Motocyclisme
Grand Prix d'Andalousie

Quartararo - Viñales, acte II

Partager avec
Copier
Partager cet article

Maverick Viñales devant Fabio Quartararo

Crédit: Getty Images

ParVincent Bregevin
26/07/2020 à 10:50 | Mis à jour 26/07/2020 à 10:50
@VB_eurosport

GRAND PRIX D'ANDALOUSIE - Après avoir pris respectivement les deux premières places du premier opus de la saison en Espagne, Fabio Quartararo et Maverick Viñales s'annoncent comme les deux principaux protagonistes de la course dimanche à Jérez de la Frontera. Gros plan sur un duel qui promet d'être spectaculaire.

L'avenir dira si ce duel sera celui de la saison. En attendant, le mano a mano entre Fabio Quartararo (Yamaha SRT) et Maverick Viñales (Yamaha Factory) anime la reprise du championnat du monde. Respectivement premier et deuxième du Grand Prix d'Espagne la semaine passée, le Français et l'Espagnol s'élanceront aux mêmes positions ce dimanche à Jérez de la Frontera. Les malheurs de Marc Marquez (Honda HRC), contraint de renoncer à la course en Andalousie, ont propulsé les deux pilotes Yamaha sur le devant de la scène. Et après avoir brillé en qualification, ils sont prêts à jouer les premiers rôles sur cette étape andalouse, avant d'en découdre éventuellement pour le titre.

La pole : Viñales a pris trop de risques

Grand Prix d'Andalousie

Marquez, touché mais pas coulé : "Champion du monde, c'est encore possible"

25/07/2020 À 15:42

Voir Quartararo en première place au départ du Grand Prix dimanche ressemble à une anomalie. Car Viñales semblait avoir toutes les cartes en main pour prendre la pole. L'Espagnol avait en effet signé le meilleur chrono sur les trois séances d'essais libres, s'offrant au passage le record du circuit en 1:36.584. "Top Gun" était bien parti pour confirmer en qualification en réalisant un temps de 1:36.907, mais son chrono a été annulé en raison d'une sortie trop large sur le virage 7. Un écart dont a profité Fabio Quartararo, tout surpris de prendre la pole.

"J'ai senti que j'étais capable de décrocher la pole position mais j'ai finalement pris trop de risques, a regretté Viñales. Dans le tour précédent, je suis passé près de Pol [Espargaro] qui était par terre, il y avait donc un drapeau jaune. J'ai perdu un peu ma concentration, et puis dans ces cas-là on n'a pas une aussi bonne performance dans les pneus." Malgré cette erreur, l'Espagnol se sent fort sur le circuit de Jérez de la Frontera. Il a globalement semblé plus à l'aise que Quartararo. Cela ne s'est pas traduit par sa position sur la grille de départ. Mais la course, ce sera une autre histoire.

La course : à chacun sa stratégie

A priori, Quartararo et Viñales n'abordent pas la course de la même manière. Le Français s'est voulu plutôt prudent. "Il faudra être intelligent sur le premier tour, a-t-il déclaré samedi devant la presse après avoir pris la pole. On a un bon rythme, mais il faudra faire très attention à l'adhérence. On sait que les conditions pendant la course ne seront pas les mêmes qu'aujourd'hui durant la qualification." La chaleur pourrait être sensiblement plus forte sur le circuit de Jérez de la Frontera, et la stratégie et la gestion des pneumatiques n'en seront que plus déterminantes.

Viñales en est lui aussi conscient. Mais cela n'empêche pas l'Espagnol d'envisager un départ tambour battant. "Je vais essayer de bien partir et d'attaquer dès le début, ce que normalement j'arrive très bien à faire cette année, et on verra ce qu'on arrive à faire après dix ou 15 tours, a-t-il déclaré samedi. On a beaucoup travaillé sur le rythme. On verra dimanche, mais on est clairement en confiance. C'est la meilleure chose à faire car sinon on se retrouve un peu en difficulté si on doit faire des dépassements. Je vais essayer de partir premier." Quartararo est prévenu.

Le titre : l'ombre de Marquez

Avec les malheurs de Marc Marquez, le championnat n'a jamais semblé aussi ouvert même s'il débute à peine. La voie est libre pour ses concurrents, du moins pour le moment. Et Quartararo comme Viñales sont actuellement les mieux placés pour en profiter dans la course au titre. Mais ils se refusent non seulement à se projeter jusque-là, mais aussi enterrer le sextuple champion du monde MotoGP de cette lutte. "Bien entendu que Marc est un rival pour le titre, a insisté Quartararo. Certes, deux résultats blancs, c'est difficile dans ce genre de championnat car il sera plutôt court, mais on connait le potentiel de Marc. Il reviendra certainement à Brno dans de bonnes conditions, alors il faut faire de notre mieux".

Viñales est dans le même état d'esprit que le Français. "Le championnat est très long, même s'il y a moins de courses (13 en tout), et tout peut arriver, j'en ai fait l'expérience il y a trois ans, a rappelé le pilote espagnol. Chaque course est unique et il faut qu'on les savoure, qu'on essaye d'être aussi rapides que possible et qu'on marque le maximum de points. Il est encore trop tôt pour y penser." Si le championnat est réduit, prendre les courses les unes après les autres reste une condition sine qua non pour viser le Graal. Quarataro et Viñales le savent mieux que personne alors de se livrer un alléchant duel.

Marquez, Bayliss, Rossi : quand les pilotes roulent avec la douleur

00:01:55

Grand Prix d'Andalousie

La légende Rossi, toujours sur le podium depuis 25 ans

28/07/2020 À 14:15
Grand Prix d'Andalousie

Blessure au champagne et chute gag : les protégés de Rossi se sont illustrés...

27/07/2020 À 14:57
Dans le même sujet
MotocyclismeGrand Prix d'Andalousie
Partager avec
Copier
Partager cet article