Il y est arrivé avec 10 points d'avance sur Johan Mir en tête du classement des pilotes. Il en est reparti dimanche avec 14 longueurs de retard sur le pilote espagnol. Les deux opus du championnat du monde sur le MotorLand ont coûté cher à Fabio Quartararo. Seulement 18e du Grand Prix d'Aragon la semaine passée, le Français a dû se contenter de la 8e place sur le même tracé dimanche, dans le cadre du Grand Prix de Teruel. Pendant que Mir, troisième des deux courses, profitait de ses difficultés pour prendre le large dans la course au titre.
La très mauvaise opération comptable a déjà largement de quoi plomber El Diablo, qui espérait en outre un scénario bien différent. "Je ne suis pas vraiment satisfait, parce que ce matin, au warm-up, on a trouvé quelque chose de positif, on se sentait performants", a-t-il expliqué. "Mais j'ai tout perdu en course. Ce n'était pas très facile. Je suis content de quitter Aragón parce qu'on a été en difficulté tous les jours pendant deux semaines."
Grand Prix de Teruel
Morbidelli intouchable, Quartararo perd gros
25/10/2020 À 12:43
Quartararo ne s'explique pas ce manque de rythme en course. Il aurait bien voulu ouvrir l'accélérateur pour revenir vers les premières places. Mais il n'a jamais été vraiment en mesure de le faire sur une Yamaha SRT qui n'a pas réagi comme il le souhaitait. "Dès que j'ouvrais, je perdais de l'adhérence très brutalement, a-t-il déploré. C'est pour ça que je ne suis pas très content, parce que ce matin, j'étais très content de nos changements, mais dès que la course a débuté, je n'avais pas de sensations dans le premier tour, pas d'adhérence, pas de traction. C'est très étrange. Je n'ai aucune idée de pourquoi, mais c'est étrange."

Morbidelli ? "C'est lié au style de pilotage"

D'autant plus étrange que son coéquipier Franco Morbidelli n'a pas connu les mêmes problèmes. L'Italien a dominé les débats pour s'imposer devant l'Espagnol Alex Rins, vainqueur la semaine passée sur le même circuit. "C'est une question de style de pilotage, a avancé le Français. On a plus ou moins la même moto, on a débuté avec les mêmes pneus. C'est sûr que c'est lié au style de pilotage. Il a été très bon. On doit comprendre pourquoi on a été si lents en course."
Le mystère reste entier. Et si le Français a peiné pour gérer l'adhérence de sa Yamaha, il n'a pas remis en cause son choix d'opter pour des pneumatiques medium à l'avant comme à l'arrière en course. "Le pneu était OK", a-t-il coupé, avant de souligner que Morbidelli avait remporté le Grand Prix en faisant des choix similaires aux siens. Franco a gagné et a fait une course incroyable avec deux medium, avec une Yamaha. Donc le choix de pneus était bon."
La gestion des pneus, c'est un paramètre que Quartararo pense pouvoir mieux gérer à Valence, où se disputeront les deux prochaines épreuves du championnat du monde. Le Français espère y combler son retard au classement des pilotes à trois courses du verdict final. "Je vais vraiment me concentrer sur Valence maintenant, a-t-il assuré. Je suis certain que Valence sera une meilleure piste pour nous, avec moins de dégradation des pneus. Je pense qu'on sera rapides et constants, pas comme ici." Il lui restera à le confirmer en piste. Et oublier ainsi ses déboires sur ce maudit MotorLand.

Quartararo, la mauvaise opération

Crédit: Getty Images

Grand Prix de Teruel
Morbidelli intouchable, Quartararo perd gros
25/10/2020 À 12:43
Grand Prix de Teruel
Nakagami s'offre sa première pole, Quartararo en 2e ligne
24/10/2020 À 13:59