Les essais du Grand Prix de Turquie sont en train de tourner au fiasco à l'Istanbul Park. Les pilotes avaient dénoncé vendredi une piste inutilement resurfacée, maladroitement lavée, tout simplement en manque d'adhérence en raison d'une remontée d'huile inhérente à tout bitume neuf. Ils n'étaient pas au bout de leur peine.

Samedi, à l'occasion des derniers essais libres avant la qualification de la quatorzième manche du Mondial, la pluie a nettement aggravé les conditions de roulage. Par 13°C dans l'air et 15°C au sol, le tracé s'est transformé en vaste patinoire sur laquelle les pilotes ont roulé en sursis. La glissade, l'équerre, le tête-à-queue, l'accrochage avec un autre concurrent n'étaient jamais loin. On a d'ailleurs vu tout ça, sans avoir à déplorer d'incident grave. Un petit miracle.

Grand Prix de Turquie
Plus de patience, moins de fautes : Leclerc se sent devenir "plus fort"
13/11/2020 À 20:04

Sergio Pérez (Racing Point), Lando Norris (McLaren), Charles Leclerc (Ferrari) et Daniil Kvyat (AlphaTauri) sont rapidement partis en tête-à-queue ; deux fois même pour le Russe. Et le Monégasque a juste eu le temps de signaler que c'était "inconduisible", car les pneus étaient trop froids, avant d'envoyer la Renault d'Esteban Ocon à contre-sens.

Verstappen espère mettre fin à la série de Mercedes

Le risque de faire de la casse était partout mais Leclerc comme ses collègues y est retourné, histoire de se préparer à la course à la pole position (13h françaises), qui a toute les chances de ressembler à une loterie. Il a quand même été proche de faire des dégâts sur une équerre à la 21e minute. Tout comme Carlos Sainz (McLaren) à la 33e minute.

Lewis Hamilton (Mercedes) n'était pas chaud, et vu ses pertes de contrôle on peut annoncer que l'heure qui déterminera la grille de départ ne sera pas une partie de plaisir pour lui. D'autres ont quand même préféré en rigoler comme Daniil Kvyat, qui s'est fait une petite frayeur en rentrant en fin de session.

Max Verstappen (Red Bull), lui, ne s'est pas posé de question. Il a établi comme lors des deux séances vendredi le meilleur tour. Chronométré en 1'48"485, il a laissé Charles Leclerc (Ferrari) à 0"945 et son coéquipier Alexander Albon (Red Bull) à 1"574, pour ce qui est des seuls chronos significatifs.

Le Néerlandais ne va pas s'attarder sur les temps cet après-midi. Pour lui, seule la place comptera. La première si possible, qui mettrait fin à une série de 14 pole positions de Mercedes depuis le Grand Prix d'Abou Dabi 2019.

Grand Prix de Turquie
"Dynamique interrompue pour Renault : l'histoire aurait peut-être été différente avec Alonso"
19/11/2020 À 23:51
Grand Prix de Turquie
Stroll leader fourvoyé, Pérez deuxième mais bientôt remercié : Racing Point, un podium pas si rose
17/11/2020 À 17:07