Plongé dans ce qui a été son "rêve depuis tout petit", Fabio Quartararo a reçu ce week-end à Monaco la médaille de champion du monde MotoGP. Il explique à l'AFP comment 2021 a "changé (sa) vie" et prévient : "rien" ni "personne ne peut (le) déstabiliser".
Quelle importance a cette cérémonie de la Fédération internationale de motocyclisme (FIM) pour vous ?
F.Q. : C'est important pour réaliser. C'est la première fois, c'est un plaisir énorme. C'est peut-être bizarre d'entendre ça mais c'est peut-être dans ces moments-là qu'on peut réaliser.
Grand Prix de Valence
Quartararo : "Après la course, c'était dur..."
06/11/2022 À 19:43
Bénéficiez d'une offre exceptionnelle pour vous abonner à Eurosport : 29,99 euros la première année, au lieu de 69,99 euros, soit 57 % de réduction
Depuis le dernier Grand Prix le 14 novembre à Valence, vous enchaînez les invitations médias, vous avez donné le coup d'envoi de PSG-Nice... Appréciez-vous ces engagements ?
F.Q. : Ce sont des choses que j'aime bien faire même si je préfèrerais du temps libre. C'est important pour mon image, j'ai pu en profiter aussi. Là je vais prendre des vacances du 7 au 15 décembre, je vais voir la Formule 1 à Abou Dhabi. Et à partir du 16 je recommence vraiment l'entraînement très très dur. J'ai un planning clair et je sais très bien ce que je veux pour l'année prochaine. J'ai encore plus de motivation que pour 2021.
Avez-vous l'impression d'avoir changé de dimension ?
F.Q. : C'est vrai que ça fait bizarre d'être arrêté par des personnes dans la rue, qu'ils demandent une photo. C'est quand même quelque chose d'assez bizarre, l'ascension que j'ai eue ces dernières années, surtout en 2021. Ca a changé pas mal ma vie. Ça représente quelque chose de très grand pour moi de savoir que je suis et resterai le premier Français à avoir gagné le championnat MotoGP. C'est une fierté énorme.

Quartararo en mode domination : les chiffres d'une saison de champion

Votre titre peut-il créer des vocations en France ?
F.Q. : Je l'espère. Je suis vraiment fier de me dire qu'il y a énormément d'enfants qui viennent me voir et me disent que je suis leur modèle pour être pilote. Ce sont des choses qui me touchent vraiment. Ça me fait revoir des images de quand j'étais petit, quand j'attendais des heures pour voir Valentino (Rossi). Ca me fait énormément plaisir, et je fais le maximum pour être un modèle.
Si l'on se replonge au moment de votre titre à Misano, le 24 octobre, à quoi avez-vous pensé en franchissant la ligne ?
F.Q. : A tellement de choses, même avant de passer la ligne, parce que bien évidemment quand j'ai vu (Francesco) Bagnaia tomber je savais que j'étais déjà champion. Je ne sais même pas comment j'ai pu terminer les quatre derniers tours. Quand j'ai passé la ligne j'ai surtout pensé aux moments difficiles que j'ai eus, quand j'ai fait énormément de voyages avec mon père pour faire des courses (en Espagne dès 7 ans), tous les moments où on a fait le plus de sacrifices avec mes parents, ma famille.

Fabio Quartararo

Crédit: Getty Images

Vous étiez prédestiné à devenir champion, mais vous avez connu des moments difficiles en catégories mondiales inférieures. Comment avez-vous tenu bon ?
F.Q. : En 2015 par exemple, j'ai eu une pression énorme quand on m'a comparé à (Marc) Marquez. J'avais 15-16 ans. Tous ces moments difficiles, tous ces moments de pression, ça m'a appris énormément pour le futur. Entre 2015 et 2018, je n'ai fait aucun résultat, ou presque. Donc aujourd'hui ça m'a fait énormément de bien pour mon mental de me dire "Ce n'est pas parce que j'ai eu autant de moments difficiles que ça ne va pas le faire". C'est ça qui m'a rendu très fort mentalement.
Certains concurrents ont souligné cette force mentale...
F.Q. : Ce n'est pas pour me vanter, c'est quelque chose que je travaille beaucoup. Depuis tout petit je suis un mauvais perdant, et c'est une force pour moi. Quand je suis sur les circuits c'est avec l'objectif de gagner, pas pour faire un top 5, et il n'y a aucune personne qui peut me déstabiliser. A Silverstone par exemple, quand on disait "Fabio va faire des erreurs, c'est obligé". Je répondais "d'accord aucun problème", et au final je gagne la course et mes adversaires sont 14e (Bagnaia) et 9e (Joan Mir), ce sont des choses, des petits détails, mais mentalement j'arrive à être très très fort et rien ne peut me déstabiliser.
Avez-vous des points faibles ?
F.Q. : Les conditions mixtes et les conditions pluvieuses ce n'est pas une de mes forces, c'est même un de mes points faibles il faut être honnête. J'en suis conscient donc c'est bien de connaître ses points faibles et de les travailler.
Grand Prix de Valence
La plus grande remontée de l'histoire : comment Bagnaia a privé Quartararo du titre
06/11/2022 À 16:41
Grand Prix de Valence
Pas de miracle pour Quartararo, Bagnaia au sommet
06/11/2022 À 13:42