Imago

Dabaya et la meute

Dabaya et la meute
Par AFP

Le 12/08/2008 à 06:00Mis à jour

L'haltérophile français d'origine camerounaise Vencelas Dabaya va devoir affronter cinq hommes forts dans sa catégorie des 69 kg, deux Chinois, deux Coréens et un Arménien, pour décrocher une médaille très convoitée, mardi à Pékin.

Six des dix concurrents sont en effet capables de monter sur le podium et tout est possible pour Dabaya, de l'or à la médaille en chocolat. "Vencelas est très affûté (il n'aura pas besoin de perdre du poids), en forme et serein", affirme le Directeur technique national Lionel Gondran. "Il est régulier à l'entraînement, avec des barres lourdes, et il est très motivé. Mais il devra affronter deux Chinois, Shi Zhiyong, dont le point faible est l'épaulé jeté, alors que c'est le point fort de Vencelas, ce qui est intéressant tactiquement, et Liao Hui, un jeune qui a soulevé 355 kg (160+195) à son championnat national", précise le DTN.

En lice également dans sa catégorie, le champion d'Europe arménien Tigran Gevorg Martirosyan, qui a battu Dabaya en avril dernier à Lignano Sabbiadoro (Italie), le Sud-Coréen Lee Bae-young, vice-champion du monde et vice-champion olympique, et un Nord-Coréen, Kim Chol-jin, "dont on ne connaît rien, car c'est un pays très fermé, mais dont il faudra se méfier car ça va se jouer à rien", affirme Lionel Gondran.

Dabaya, champion d'Europe de l'épaulé-jeté (188 kg) et vice-champion d'Europe au total olympique (333 kg), veut battre le record olympique de l'épaulé-jeté (195 kg) et absolument décrocher une médaille pour la France, sa patrie d'adoption. "On y croit dur comme fer. Ce serait la première médaille française dans la discipline depuis 32 ans et l'argent de Daniel Senet à Montréal (1976)", conclut le DTN adjoint, Vincent Rigaud.

0
0