Getty Images

Formule E - Rosenqvist (Mahindra) a craqué, Bird (DS Virgin) en a profité

Rosenqvist a craqué, Bird en a profité
Par Eurosport

Le 14/04/2018 à 17:08Mis à jour Le 14/04/2018 à 18:17

EPRIX DE ROME - Parfois à la limite, Sam Bird (DS Virgin) a profité de la grosse erreur de Felix Rosenqvist (Mahindra), qui a tapé le mur, pour s'imposer sur la 7e épreuve de la saison. Le Britannique a ainsi décroché sa deuxième victoire cette saison. Cinquième, Jean-Eric Vergne (Techeetah) a conservé les commandes du championnat.

Eurosport Player : Suivez la compétition en live vidéo

Voir sur Eurosport

Il a frôlé les murs... et la correctionnelle. Mais Sam Bird (DS Virgin) a eu l'audace de flirter avec la limite sans la dépasser, ce samedi, pour remporter l'ePrix de Rome, 7e épreuve de la saison. Tout le contraire de Felix Rosenqvist (Mahindra). Le Suédois, auteur de la pole position et tranquille leader jusqu'au 24e tour de course, a tout perdu en tapant le mur sous la pression du Britannique.

Lucas Di Grassi (Audi Abt), qui a réussi plusieurs dépassements en fin d'épreuve, et André Lotterer (Techeetah), ont complété le podium. Jean-Eric Vergne (Techeetah), percuté lors du premier tour, a réussi à s'offrir le Top 5 pour conserver la tête du championnat.

Vidéo - A l'épingle, un dépassement à trois a fini en carambolage... à quatre !

00:42

Dominer n'est pas gagner, surtout en Formule E. Bird a eu la bonne idée d'attendre l'erreur de son devancier pour prendre les commandes de la course. Jusqu'alors, le pilote de Roehampton avait été le seul à supporter le rythme du Suédois, sur lequel il a calqué sa stratégie de course en optant pour un changement de monoplace au 16e des 33 boucles, moment choisi par Oliver Turvey (Nio), Nick Heidfeld (Mahindra), Lucas Filippi (Nio) et Edoado Mortara (Venturi) pour s'empêtrer dans un carambolage insolite. Et finalement sans conséquences irréversibles pour les monoplaces !

Vidéo - Cacophonie, erreur fatale de Rosenqvist et envol de Bird : le résumé de la course

03:06

Vergne, lui, a d'abord résisté à l'attaque un peu trop optimiste d'Alex Lynn (DS Virgin) avant d'éviter les obstacles. Il a même profité des difficultés énergétiques de Mitch Evans (Panasonic Jaguar) et Sébastien Buemi (Renault - e.dams) pour s'offrir une cinquième position inespérée après avoir manqué son tour en qualification, où il n'avait pu faire mieux que le huitième temps.

Comme souvent, l'ancien pilote Toro Rosso en F1 a limité la casse, et va pouvoir aborder l'ePrix de Paris sereinement : il a conservé une marge de 18 points sur le vainqueur du jour, son nouveau dauphin.

0
0