Getty Images

Les Bleues en finale après leur victoire contre les Pays-Bas (27-21)

Elles tiennent enfin leur finale

Le 14/12/2018 à 22:28Mis à jour Le 14/12/2018 à 23:38

EURO 2018 - L'équipe de France s'est qualifiée pour sa première finale européenne en battant la sélection des Pays-Bas (27-21), vendredi à Paris. Les joueuses d'Olivier Krumbholz rencontreront pour le titre, dimanche, les Russes, qui les avaient battues en match d'ouverture.

Elles y sont presque ! Les Françaises ne sont plus qu'à une victoire du trophée continental, après avoir battu les Pays-Bas ce vendredi à l'AccordHotels Arena, au terme d'un match un temps indécis mais où elles ont fini par survoler (27-21). Après trois échecs en demi-finale (2002, 2006, 2016), les Bleues d'Estelle Nze Minko, encore intenable ce soir, se qualifient pour la première fois de leur histoire en finale de l'Euro. Et c'est entièrement mérité.

Devant une salle comble, les Bleues ont d'abord soufflé le chaud et le froid en première période. Toujours solides en défense les championnes du monde en titre ont mis 5 minutes à inscrire leur premier but de la rencontre. Amandine Leynaud, encore en forme (5 arrêts à 30% d'arrêts), a maintenu son équipe à flot, puis Estelle Nze Minko a commencé son show (3/3 en première période, 6 buts à 100% de réussite au final) et les Bleues se sont envolées (10-6, 19e).

Mais l'habituelle 2e gardienne néerlandaise, Rinka Duijndam, a enchaîné les arrêts pour permettre à son équipe de progresser rapidement en attaque. Antje Malesein a alors profité des espaces laissés par les Bleues (4/4 dans le premier acte) afin de rester au contact à la mi-temps (12-11). Deuxièmes du dernier Euro, les Bataves ont toutefois été trop maladroites face au but adverse au retour des vestiaires. Elles ont manqué nombre de situations toutes faites, et perdu un grand nombre de ballons, face à des locales revigorées par l'avantage de 4 buts pris dès la 50e minute.

Béatrice Edwige, Astrid N'Gouan ou encore Pauline Coatanea ont multiplié les interceptions, alors que la capitaine Siraba Dembélé a mis son équipe en orbite (4/5 au tir au final), faisant grimper leur avance à 8 buts à 4 minutes de la fin. Tandis que Laura Glauser a succédé de fort belle manière à Leynaud en deuxième période (9 arrêts, 50% de tirs arrêtés), tout le groupe France s'est précipité au milieu de terrain au moment où la sirène a retenti, pour fêter un succès historique. Qui en appelle un autre, dimanche, lors d'une rencontre au sommet face à la Russie pour décrocher le Graal. Un match tenté de revanche : les Bleues ont été battues lors du match d'ouverture par ces mêmes Russes, qui les avaient déjà privé de l'or olympique à Rio en 2016.

0
0