroisé la trajectoire ensuite. "Après, le rythme a été très bon, a-t-il confié à Sky Sports. J’ai pu creuser l’écart".

Le tout grâce à un pilotage irréprochable, des passages aux stands sans prises de risque et, surtout, une STR13 fiable et performante, malgré un moteur Honda douteux. "Nous ne nous y attendions vraiment pas. Je suis aux anges, je commence à réaliser, a-t-il confié. Merci à l'équipe, la voiture a été fantastique tout le week-end. Aujourd'hui, il y a eu une opportunité, et nous avions la voiture pour saisir cette opportunité".

Pourra-t-il encore bénéficier d’un tel alignement des planètes à l’avenir ? "Nous avons vraiment fait un pas en avant ce week-end, a observé le pilote tricolore, qui dispute sa première saison pleine en F1. Je ne sais pas si nous pourrons être aussi rapides lors des prochaines courses. Nous allons profiter, c’est une belle journée pour l’équipe, pour Honda et pour moi." Effectivement : jamais, depuis son retour comme motoriste en 2015, la firme japonaise n’avait décroché un tel résultat. Pour Toro Rosso, c’est aussi une rareté : seul Sebastian Vettel, Max Verstappen et Carlos Sainz ont réussi pareille performance.

Pierre Gasly (Toro Rosso) lors des essais libres du Grand Prix de Bahreïn 2018

Pierre Gasly (Toro Rosso) lors des essais libres du Grand Prix de Bahreïn 2018Getty Images

0
0