Le rideau est tombé sur les XXe Jeux olympiques d'hiver. Dans la grande tradition du "carnevale", le carnaval italien, la cérémonie de clôture concoctée par les organisateurs turinois a permis de dire adieu en musique et en couleurs à la cité piémontaise... et de passer le flambeau à Vancouver, qui accueillera les prochains Jeux d'hiver, en 2010.
Ambiance fellinienne, clowns blancs, harlequins, pierrots, acrobates et anges équilibristes, il ne manquait rien des ingrédients traditionnels de la "comedia dell'arte" à l'italienne, dimanche soir au Stadio Olimpico de Turin. Rien, pas même quelques Vespa ou Fiat 500 qui ont fait la renommée des villes italiennes (à défaut de faire celle de la fluidité de leur circulation).
Turin 2006
Les Jeux de A à Z (2)
27/02/2006 À 17:00
Le roi du carnaval
Fanfares, feux d'artifice et chorégraphies chamarrées ont, comme de juste, rythmé une cérémonie de près de 2h30, sous l'oeil rigolard et bienveillant du roi et de la reine du carnaval.
Sous l'oeil, également, plus sérieux du président du CIO, Jacques Rogge qui a pu, comme le veut la tradition, remercier les organisateurs turinois (la médaille d'or du CIO a été remise au président du comité d'organisation, Valentino Castellani) et adresser ses félicitations au public et au peuple italien ("Vous avez réussi votre défi, merci l'Italie, merci Turin" a notamment lancé Jacques Rogge).
"Rendez au sport..."
Se gardant bien de déclarer, comme le faisait son prédécesseur, Juan-Antonio Samaranch, que ces Jeux avaient été "les meilleurs de l'histoire", le président du CIO a également lancé son appel aux athlètes qui ont écrit les pages de ces JO : "Athlètes, faites partager le rêve olympique dans vos pays, vous êtes les ambassadeurs de l'olympisme, rendez au sport ce qu'il vous a donné. Je vous promets que nous continuerons à lutter pour un sport pur et sain".
Un message qui prend tout son sens alors que ces Jeux de Turin n'ont pas été épargnés par le dopage, avec notamment l'exclusion de la biathlète russe Olga Pyleva ou le feuilleton autour des fondeurs autrichiens et de leur sulfureux "aide-soignant", Walter Mayer.
Finalement, Jacques Rogge a passé le témoin, en l'occurrence le drapeau olympique aux cinq anneaux, au maire de Vancouver, Sam Sullivan. Tétraplégique et cloué dans sa chaise roulante, ce dernier a pu, grâce à un dispositif spécial, agité lui aussi le drapeau olympique, offrant ce qui restera comme une image marquante de cette cérémonie de clôture.
Une image qui a permis à Jacques Rogge de rappeler également que Turin n'en a pas fini avec les Jeux puisque la cité piémontaise accueillera, dans quinze jours, les Jeux paralympiques. En attendant, la flamme olympique qui brillait depuis le 10 février au-dessus du Stadio Olimpico s'est éteinte, juste avant le feu d'artifice final. Alors, ciao Torino et hello, Vancouver !
Turin 2006
Lamour: "Nous avons tenu bon"
27/02/2006 À 13:30
Turin 2006
Les Jeux de A à Z
27/02/2006 À 10:00