28 janvier 2020. Voilà quatorze jours que l’équipe de France est éliminée de l’Euro 2020, sans atteindre les phases finales du tournoi. Le mot "fiasco" n’est pas exagéré pour évoquer cette sortie de route : ce fut la première fois de l’histoire que la sélection tricolore quitte un championnat d’Europe à ce stade de la compétition. Didier Dinart, en poste depuis 2016, ne peut être confirmé, tant la débâcle fait tâche. Le sélectionneur est démis de ses fonctions.
Suivez les Jeux Olympiques de Tokyo en intégralité sur Eurosport !

Après le fiasco, Gille face à un grand défi

Tokyo 2020
Krumbholz, le "macho gueulard" devenu légende du sport français
08/08/2021 À 12:14
Guillaume Gille, son adjoint, lui succède. Et l’ancien demi-centre a une mission de taille : qualifier l’équipe de France aux Jeux Olympiques de Tokyo. Pour cela, les Bleus doivent faire bonne figure lors du tournoi de qualification olympique prévu en mars 2020, où deux des quatre prétendants peuvent décrocher leur billet pour le Japon. Mais le coronavirus a bouleversé le monde, et le TQO a été logiquement reporté.
Ainsi, l’agenda des Bleus a été bouleversé. Le premier test grandeur nature pour Gille et ses hommes a été le Mondial 2021, au mois de janvier en Egypte. Après un début de tournoi très prometteur, les Bleus sont éliminés en demi-finale face à la Suède (32-26). Si la prestation tricolore a été plus qu’honorable malgré la défaite, les tricolores vont en revanche faire mauvaise impression lors de la petite finale, logiquement perdue face à l’Espagne (35-29).

France-Croatie, un succès fondateur

C’est lors de ce TQO que l’équipe de France a commencé à redresser la barre. Face à la Croatie, d’abord, où les Bleus ont parfaitement lancé leur tournoi face aux vice-champions d’Europe (30-26). Le match fut indécis jusqu’au bout mais c’est dans un finish irrespirable que les hommes de Guillaume Gille ont réussi à s’imposer. Un succès fondateur, peut-être l’un des plus importants de l’année pour les Bleus à l’aube des Jeux. Derrière, les Bleus ont assuré lors du TQO, en s’imposant largement face à la Tunisie (40-29) et en profitant de leur avance confortable pour valider leur ticket pour Tokyo malgré une défaite lors du dernier match face au Portugal (29-28).

Mahé à 9 buts, Remili s'offre un kung-fu : revivez les moments forts de la victoire des Bleus

Comme un déclic, ce TQO a relancé le rouleau compresseur français qui a tant dominé le handball sur la scène internationale. Fin avril/début mai, les Bleus ont disputé trois matches cruciaux dans la course à la qualification pour les championnats d’Europe 2022 : trois victoires (dont une sur tapis vert à la suite du forfait de la Belgique). De quoi faire le plein de confiance à trois mois des JO. Pour se préparer au tournoi olympique, Guillaume Gille planifie trois matches amicaux au mois de juillet. Après deux victoires face à l’Egypte (31-30) et le Japon (47-32), les Bleus se sont inclinés face au… Danemark (33-28), leur adversaire en finale à Tokyo.

Offensivement, personne ne fait mieux

Aux Jeux, l’équipe de France est montée en puissance au fil du tournoi. Elle a bâti ses succès sur une défense solide mais surtout sur une puissance offensive retrouvée. Après sept rencontres disputées, les Bleus ont le meilleur taux de réussite au shoot du tournoi, avec 72% de tentatives converties. Plus précisément, les Français ont les meilleurs ratios au tir à l’aile (82%), à six mètres (70%) et à neuf mètres (56%).
Surtout, l’équipe de France a su retrouver une cohésion et un état d’esprit qui lui faisaient défaut lors des dernières grandes compétitions. Avant ces JO, les Bleus s’étaient inclinés lors de leurs trois dernières demi-finales de tournoi majeur (vs. Suède au mondial 2021, Danemark au mondial 2019 et l’Espagne à l’Euro 2018). Lors de la demie à l’Egypte à Tokyo, les tricolores ont d’abord souffert avant de trouver un second souffle pour inverser la tendance et maîtriser leur adversaire. Comme à la "grande époque" des Experts.

Une 4e finale olympique de rang : comment les Bleus ont mis l'Egypte au pas en demi-finale

Une revanche à prendre

Dans la tête et dans les jambes, les Bleus ont retrouvé de leur superbe. Ils vont disputer leur quatrième finale olympique de suite, ce qui constitue déjà un exploit. Mais celle-ci ressemble surtout à un remake de Rio 2016, où le Danemark s’était imposé de deux petits buts face à la France (28-26). "La dernière fois, il y avait un mauvais souvenir. Cette fois, tout le monde est très motivé pour atteindre cette médaille d'or", a promis Michaël Guigou. Depuis début 2021, les Bleus ont parcouru beaucoup de chemin. Le graal n’est (vraiment) plus très loin.
Tokyo 2020
Pour les Bleues, le chemin a été long : "On a mis les tripes depuis le début"
08/08/2021 À 09:50
Tokyo 2020
Krumbholz : "On voulait prendre notre revanche par rapport à Rio"
08/08/2021 À 09:42