Getty Images

F1 - Usine neuve, dépenses contrôlées, Ricciardo : comment Renault chasse les "top teams"

Usine neuve, dépenses contrôlées, Ricciardo : comment Renault chasse les "top teams"
Par AFP

Le 13/02/2019 à 01:45Mis à jour Le 13/02/2019 à 10:20

SAISON 2019 - Cette saison, Renault souhaite être plus proche du trio Mercedes-Ferrari-Red Bull que des autres écuries. Pour y parvenir, la marque au Losange s'est donnée les moyens. Sans faire de folies non plus.

Décidé à son retour à se mêler à la lutte au sommet à l'horizon 2020, le constructeur présente désormais un plan qui doit le voir se battre pour des victoires en 2020 et les couronnes mondiales en 2021 au mieux. Neuvième en 2016 avec 8 points, sixième en 2017 avec 57 points, Renault a terminé 2018 à la quatrième place chez les constructeurs avec 122 unités, soit 29 de plus que le cinquième, Haas, mais 297 de moins que Red Bull, troisième. Le champion Mercedes pointait lui à... 533 longueurs.

En 2019, "je veux que l'équipe prolonge sa trajectoire ascendante vers les écuries de pointe", a annoncé le directeur général de Renault F1 Team, Cyril Abiteboul, à l'occasion de la présentation de sa monoplace et de ses pilotes mardi. La marque française a investi plus de 50 millions d'euros pour rénover l'usine dans laquelle elle développe ses châssis à Enstone, village anglais situé dans le triangle entre Birmingham, Londres et Bristol où sont installées une grande partie des écuries de F1.

Vidéo - Héritage, aérodynamique, couleurs : la Renault R.S.19 sous tous les angles

00:50

Après le rachat de la structure à Lotus fin 2015, "on a trouvé une équipe décimée, avec énormément de gens qui étaient partis, une infrastructure dans laquelle personne n'avait investi pendant des années", expliquait Marcin Budkowski, qui dirige le site, en octobre dernier. "Énormément d'effort a donc été consacré à reconstruire une équipe 'présentable' pendant les deux premières années", poursuivait-il.

L'usine remise au niveau

L'usine - îlot de modernité de 2000 mètres carrés en pleine campagne - a augmenté ses effectifs de près de 50% pour approcher les 700 personnes ; plus 300 environ à Viry-Châtillon, en région parisienne, où Renault développait déjà des moteurs pour ses écuries clientes avant de redevenir une équipe à part entière.

Le constructeur a renforcé son service de recherche et développement, agrandi et modernisé sa soufflerie datant de la fin des années 1990 et s'est doté des dernières technologies (impression 3D, machines pour la fabrication des grandes pièces du châssis...). L'objectif ? Accélérer la conception des nouvelles pièces, dans un sport où le rythme de développement est plus que jamais crucial pour atteindre et rester au sommet.

L'usine a également hérité d'une salle d'opération depuis laquelle ses équipes, qui disposent des informations en temps réel, secondent le personnel présent sur les circuits, dont le nombre est limité par le règlement. À Viry-Châtillon, un banc moteur vient d'être rénové et un programme de construction s'ouvre pour accueillir d'ici l'an prochain de nouvelles baies de montage moteur, le département fiabilité et les stocks automatisés.

Comparé aux budgets de Mercedes, Ferrari et Red Bull qui dépassent ou avoisinent les 400 millions d'euros, celui de Renault reste toutefois autour de 300 millions, quand les équipes clientes les plus performantes, Haas et Force India, ont des moyens inférieurs de moitié. "Jamais notre philosophie n'a été d'arriver avec un gros chéquier et de dire : 'on va dépenser plus que tout le monde pour gagner', justifiait Budkowski. On a un budget qu'on estime raisonnable. On veut être plus efficaces, travailler mieux, mais aussi ne pas être entraînés dans une course à la dépense."

Ricciardo pour incarner le projet

Nouvelle étape pour l'équipe française, elle a signé pour 2019 et 2020 son premier "top pilote", Daniel Ricciardo, troisième du Championnat en 2014 et 2016 et sept fois vainqueur de GP, chipé à Red Bull. "Qu'il croie en ce projet, c'est un signal au monde de la F1 et pour nos employés. C'est extrêmement motivant", poursuivait l'ingénieur de formation. "Il nous a coûté un peu d'argent (15 millions d'euros annuels, ndlr) et le fait qu'on le dépense pour s'assurer ses services, ça montre aussi qu'on est sérieux, pas là pour participer".

Daniel Ricciardo (Renault) - 2019

Daniel Ricciardo (Renault) - 2019Renault F1 Team

"Nous chassons les trois meilleures écuries et j'espère jouer un rôle important dans le fait de s'en approcher en 2019, assurait l'Australien mardi. Si nous (son coéquipier allemand Nico Hülkenberg et lui, NDLR) travaillons bien ensemble, cela accélérera la progression de l'équipe et fournira aux ingénieurs les retours dont ils ont besoin pour construire et développer comme il faut la voiture. Ils ont les outils pour ça, il n'y a pas à s'inquiéter sur ce point."

Ricciardo et l'équipe française partagent l'ambition d'être un jour champions du monde. "On commence à voir les fruits de cette reconstruction et, maintenant, on construit sur le futur", a promis Budkowski. C'est assumé publiquement. Ce doit maintenant l'être en piste.

Nico Hülkenberg (l.) und Daniel Ricciardo von Renault

Nico Hülkenberg (l.) und Daniel Ricciardo von RenaultTwitter

0
0