C'est une première salve de décisions prises pour relancer l'intérêt de la Formule 1. Les aides au pilotage, électroniques ou humaines, seront limitées dès le prochain Grand Prix de Belgique, a-t-on appris en marge des premiers essais libres du Grand Prix de Grande-Bretagne, vendredi matin à Silverstone. Cette décision a été prise mercredi, lors d'une réunion près de Londres, par le Groupe Stratégique de la F1, constitué de six écuries sur dix (Mercedes, Red Bull, Ferrari, McLaren, Williams et Force India), de représentants de la Fédération Internationale de l'Automobile (FIA) et de Formula One Management (FOM), la société du promoteur de la F1, Bernie Ecclestone.

La limitation des aides au pilotage, notamment au départ, au niveau de l'embrayage électronique, et sur la radio de bord, avec des instructions données au pilote par son ingénieur, est l'un des résultats d'une réunion "très constructive, qui a abouti à l'approbation de décisions importantes et d'évolutions innovantes", selon un communiqué de la FIA diffusé dans la soirée de jeudi. Elle a été acceptée à l'unanimité, ce qui permettra de la mettre en oeuvre dès l'épreuve belge à Spa-Francorchamps, fin août.

Formule 1
Senna, Clark, Vettel… : Le Top 8 des pilotes les plus rapides
03/07/2015 À 06:16

Bernie Ecclestone, promoteur de la F1 sur le circuit de Spielberg - Grand Prix d'Autriche 2015

Crédit: AFP

Par ailleurs, après un Grand Prix d'Autriche marqué par une pluie de pénalités excessives pour changements de composants des moteurs, notamment pour McLaren (25 places pour chaque voiture) et Red Bull Racing (10 places pour chacune), un nouveau système a été évoqué, où la pénalité maximum sera une place en fond de grille de départ. Cette modification du règlement technique et sportif devra encore être validée par la F1 Commission, puis par le Conseil mondial de la FIA, la semaine prochaine au Mexique.

A lire : Pénalités "moteur" : Kvyat ne comprend pas la double peine

Des moteurs plus bruyants et plus de liberté pour les choix de pneus

Par ailleurs, des changements seront apportés aux échappements des moteurs V6 turbo hybrides de F1, dès 2016, "pour augmenter leur niveau de bruit", jugé trop faible par certains puristes et nostalgiques. Quant aux pneumatiques, "une plus grande liberté" sera donnée aux équipes pour choisir leurs gommes du week-end, alors que ce choix est actuellement du ressort du fournisseur exclusif, Pirelli.

Des changements "passionnants et innovants" dans le format des week-ends de F1 (qualifications, etc.) ont aussi été abordés. Ils sont actuellement étudiés par la FIA et la FOM pour être éventuellement mis en oeuvre dès 2016. Sur le plan des moteurs, un "mandat a été donné" à la FIA et la FOM par les six écuries présentes pour revoir le cadre de développement des moteurs (jetons, coût, quantité de carburant, etc.), mais un retour des ravitaillements, souhaité par les fans, ne semble plus à l'ordre du jour.

Enfin, les grandes lignes d'un projet de nouvelle règlementation pour 2017, afin d'aboutir à des F1 "plus rapides, au look plus agressif", ont été communiquées aux écuries de F1.

Jenson Button (McLaren) au Grand Prix d'Autriche 2015

Crédit: McLaren

Saison 2015
Pénalités "moteur" : Kvyat ne comprend pas la double peine
02/07/2015 À 09:38
Saison 2015
Les fans trouvent la F1 "chère, technologique et ennuyeuse"
02/07/2015 À 08:31