Getty Images

Red Bull : Verstappen accidenté, renvoyé par Helmut Marko, tancé par Christian Horner

Verstappen accidenté, renvoyé par Marko, tancé par Horner

Le 26/05/2018 à 19:03Mis à jour Le 27/05/2018 à 00:20

GRAND PRIX DE MONACO - D'ordinaire couvert pour ses erreurs, Max Verstappen n'a cette fois pas pas bénéficié de la clémence d'Helmut Marko et Christian Horner, chez Red Bull, suite à son accident aux conséquences désastreuses, samedi.

Le vent commence-t-il à tourner pour Max Verstappen ? Red Bull avait une rare occasion de briller ce week-end à Monaco mais le Néerlandais de 20 ans l'a gâché à 50% dans un crash à la seconde chicane, dans un remake troublant de celui de 2016. Celui-ci a montré que, malgré un talent précoce, il apprend manifestement moins vite que d'autres grands pilotes avant lui.

L'année même de la première pole position de Daniel Ricciardo en Principauté, le Néerlandais était allé à la faute dès son deuxième tour lancé en Q1, à la sortie du esse de la piscine. Il était parti 21e sur la grille. Pour connaitre son troisième accident en deux jours le dimanche, juste avant le Casino. Tout ça un an après avoir percuté de plein fouet Romain Grosjean (Lotus) à Sainte-Dévote.

Bref, ça fait beaucoup quand on ajoute le double crash de Bakou et le Batave, de retour dans la voie de garage après son choc en essais libres 3, n'a d'ailleurs pas évité un geste de dédain de Helmut Marko, le conseiller sportif qui l'a mis dans le baquet d'une Formule 1 à 16 ans et toujours soutenu.

La boîte de vitesses de sa RB14 endommagée, il a ensuite appris qu'il ne disputerait pas la qualification, et qu'il serait condamné à la dernière place sur la grille de départ de la 6e manche du Mondial.

Horner en a assez

A l'instant de sa faute, #MV33 était en avance sur le meilleur chrono de la session - sa propriété - et il donnait l'impression de prendre le dessus de Daniel Ricciardo. "Il a besoin d'apprendre de ça et d'arrêter de faire ces erreurs", l'a sommé Chris Horner.

Le boss anglais a été d'autant plus frustré par l'épisode que la RB14 n°33 aurait pu être prête à temps pour la qualification grâce à des mécaniciens de la n°3 arrivés en renfort. "Nous avons démarré la voiture et nous avons alors vu une fuite d'huile dans le boîte de vitesses et c'était fini", a-t-il dit.

0
0