Le karate français se porte bien. Les Tricolores ont décroché neuf médailles samedi au Championnats du monde, dont cinq titres. Seule petite déception vu son statut, Sandy Scordo, qui a trébuché en kata, ou karaté de posture, une épreuve à la fois technique et chorégraphique qui consiste en un combat imaginaire. Triple médaillée d'argent lors des trois derniers championnats d'Europe, la karateka de 27 ans licenciée dans le Vaucluse a encore une fois échoué, face à la Japonaise Rika Usami cette fois. Avant elle, toutes ses partenaires de l'équipe de France s'étaient imposées, avec notamment quatre titres à la clé, et la médaille de bronze de Tiffany Fanjat, dans la catégorie des -68 kg. A 30 ans, la championne du monde 2008 a peut-être disputé son dernier combat individuel en compétition internationale samedi.
C'est Alexandra Recchia, 24 ans, championne du monde par équipes en 2010 à Belgrade avec l'équipe de France de kumite (combat), qui avait ouvert le bal samedi matin en s'imposant 8 à 1 contre la tenante du titre, la Chinoise Li Hong, dans la catégorie des -50 kg. La jeune étudiante en droit de 24 ans, médaillée de bronze aux Championnats d'Europe de Ténérife, en Espagne, en mai, a ensuite été imitée par Lucie Ignace, une Réunionnaise de 19 ans, victorieuse 3 à 1 de la double championne d'Europe croate Jelena Kovacevic chez les -55 kg. Puis ce fut le tour de Lolita Dona, 28 ans, championne d'Europe à Ténérife et elle aussi titrée aux Mondiaux de Belgrade en 2010 par équipes, face à Boutheina Hasnaoui, chez les -61 kg. La Tunisienne n'a rien pu faire face à la Française, quittant la compétition sur une disqualification alors qu'elle était menée 7 à 2.
Encore des médailles dimanche ?
Tokyo 2020
Le CIO clôt le débat pour Paris 2024 : "La porte est fermée pour le karaté"
14/08/2021 À 06:50
Trois titres dans la matinée: les affaires avaient bien commencé et elles allaient continuer sur le même tempo lors des des finales de l'après-midi, avec Nadège Aït-Ibrahim, 24 ans, chez les +68 kg, opposée pourtant à une star de la discipline en la personne de Greta Vitelli, championne d'Europe et du monde en titre. Médaillée d'argent lors du Mondial de Belgrade en 2010, la licenciée du club varois du Petit Samouraï a pris sa revanche. Du côté des garçons, la moisson du jour a été moins riche, avec un seul titre, pour Kenji Grillon, en -84 kg, vainqueur 6-3 du Japonais Ryutaro Araga. Agé de 23 ans, le karateka de Garges n'avait fini qu'en bronze à l'Euro de Ténérife en mai. De l'argent et du bronze ont également été décrochés, avec la défaite de Minh Dack en finale du kata messieurs, face au tenant du titre vénézuélien Antonio Diaz, et la victoire pour la 3e place de William Rolle, champion d'Europe en titre, dans la catégorie des -67 kg.
A noter également la défaite pour le bronze de Davy Dona, le beau-frère de Lolita, dans la catégorie des moins de 75 kg. Après ses 9 médailles de samedi, la France pourrait encore décrocher quatre médailles dimanche, dans les compétitions par équipes, et notamment de l'or avec filles et garçons en finale en kumite. Côté kata, les équipes de France masculine et féminine ne pourront par contre pas ramener mieux que le bronze. Lors des Mondiaux-2010 à Belgrade, la France n'avait ramené qu'un seul titre, en kumite par équipes avec les féminines, pour cinq médailles au total.
Karaté
La Fédé de karaté met la pression sur Estanguet : "Ce sport a toute sa place aux JO"
13/08/2021 À 16:50
Tokyo 2020
Da Costa sur l'absence du karaté en 2024 : "Estanguet est passé par là aussi, il sait ce qu'on vit"
12/08/2021 À 09:30