Getty Images

Vettel : "Est-ce que vous demandez à Verstappen s'il y réfléchit à deux fois avant de défendre ?"

Vettel : "Est-ce que vous demandez à Verstappen s'il y réfléchit à deux fois avant de défendre ?"

Le 07/10/2018 à 10:35Mis à jour Le 07/10/2018 à 11:11

GRAND PRIX DU JAPON - Sebastian Vettel (Ferrari) n'a pas le sentiment d'avoir manqué quoi que ce soit lors de son attaque sur Max Verstappen (Red Bull) qui lui a coûté un accrochage, des dégâts aéro et un gros retard, dimanche à Suzuka.

Sebastian Vettel a sans doute attaqué Max Verstappen un peu tard à l'arrivée sur la courbe "Spoon", dimanche au 8e tour du Grand Prix du Japon, à Suzuka. Là même où il avait piégé imparablement Romain Grosjean (Haas) au 2e passage, lancé dans une prometteuse remontée.

Mais au bout d'une saison décidemment loin d'être parfaite pour lui, l'Allemand s'est inscrit en faux, dénonçant l'absence de collaboration du Néerlandais de Red Bull.

"J'attaquais pour doubler, et je n'étais pas désespéré de passer, a-t-il expliqué, au micro de la chaîne britannique Sky Sports. Je savais qu'il avait une pénalité de cinq secondes. Il y avait un écart, mais dès qu'il m'a vu il a défendu ; mais j'étais à la corde."

"De mon point de vue, il a essayé d'attaquer alors qu'il ne le pouvait plus, a-t-il estimé. J'ai remonté tout le peloton sans problème. Il faut toujours laisse de l'espace. Là, je n'avais nulle part où aller", a ajouté le pilote de la Scuderia, sixième de l'épreuve et désormais à 67 longueurs du vainqueur Lewis Hamilton (Mercedes) au championnat du monde.

"Sa batterie coupait, la mienne délivrait sa puissance"

Pour donner de la force à son argument, il a souligné l'intransigeance de son adversaire, qui pour repousser une attaque de son coéquipier, Kimi Räikkönen, avait coupé au 2e tour la chicane et était revenu le plus vite possible en piste, au milieu du virage, pour bloquer le Finlandais. Pénalité de cinq secondes à l'appui.

"Regardez ce qui est arrivé avec Kimi [Räikkönen], a dit le quadruple champion du monde. Il sort, revient en piste. Si Kimi ne fait rien, ils s'accrochent. Mais ce n'est pas toujours à l'autre de bouger".

A la question de savoir s''il referait la même chose à l'avenir, Vettel a répondu : "Est-ce que vous lui demandez s'il y réfléchit à deux fois avant de défendre ? Ça fait partie de la course. Je ne regrette pas la manœuvre. Avec le recul, c'est toujours facile. Sa batterie coupait, la mienne délivrait sa puissance. J'avais économisé ma batterie, j'avais plus de vitesse, j'aurais pris le virage. Nous étions côte à côte, il n'a pas laissé assez de place et nous nous sommes touchés."

Reparti 19e et avant-dernier, Sebastian Vettel a fini sixième de la 17e manche du Mondial.

0
0