Getty Images

Montpellier rejoint Nantes en finale : l'Europe parle français !

Montpellier rejoint Nantes en finale : l'Europe parle français !

Le 26/05/2018 à 19:42Mis à jour Le 26/05/2018 à 20:48

LIGUE DES CHAMPIONS - Formidable journée pour le handball français ! Après Nantes, qui a gagné le duel 100% tricolore du Final Four face au PSG, Montpellier a battu le Vardar Skopje (28-27), samedi à Cologne. Deux clubs français en finale de la Ligue des champions, c'est une première historique ! Le club héraultais visera un deuxième succès en Ligue des champions, quinze ans après le premier.

Il y aura donc un club français sacré en Ligue des champions dimanche. C’est une certitude après la victoire de Montpellier face au Vardar (28-27) ce samedi après-midi. Un succès historique face au tenant du titre pour le MHB, après un match qui a serré le cœur des fans des deux camps.

Malgré du déchet, parfois, en attaque mais grâce à une débauche d’énergie maximale en défense, Montpellier a livré un grand match, pour se donner une chance de remporter la deuxième Ligue des champions de son histoire et effacer la déception occasionnée un peu plus tôt cette semaine par la perte de la première place en championnat.

Car c’est en bête blessée, victime d’une terrible désillusion suite à sa défaite face aux récents finalistes de la Coupe EHF (C2), mardi, que Montpellier s’est présenté face à l’immense Vardar Skopje de Luka Cindric et Arpad Sterbik, tombeur de Paris en finale dans une ambiance irrespirable l’an passé. Mais fort de ses certitudes acquises lors de la saison (qualification face à deux vainqueurs de la compétition, Barcelone et Flensburg), les joueurs de Patrice Canayer ont mis le feu à la Lanxess-Arena de Cologne.

8 buts pour Valentin Porte

Rien ne fut facile face au géant Macédonien et son équipe de déménageurs, qui ont souvent bousculé les tricolores. Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’ils ont trouvé du répondant en face. Par Valentin Porte, déjà, qui a illuminé la première mi-temps de son équipe, et a tout rentré ou presque (8/10 au tir au final, meilleur buteur de la rencontre). Epaulé par le Letton Jonas Truchanovicius qui a su rentrer des tirs importants, et l’incroyable Michael Guigou (7/8 au tir), toujours là 15 ans après le premier sacre européen du MHB, déjà en compagnie de son coach Patrice Canayer.

Ce dernier aurait eu quelques raisons de se plaindre de l’arbitrage, souvent en défaveur des Héraultais, mais il n’en a pas eu besoin car la réussite de son équipe offensivement (65% de tirs inscrits) a fait passer les deux portiers macédoniens Arpad Sterbik et Strahinja Milic pour deux gardiens de seconde zone (6% et 29% de tirs arrêtés), ce qu’ils ne sont pas du tout. Mais dans ce duel de portier, c’est le Français Vincent Gérard, pourtant pas dans un grand jour (6 arrêts) qui est ressorti la tête haute, bien suppléé par Portner.

Au final, le Vardar, qui confirme que le champion en titre ne réitère jamais le même exploit deux années d’affilée depuis l’instauration du Final Four en 2010, n’aura jamais été devant. Ils n’auront été à hauteur des Montpelliérains qu’à deux reprises : A l’engagement, et à la 59e minute. Le MHB, alors plus en difficulté, avait déjà dû compter sur les coups de massue de Melvyn Richardson (5/9 à 9 mètres), pour continuer à y croire. Et puisque ce match était aussi étrange qu’haletant, c’est Diego Simonet qui a inscrit le but de la victoire d’un tir vicieux, son seul de la partie (sur deux tirs tentés).

Le deuxième exploit de la journée après celui réalisé par Nantes face au PSG, qui permet à la France de s’assurer de terminer le week-end en rapportant le trophée de la Ligue des champions dans l’Hexagone. Le PSG, lui jouera une revanche de la finale de l’an passée - celle qu’on attendait pour le titre final - afin de terminer sur le podium. Et si Montpellier a sûrement laissé passer sa chance sur la scène nationale cette semaine, ils tenteront de se réfugier dans les bras de la coupe continentale qui devrait sans nul doute leur faire oublier leurs récents tourments. C’est ça la magie de la Ligue des champions.

0
0