Panoramic

JO 2016 - Judo : Tcheuméo-Maret, les médailles de la grinta

Tcheuméo-Maret, les médailles de la grinta

Le 12/08/2016 à 00:19Mis à jour Le 22/05/2018 à 13:58

JO RIO 2016 – Audrey Tcheuméo (argent) et Cyrille Maret (bronze) ont apporté deux médailles au judo français jeudi. Au courage et à l'envie, car rien n'a été simple pour eux ces derniers temps. En étoffant son bilan avant l'entrée en lice de Teddy Riner, l'équipe de France de judo a retrouvé le sourire.

Une médaille en cinq jours. Deux en vingt minutes. Voilà résumé le coup d'accélérateur donné par l'équipe de France de judo jeudi à l'Arena Carioca 2. Audrey Tcheuméo a décroché l'argent en -78 kg et, quelques minutes plus tard, Cyrille Maret est allé arracher le bronze en -100 kg. Deux bonheurs personnels pour un soulagement collectif. Avec trois médailles avant la dernière journée, où Teddy Riner partira grand favori pour l'or chez les lourds, le bilan tricolore a soudain pris un peu d'étoffe. Et pour l'une comme pour l'autre, ces deux podiums sont ceux du mérite et de la détermination.

Bronzée mais frustrée il y a quatre ans à Londres où elle était arrivée en tant que championne du monde, Audrey Tcheuméo a accueilli son titre de vice-championne olympique avec satisfaction, même s'il y a "un peu d'amertume" d'avoir cédé en finale face à la tenante du titre, l'Américaine Kayla Harrison. Mais "Tchoumi" sait aussi d'où elle revient. "Je manquais de rythme. Le début de compétition a été dur pour moi. Mais je n'oublie pas que j'ai été blessée un mois au dos pendant la préparation, je pouvais à peine marcher", a-t-elle rappelé.

Audrey Tcheumeo

Audrey TcheumeoAFP

Fleury : "C'est la médaille du cœur"

"Niveau judo, ce n'était pas évident pour elle, à cause de cette blessure, renchérit Cathy Fleury, l'entraîneur national, qui, à chaud, avait du mal à faire passer la joie de la médaille au-dessus de la défaite en finale. Oui, c'est vrai, je suis un peu mitigée. Justement à cause du fait qu'Audrey n'a pas pu s'exprimer pleinement. En finale, contre Harrison, il y a deux ou trois fois où elle est placée mais elle ne peut pas enclencher comme quand elle est vraiment affûtée."

Reste qu'elle a su trouver d'autres vertus. "Dans la difficulté, poursuit Fleury, elle a été là et ça c'est très beau. Elle s'est accrochée, elle n'a jamais baissé les bras. La journée a été difficile mais le résultat est très satisfaisant. C'est la médaille du cœur. Je suis heureuse pour l'athlète et pour la personne." Mine de rien, à 26 ans, Tcheuméo s'offre une deuxième médaille olympique. Et elle se projette déjà. "Je pense que j'ai franchi un cap avec ce que j'ai traversé. Le bronze à Londres, l'argent ici, j'irai à Tokyo pour avoir l'or. Je suis encore jeune."

Audrey Tcheumeo

Audrey TcheumeoPanoramic

Maret s'offre un sacré cadeau d'anniversaire

Tokyo, Cyrille Maret n'y sera sans doute pas. A 29 ans, le Bourguignon disputait à Rio ses premiers Jeux "et sans doute les derniers", a-t-il confié. Longtemps dans l'ombre, il n'avait jamais mis dans le mille dans une compétition planétaire. C'est fait et au meilleur moment. En revanche, son point commun avec Audrey Tcheuméo se trouve dans l'abnégation qu'il a dû mettre pour parvenir à ses fins. "C'est l'aboutissement de dix ans de travail, de dix ans d'acharnement", a-t-il insisté. Et tant pis s'il était venu pour autre chose. "Je voulais être champion olympique, je l'avais dit. Bon, je n'ai pas de grand titre, je n'ai "que" des médailles. Mais celle-ci, elle est quand même magnifique, surtout après mon gros échec des Mondiaux l'an dernier."

Et comme la vie est parfois bien faite, Maret a décroché ce podium olympique le jour de son anniversaire, ce qui lui a d'ailleurs valu d'être accueilli par les journalistes en chanson en zone mixte, avant qu'il ne reprenne lui-même en chœur. "Merci, merci !", a-t-il rigolé. "Je me suis dit que si je repartais sans médaille le jour de mon anniversaire, ce serait dur. Après, j'ai essayé de ne pas penser qu'à ça. Il fallait en faire abstraction." Il a su le faire. Ce bronze, c'est son Graal à lui, son or. Il va le savourer avec son entraîneur, Philippe Taurines. "Avant les Jeux, Tautau m'a annoncé qu'il arrêtait le haut niveau pour entraîner les jeunes. Après tout ce qu'on avait vécu ensemble, je me suis dit que je lui devais cette médaille."

Le judo français n'a toujours pas de titre mais il a retrouvé le sourire dans le sillage de ces deux combattants hors normes. "Il n'y a pas de crise. On a fait le boulot, on va attendre la fin en espérant de belles médailles", avait lancé mercredi Jean-Claude Senaud, le directeur technique national, après la claque Gévrise Emane, venue pour l'or. Ce jeudi soir, il doit respirer un peu mieux. Avant, peut-être, l'apothéose Riner…

Cyrille Maret médaillé de bronze

Cyrille Maret médaillé de bronzeAFP

0
0