Getty Images

Valtteri Bottas (Mercedes) a fait le job... de numéro 2

Bottas a fait le job... de numéro 2

Le 29/07/2018 à 18:34Mis à jour Le 29/07/2018 à 21:32

GRAND PRIX DE HONGRIE - Valtteri Bottas (Mercedes) a été un facteur essentiel de la victoire de son coéquipier Lewis Hamilton, dimanche, mais la perte de la deuxième place l'a considérablement affaibli. Au point d'admettre qu'il n'est plus loin d'un rôle d'équipier modèle.

Valtteri Bottas a tout fait pour placer son coéquipier Lewis Hamilton hors d'atteinte des Ferrari de Sebastian Vettel et Kimi Räikkönen, dimanche. Il y est parvenu en perdant environ une demi-seconde sur le Britannique lors de son premier relais.

Sur une stratégie à un arrêt, il aurait dû garder la deuxième place mais l'usure de ses pneus l'a obligé à s'incliner dans les cinq derniers tours. De façon peu glorieuse, puisqu'il a percuté Sebastian Vettel lors de la passation de la deuxième place, et tamponné Daniel Ricciardo (Red Bull) lors de l'échange pour la quatrième position.

Si son accrochage avec la Ferrari a été interprété comme un fait de course par les commissaires du Grand Prix de Hongrie, son coup de boutoir contre la Red Bull n°3 a été sanctionné de dix secondes de pénalité, qui n'a rien changé à sa position finale.

"Ça s'est terminé de façon un peu foireuse"

"Nous pensions ne faire qu'un arrêt", a raconté le Finlandais au micro de Sky Sports. "Nous avons dû stopper plus tôt que voulu (tour 16) à cause de Kimi [Räikkönen] : nous devions le couvrir, et encore à 20 tours de la fin tout allait bien, j'avais un bon contrôle, du rythme et une bonne position (deuxième)."

"Mais les pneus arrière ont commencé à mourir", a-t-il poursuivi. "J'ai essayé de me défendre de mon mieux, de façon aussi agressive que possible, mais ça s'est terminé de façon un peu foireuse, avec un aileron avant cassé et tout le reste. Il (Vettel) était à l'extérieur et a tourné très tôt et je n'avais nulle part où aller. Nous nous sommes touchés et j'ai été le seul à avoir des dégâts. Franchement, je pense que c'est un fait de course."

"L'équipe va prendre une décision"

En revanche, il ne contrôlait plus sa Mercedes lorsque Ricciardo l'a attaqué, et il aurait dû laisser de l'espace plus qu'il ne l'a fait à l'Australien. Mais à l'entendre, le pilote de la RB14 n'a pas bien senti le coup... "J'étais à l'intérieur, avec la moitié d'un aileron avant et j'ai aussi bloqué les roues", a expliqué le pilote de la W09 n°77. "Je suis sûr qu'il a vu que j'entrais vite dans le virage mais il a tourné et nous nous sommes touchés..."

Plus vraiment en mesure de revendiquer un traitement égalitaire chez Mercedes en raison de ses 81 points de retard sur Lewis Hamilton, il s'est dit prêt à rouler pour son leader. "Nous devons en discuter", a-t-il confié à la chaîne britannique. "Nous sommes à mi-saison. L'écart de points est grand, il est certain qu'à un moment, l'équipe va prendre une décision."

0
0