AFP

Vettel a compté sur lui

Vettel a compté sur lui
Par Eurosport

Le 10/04/2011 à 11:50Mis à jour Le 10/04/2011 à 15:33

Sebastian Vettel (Red Bull) a dominé le 2e GP 2011 dimanche à Sepang, en se privant du KERS sur la majeure partie de la course. Jenson Button (McLaren) et Nick Heidfeld (Renault) l'ont accompagné sur le podium car la friction entre Lewis Hamilton (McLaren) et Alonso (Ferrari) a fait des dégâts.

Sebastian Vettel (Red Bull) fait un début de championnat parfait. Après deux courses, il compte déjà deux victoires au volant de sa RB7, la voiture la plus rapide du plateau. "Bien joué les gars ! Mais il faut garder la tête froide car tout n'est pas encore parfait", a-t-il lancé à son équipe, juste après la ligne d'arrivée, dimanche à Sepang. Aux habituelles félicitations qui auront encore soigné sa popularité chez RBR, le champion du monde en titre a ajouté un petit rappel aux techniciens : son GP ne fut pas de tout repos sans le KERS.

"Le départ a été crucial", a-t-il expliqué un peu plus tard. "J'ai pensé qu'il avait été bon, et j'ai vu Lewis [Hamilton] surgir à côté de moi. Au virage N.1, ce fut une surprise de voir du noir dans mes retro : j'ai pensé que c'était une Renault. Pour le premier relais, c'était une bonne affaire car j'ai pu creuser l'écart, tour après tour. La course entière a été différente d'il y a deux semaines : c'était bien plus serré, avec plus de pit stops. Je suis ravi : j'adore ce que je fais et je ne pourrais être plus heureux à ce stade de la saison. C'était serré ici. Il faut rester calme et continuer nos efforts, mais les gars savent comment avancer."

Parti de la pole en pneus "tendre", l'Allemand de 23 ans s'est immédiatement constitué une petite marge de sécurité sur son premier poursuivant, l'étonnant Nick Heidfeld (Renault), qui a fondu après la première vague d'arrêts au stand. Alors pisté par Lewis Hamilton (McLaren), le N.1 mondial s'est employé pour conserver quatre à cinq secondes d'avance tout en se voyant interdire l'utilisation du système de récupération d'énergie et 80 chevaux allant avec à raison de 6.6 sec par tour. Il en avait manifestement besoin pour se tranquilliser et il a demandé la confirmation qu'il ne pourrait plus l'actionner jusqu'à l'arrivée. Dans la seconde partie de la course, il a haussé le niveau de son pilotage pour signifier qu'il avait la haute main sur sa 12e victoire dans la catégorie.

Heidfeld deux ans après

Nick Heidfeld en difficulté en fin de relais - tout comme son coéquipier Vitaly Petrov - et passé au stand par les McLaren, Lewis Hamilton paraissait promis au 2e rang comme à Melbourne. Mais le champion du monde 2008 a été retardé par un petit problème à son stand au 38e des 56 tours et il a rétrogradé derrière son coéquipier Jenson Button. Puis, il s'est fait heurter 8 boucles plus tard par Fernando Alonso (Ferrari), trop juste sur un déboîtement. Il a du stopper une quatrième fois au stand, comme l'Espagnol, et il a fini 7e, une place derrière son adversaire. Néanmoins, les commissaires de la Fédération internationale de l'automobile n'en sont pas restés là. Ils ont pénalisé Hamilton et Alonso de 20 secondes chacun ; l'Anglais pour avoir changé plusieurs fois de ligne, l'Ibère pour l'avoir percuté. Hamilton est passé de 7e à 8e après l'arrrivée avec qu'Alonso a gardé sa 6e place. "Je pense qu'il s'est trop rapproché et, en se dégageant, il a clippé ma voiture avec son aileron avant et a cassé mon fond plat. Je ne sais pas combien de perte d'appui cela a engendré", a réagi Hamilton.

Cette friction a laissé Button seul 2e et a offert à Heidfeld l'occasion de retrouver les honneurs du podium depuis Sepang 2009. L'Allemand, qui n'avait pu justifier en Australie son statut de leader chez Renault, a opéré quelques dépassements tranchants dont un ultime sur Hamilton. Pour finir, il a résisté au retour de Mark Webber (Red Bull), très mal parti sans KERS et encore sur un arrêt de plus que la norme. Enfin, le dernier coup de théâtre de cette 841e course de l'histoire du championnat du monde a été l'erreur de Petrov. Le Russe, 3e à Melbourne, aurait pris la 8e place s'il n'avait décollé sur une bordure et fracassé sa direction à l'atterrissage.

Au classement du Mondial Pilotes, Vettel est à la tête de 50 points. Button suit avec 26 unités, Hamilton et Webber 22 et Alonso 20. Red Bull a amassé 72 points chez les Constructeurs. McLaren, 2e (48), précède Ferrari (32), Renault (30) et Sauber (6). Mais cet ordre va vite évoluer car la Chine accueille le 3e GP 2011, le week-end prochain.

0
0