Cette fois-ci, le frémissement a été encore plus court. Il y a un mois et demi, lors du Masters, Tiger Woods avait signé un retour à la compétition d'abord emballant. Une carte de 71 (soit -1), sur le légendaire parcours d'Augusta, avait fait naître l'excitation : et si le Tigre avait encore la gagne en lui ? Plus fort que la douleur, que les aléas de la vie. La suite de la compétition avait ramené Woods sur terre (+13 au final, son pire score dans le tournoi). Mais la magie avait au moins un temps opéré, le temps d'une journée...
Jeudi, la réalité a rattrapé la star du golf encore plus vite, lors du premier tour du PGA Championship. Pour son deuxième tournoi, quinze mois après l'accident de voiture qui a failli lui coûter sa jambe droite en février 2021, le Woods a très bien commencé, avec un birdie sur le N.10, dans une ambiance surchauffée à Tulsa (Oklahoma). Au point qu'après avoir frappé un premier drive à 339 mètres, il a dû demander à une équipe de télévision de s'écarter de son chemin vers le fairway : "Laissez-moi un peu d'espace pour respirer".
British Open
Le moment fort : Woods manque le cut et quitte Saint Andrews en larmes
15/07/2022 À 15:25

"Ma jambe ne se sent pas aussi bien que je le voudrais"

Solide, celui qui est redescendu à la 818e place mondiale a sauvé le par sur le N.13, grâce à une belle sortie de bunker, avant de faire encore birdie sur le suivant. Mais il a ensuite marqué le pas, avec notamment trois bogeys consécutifs. C'est devenu compliqué pour lui, physiquement. On l'a vu grimacer à à plusieurs reprises et marcher péniblement.
"Ma jambe ne se sent pas aussi bien que je le voudrais. Je ne peux pas vraiment pousser dessus. Cela me fait mal de m'appuyer dessus, de marcher, de la plier. De faire du golf en gros", a-t-il déploré, confirmant l'impression laissée. Woods (46 ans) est fragilisé. Les multiples fractures ouvertes dont il a été victime ont nécessité de lui insérer une tige métallique dans le tibia, et des vis pour consolider les os du pied et de la cheville.
Il s'est ressaisi en réussissant son troisième birdie du jour sur le N.3. Sursaut éphémère, puisque trois autres bogeys aux 4e, 8e et 9e trous sont venus plomber un peu plus son score (-4), qui le place au 99e rang. "J'ai frappé beaucoup de mauvais coups de fer, surtout en fin de partie. Je n'ai jamais pu approcher la balle pour faire de bons putts pour birdie. C'était une journée frustrante", a résumé le vainqueur de 15 Grands Chelems, qui devra montrer un autre visage vendredi pour passer le cut.

Quatre birdies de rang pour McIlroy

L'Américain y était donc parvenu en avril au Masters, où il avait réussi un improbable retour à la compétition, malgré la douleur et la fatigue, se classant finalement 47e. Autre star qui veut renouer avec la gloire : Rory McIlroy, lui, est bien parti. En quête d'un premier sacre en Majeur depuis 2014, le Nord-Irlandais a longtemps vécu une journée de rêve, réussissant notamment quatre birdies d'affilée entre les N.12 et N.15, une première pour lui dans un Grand Chelem.
Son score a culminé à -6 avec quatre coups à jouer, mais McIlroy a légèrement craqué aux N.6 et N.8, concédant deux bogeys. Il a néanmoins fini sur une note positive, son birdie au N.9 lui permettant de rentrer au club-house avec une longueur d'avance sur les Américains Will Zalatoris et Tom Hoge. -5 pour Rory McIlroy, -4 donc pour ses deux premiers poursuivants.
Un trio suit à deux coups, à la 4e place : Justin Thomas, Matt Kuchar (USA) et le Mexicain Abraham Ancer. A quatre unités se trouvent notamment deux outsiders : l'Australien Cameron Smith et Xander Schauffele, autre Étatsunien dans le coup. "C'est un excellent début. C'était bien de prendre ce bon départ et de faire en sorte que ça dure", s'est sobrement satisfait McIlroy (33 ans), double lauréat de l'épreuve (2012, 2014).

Spieth et Scheffler au-dessus du par

Les deux partenaires de jeu de McIlroy, Jordan Spieth et Tiger Woods, n'ont pu suivre son rythme, sur le parcours de Southern Hills, balayé par un léger vent. Le premier a rendu une carte de 72 (+2), pour pointer au 56e rang, aux côtés de Collin Morikawa, vainqueur de l'épreuve en 2020, et du Japonais Hideki Matsuyama. Le second est donc à +4.
Parmi les favoris, le N.1 mondial Scottie Scheffler, vainqueur à Augusta cette saison, a également vécu une journée en deçà de ses ambitions. Son eagle pour commencer au N.5 fut pourtant prometteur, mais il a ensuite concédé cinq bogeys pour deux birdies et a fini avec une carte de 71 (+1) à la 38e place. Jon Rahm, son dauphin au classement mondial, n'a pas fait mieux (73, +3) et partage la 79e place avec Dustin Johnson. Soit un cran devant Woods, qui aura ce vendredi une nouvelle occasion de faire frémir la foule.
Avec AFP.
PGA Championship
La douleur est trop forte : Woods jette l'éponge
22/05/2022 À 00:30
Masters
Woods : "Je ne pense pas que les gens réalisent vraiment par où je suis passé"
10/04/2022 À 23:11