C'est avec émotion que Lewis Hamilton avait remporté l'édition 2019 du Grand Prix de Monaco avec un casque reprenant le design du casque porté par Niki Lauda chez Ferrari dans les années 70. Deux ans après, le Britannique n'a pas oublié que c'est le triple champion du monde qui avait su lui parler pour lui convaincre de tenter ce pari que d'aucuns considérait perdu d'avance de passer de McLaren à Mercedes en 2013. Après sa 100e pole position, lors du Grand Prix d'Espagne, le 8 mai, le septuple champion du monde avait rappelé à quel point il s'est jeté dans l'inconnue à l'époque.
Niki Lauda avait rencontré Lewis Hamilton quelques heures après l'arrivée du Grand Prix de Singapour, en 2012, et le champion du monde n'avait pas choisi son moment par hasard. En fin psychologue, il savait à quel point le Britannique était dépité. Ce dernier avait abandonné en tête de l'épreuve, trahi par sa McLaren pour troisième fois de la saison. Ce qui l'avait empêché de se mêler à la lutte pour le titre. L'Autrichien savait le pilote de 23 ans en proie au doute, fatigué aussi par la routine de ses années à Woking. Depuis ses 13 ans.
Dans sa chambre d'hôtel, le triple champion du monde l'avait rencontré pour lui proposer de tourner la page McLaren et rejoindre Mercedes la saison suivante.
Grand Prix de Monaco
Une pole aidée par un crash : Leclerc refuse la théorie du complot, Verstappen et Sainz enragent
22/05/2021 À 17:23

"C'était le seul grand nom peut-être libre"

L'Autrichien avait déjà raconté cette prise de contact opportuniste, mais jamais pourquoi il avait pu discuter avec le champion du monde 2008. A qui il avait proposé un projet séduisant, en usant un peu de bluff.
https://i.eurosport.com/2014/11/21/1356663.jpg
En homme pragmatique, Niki Lauda avait émis quelques mois plus tôt un doute devant le conseil d'administration de Mercedes sur la poursuite de la carrière de Michael Schumacher, à 43 ans. Une situation qui n'affolait pas Norbert Haug, le directeur de Mercedes Motorsport, pour qui ce ne devait être qu'une formalité. Le survivant du Nürburgring avait aussi trouvé anormalement long le délai accordé au septuple champion du monde pour décider de son avenir ; en octobre. "Je ne pensais pas que c'était une bonne idée et je leur ai fait savoir. J'ai eu la permission de parler avec Lewis parce que je savais que c'était le seul grand nom qui serait peut-être libre", avait rapporté l'Autrichien à Maurice Hamilton, journaliste britannique chevronné qui vient de publier une biographie (aux éditions Talent Sport) de l'emblématique pilote de Ferrari et McLaren, décédé il y a deux ans tout juste.
Ce fut la première rencontre d'une série qui allait aboutir à un incroyable pari, qui a dépassé toutes les espérances. "Dès le début, on s'est plutôt bien compris, et c'est à partir de ce moment là qu'on a essayé de le convaincre de venir chez Mercedes", poursuit Niki Lauda, dans un extrait d'interview donnée à Motor Sport. Les contacts se sont poursuivis par téléphone et Lewis Hamilton se souvient que Niki a touché la corde sensible en lui avançant son passé de pilote, plus que de conseiller pour la marque allemande. "De là, notre relation n'a fait que s'améliorer", dira le natif de Stevenage.
https://i.eurosport.com/2021/05/24/3139020.jpg

"Je lui ai fait des promesses"

Niki Lauda a ensuite un peu provoqué l'esprit de compétiteur de Lewis Hamilton en lui parlant ainsi : "Si tu restes éternellement chez McLaren, c'est très bien, mais où est le défi dans ta vie ? Je suis passé d'une écurie à une autre, et ceux qui font ça ne s'ennuient jamais." Et de renchérir : "Si tu pouvais être champion du monde dans une Mercedes - une équipe d'usine -, tu imagines ce que ça apporterait à ton image ?" Pour avoir connu la gloire par deux fois avec Ferrari, Niki Lauda savait effectivement que la carrière de Lewis Hamilton pourrait prendre une nouvelle dimension, en associant son image à celle d'une marque infiniment plus puissante, renommée que McLaren, qui à l'époque n'avait construit qu'une supercar et s'appuyait sur sa seule dimension d'écurie privée de Formule 1.
Ce que l'on savait moins, c'est que Niki Lauda s'était un peu avancé pour finir de convaincre Lewis Hamilton. Et que s'il ne l'avait pas fait, le transfert n'aurait peut-être jamais eu lieu. "Je lui ai dit : 'Je pense que Ross [Brawn] a engagé les bonnes personnes aux bons postes.'" Et d'ajouter : "Je lui ai fait des promesses à une époque où je ne savais pas si elles allaient devenir réalité."
Une semaine plus tard, Mercedes annonçait le recrutement de Lewis Hamilton, à la plus grande stupéfaction du paddock. Et la firme à l'Etoile pouvait poursuivre sa campagne de recrutements forte de ce coup retentissement sur le marché des transferts.
Grand Prix de Monaco
Le match est lancé : "Piqué au vif par Hamilton, Verstappen lui a répondu"
25/05/2021 À 16:57
Grand Prix de Monaco
"Prisonnier à Monaco, Hamilton a été de mauvaise foi"
25/05/2021 À 16:57