Reuters

Woods, porté disparu ?

Woods, porté disparu ?
Par Eurosport

Le 15/11/2010 à 20:45Mis à jour Le 15/11/2010 à 22:50

Le circuit a vécu une révolution en 2010. Tiger Woods a ainsi été délogé de sa première place mondiale et n'a pas remporté le moindre tournoi. Une première depuis 1996 et ses débuts professionnels. Un passage à vide que l'Américain minimise et explique par les modifications apportées à son jeu.

Il a pourtant tout tenté. Relégué à 10 longueurs du leader Adam Bland à l'entame du dernier tour du Masters d'Australie, Tiger Woods est passé tout près d'un exploit dont il a le secret. Malgré une excellente carte de 65, à 6 coups sous le par, l'ancien roi de la discipline a cependant dû s'avouer vaincu se contentant d'une quatrième place, certes belle, mais surtout synonyme d'une première saison sans le moindre titre depuis 1996 et ses débuts sur le circuit professionnel.

Une page s'est bel et bien tournée sur la planète golf en 2010. Intouchable au sommet de la hiérarchie mondiale pendant 281 semaines consécutives (un record - 623 au cours de sa carrière), Tiger Woods a été écarté de son trône cette année, donnant l'impression de ne jamais avoir retrouvé le fil de son jeu et de faire sportivement les frais de ses frasques extraconjugales et son récent divorce. L'ancien maitre incontesté de la discipline est rentré dans le rang en 2010, n'intégrant le Top 10 en tournoi qu'à cinq reprises. Les saisons 2000 et 2006 pendant lesquelles il a accroché 13 titres à son compteur donnent le sentiment de n'être plus que de lointains souvenirs.

Enterrer le Tigre serait cependant prématuré. Certes, pour la première fois de sa carrière, il n'a pas connu le goût de la victoire en 2010, mais ce passage à vide ne serait dû cependant qu'à des modifications apportées à son swing. Constamment soucieux d'améliorer son jeu, mais également de réduire les contraintes sur un genou gauche, opéré à plusieurs reprises, Tiger Woods, vainqueur de 14 tournois du Grand Chelem, n'hésite pas à se lancer régulièrement dans de grandes campagnes de ravalement comme en 1997 et 2003, avec les suites que l'on connait. "Je suis déjà passé par là. J'ai gagné le Masters en 1997, puis j'ai changé mon swing au milieu de l'année et jusqu'à mi-1999 je n'ai eu qu'une seule victoire", rappelle l'ancien numéro un mondial alors qu'en 2003 et 2004, il n'a pas gagné le moindre Majeur. Il a su à chaque fois revenir plus fort, c'est pourquoi tous ses rivaux, notamment le nouveau numéro roi, Lee Westwood, ne doivent pas forcément dormir tranquille.

0
0