Charles Leclerc (Ferrari) a été le plus rapide (1:36.810) au terme des essais libres du Grand Prix de F1 des Etats-Unis, vendredi, la deuxième séance s'avérant néanmoins guère significative car dédiée au test de pneus Pirelli pour les prototypes 2023. Mais dans la lutte qui le concerne pour la deuxième place du championnat des pilotes, face à Sergio Pérez (Red Bull) qui a lui réalisé le 10e chrono, le Monégasque pourra se satisfaire de ce très léger ascendant. Et surtout de la pénalité de cinq places sur la grille de départ dimanche à Austin, infligée au Mexicain, après un changement de trop du moteur à combustion interne.
Un point sépare actuellement les deux rivaux, loin derrière l'intouchable Max Verstappen, sacré champion pour la deuxième année consécutive il y a moins de deux semaines après sa victoire au Japon. Pérez compte en effet 253 points et Leclerc 252. Si le suspense reste entier quant à savoir qui finira dauphin du Néerlandais, il demeure quasi-inexistant pour la course au championnat des constructeurs, Red Bull, même pénalisé, ayant de fortes chances d'être sacré pour la cinquième fois de son histoire, au terme de cette 19e épreuve.
Grand Prix des Etats-Unis
Pénalité annulée : Alonso, un exploit récompensé
28/10/2022 À 06:47
Le champagne est au frais, prêt à être débouché... Mais l'heure n'est pas complètement à la fête, car l'écurie britannique s'est fait épingler par la Fédération internationale de l'automobile pour avoir dépassé le plafond budgétaire la saison passée. Selon la FIA, l'infraction commise est "mineure", c'est-à-dire un dépassement en deçà de 5% du plafond alors fixé à 145 millions de dollars. L'instance a annoncé jeudi qu'un accord d'acceptation avait été proposé à Red Bull, qui doit décider de l'avaliser ou non.

Sous les yeux de Brad Pitt

Ce dernier, qui reste confidentiel, peut notamment comporter, selon le règlement de la F1 qui le prévoit, une "pénalité financière" ou une "pénalité sportive". Si l'écurie ne reconnaît pas être en faute, et donc décide de refuser l'accord, l'affaire sera portée devant le comité d'arbitrage compétent en matière de plafonnement budgétaire ("Cost Cap Adjudication Panel").
En attendant le dénouement de cette affaire qui agite le paddock en coulisses, peu d'enseignements pouvaient donc être tirés de cette première journée d'essais, la deuxième séance ayant même été rallongée de 30 minutes pour permettre à Pirelli de tester ses pneumatiques slicks prototypes de la saison 2023.
Derrière Charles Leclerc (Ferrari), le Finlandais Valtteri Bottas (Alfa Romeo) a réussi le deuxième temps (à 715/1000e) et l'Italien Daniel Ricciardo (McLaren) le troisième (à 817/1000e). Max Verstappen (Red Bull) a lui réalisé le septième temps, juste devant Lewis Hamilton (Mercedes), en quête d'une première victoire cette saison - qui serait sa cinquième au total (2014-2017) sur le circuit bosselé des Amériques (5,513 km) - et qui s'est fait une petite frayeur à l'avant-dernier virage en partant un peu trop au large.
Le tout sous les yeux passionnés de Brad Pitt, qui a dîné avec le Britannique jeudi soir à Austin pour évoquer un film sur la Formule 1, dans lequel l'acteur américain tiendra le premier rôle, sous la direction du réalisateur Joseph Kosinski ("Top Gun Maverick") et qui sera produit et diffusé par Apple TV.
Grand Prix des Etats-Unis
Pagenaud : "La F1 aux Etats-Unis, on m’en parle tous les jours"
25/10/2022 À 21:59
Grand Prix des Etats-Unis
"Priver Alonso de son exploit de cette manière est scandaleux"
24/10/2022 À 22:18