Le roi des soirées console et ballon rond est de retour dans les rayons. La série FIFA n'est plus à présenter tant elle a pris le pouvoir des jeux de football depuis l'arrivée de la génération actuelle PS4 et Xbox One. Un statut quasi hégémonique qui se voit bousculé ces derniers mois par le retour en force de son principal rival, Pro Evolution Soccer (PES), dont l'édition 2019 a régalé la rédaction. Reste à savoir si FIFA 19 est de taille pour se maintenir au sommet des ventes. Son petit frère avait quelque peu déçu la saison dernière, la faute à un gameplay frustrant et à une frilosité tenace à se renouveler. La nouvelle saison n'est pas synonyme de révolution mais, au moins, les efforts sont là.
Le titre-phare d'EA Sports a encore élargi son champ de possibles avec l'arrivée des licences UEFA (Ligue des champions et la Ligue Europa), piquées à PES qui n'avait pas su l'exploiter suffisamment. D'entrée, FIFA 19 donne le ton, le match de tutoriel simule une finale de C1 entre la Juventus de Cristiano Ronaldo et le PSG (tiens, tiens). La Coupe aux grandes oreilles n'est pas seulement une addition, c'est bien un des axes forts sur lequel le jeu souhaite insister, ce quel que soit votre mode de jeu. Match rapide, compétition complète, mode L'Aventure ou carrière… Cette Ligue des champions qui fait tant rêver les footballeurs devient aussi le Graal pour les joueurs de FIFA cette saison.
Jeux video
"Nous avons réussi à rendre chaque joueur unique"
17/09/2018 À 07:18
Il faut dire qu'avec une présentation aux petits oignons, tout vous pousse à vous prendre au jeu. Des musiques aux affichages fidèles de compétitions européennes mais aussi de la Ligue 1, Premier League ou Liga, la réalisation de FIFA 19 est saisissante de réalisme et vous plonge illico sur la pelouse. Et il y aura encore cette année de quoi faire.

FIFA en mode cour de récré

Le mode Ultimate Team, plébiscité par l'écrasante majorité des fans du jeu, est toujours plus dense avec un système de division repensé et des récompenses plus régulières. Plus dense oui, mais aussi probablement toujours aussi agaçant quand les packs et joueurs les plus intéressants vont contraindre les joueurs occasionnels à passer à la caisse s'ils veulent pouvoir rivaliser avec les plus assidus. Pas de bouleversement donc, pas plus que pour les autres modes avec le retour des modes Aventure, carrière ou Club Pro.
Les quelques ajustements sont toutefois vraiment plaisants, notamment dans le scénario du mode solo baptisé cette saison Aventure : Champions. Celui-ci vous verra à nouveau prendre le contrôle de la carrière d'Alex Hunter, la star factice de FIFA depuis l'opus 17, mais aussi de son pote Danny Williams et de sa sœur Kim Hunter, jeune prodige américaine prise sous son aile par Alex Morgan.
Le vrai chantier se porte sur le mode coup d'envoi, revu de fond en comble. Il ne sera plus seulement le traditionnel "match classique" que l'on connaissait mais bien une véritable cour de récré où vous pourrez vous amuser sur des formats aller-retour, des ambiances de finale de coupe ou bien des rencontres aux conditions particulières. Vous pouvez ainsi vous lancer dans un match sans règles où absolument tous les coups sont permis, ou encore dans une partie où un de vos joueurs est exclu dès que vous marquez. Pour le réalisme, cette fois on repassera. Pour le fun en revanche, voir un score digne du tennis sur le tableau d'affichage le sourire jusqu'aux oreilles est assez jouissif. Quel dommage que ce mode ne soit disponible qu'en local alors qu'affronter ses amis en ligne aurait été l'assurance de longues soirées de défis improbables.

Le Wanda Metropolitano de Madrid en mode finale de la Ligue des champions dans FIFA 19

Crédit: Other Agency

Les manettes vont encore voler

Cette bonne idée à l'arrière-goût de frustration est en fait un bon résumé de ce FIFA 19. Car si l'emballage est foncièrement réussi, les principaux problèmes de ses précédentes versions n'ont pas été corrigés. Le nouveau système de contact ne fait pas de mal en défense et fait oublier une nouvelle technique de tir, dite timed finishing, pas franchement convaincante à l'usage. Le gameplay, plus arcade que la concurrence, penche toutefois vers l'offensive même si il est un peu moins orienté vers l'attaque à l'outrance que par le passé. Il n'en reste pas moins parfois agaçant, de double-contacts insensés à cette sensation de devoir faire face à une force supérieure qui fait des joueurs des surhommes juste après un engagement. Le constat est d'autant plus cuisant en ligne où le plaisir peut vite laisser place à l'énervement, ce après deux semaines d'essai et des serveurs peu chargés.
Dommage car entre un catalogue XXL et des modes de jeu musclés, FIFA 19 a la cuisse pour tenir les joueurs en haleine toute la saison devant leurs écrans. Encore faudra-t-il espérer qu'ils n'aient pas fini par envoyer leur manette dedans…
Jeux video
NBA 2K19, la continuité dans l’excellence
17/09/2018 À 06:38