Avec des résultats à faire pâlir la concurrence au Mugello comme depuis le début de la saison, Ducati aborde en favorite "son" Grand Prix moto d'Italie, où ses pilotes Jack Miller, Francesco Bagnaia et Johann Zarco prétendront à la victoire dimanche.
Les collines toscanes offrent un tracé rapide idéal pour les motos rouges, qui se distinguent par leur vitesse de pointe. Le constructeur italien y a remporté les trois dernières éditions en 2019, 2018 et 2017 (la course a été annulée l'an dernier à cause du Covid-19) et n'a plus quitté le podium depuis 2015.
Cette année, qui plus est, la marque de Borgo Panigale s'illustre partout : elle a placé au moins une de ses quatre motos phares, plus souvent deux, dans le Top 3 des cinq courses disputées et reste sur deux doublés en Espagne et en France. Pour ce qui est des candidats aux honneurs, Ducati a l'embarras du choix.
Grand Prix d'Italie
"Quand un pilote perd la vie, on se demande si ce qu'on fait a du sens"
30/05/2021 À 18:25
Miller sort d'une "quinzaine de jours plutôt phénoménale" avec la victoire à Jerez puis au Mans et, après avoir étendu son contrat à 2022, l'Australien peut "se concentrer sur ce (qu'il) aime le plus: piloter". Et tenter de mettre un terme à sa longue série d'abandons dans ce GP.
https://i.eurosport.com/2021/05/28/3141052.jpg

Nouveau record de vitesse ?

Son équipier Bagnaia est deuxième du championnat à une longueur du leader français Fabio Quartararo (Yamaha) et l'Italien court après son premier succès en MotoGP. "A domicile, ça serait fantastique !"
C'est le cas aussi de Zarco, pour l'écurie satellite Pramac, trois fois deuxième cette saison et troisième du classement des pilotes à douze longueurs du premier. Mais avant cela, le Français a une autre idée en tête : améliorer son record absolu de vitesse en MotoGP (362,4 km/h au Qatar) sur une ligne droite des stands, longue de plus d'un kilomètre. "On a la meilleure moto du monde pour le faire et tout est prêt pour aller à cette vitesse : on a la bonne moto pour freiner, l'aérodynamique qui aide à aller vite et à ralentir correctement", assure Zarco.
Son équipe Pramac devra par contre encore se passer de l'Espagnol Jorge Martin, blessé au Portugal mi-avril et remplacé par le pilote d'essais de Ducati, l'Italien Michele Pirro.

Quartararo optimiste

La messe est-elle dite et la victoire promise à Ducati ? Quartararo ne l'entend pas ainsi. "C'est un circuit que j'aime beaucoup et on peut faire quelque chose de bien", veut croire le Français, interrogé par l'AFP, en dépit du déficit de vitesse des Yamaha. En effet, remarque-t-il, cela ne les a pas empêchés, lui et son équipier Maverick Vinales (devenu père cette semaine), de s'imposer au Qatar en début de saison.
https://i.eurosport.com/2021/05/28/3141046.jpg
Handicapé en Espagne par une douleur à l'avant-bras droit causée par un syndrome des loges, "El Diablo" a été opéré avec succès début mai, pour reprendre avec une troisième place en France. L'Espagnol Aleix Espargaro (Aprilia) a fait de même après Le Mans.
Du côté des Yamaha satellites, on regardera vers le héros national Valentino Rossi (SRT), qui à 42 ans dispute peut-être la saison de trop, avec pour meilleur résultat une onzième place en France et une triste dix-neuvième position chez les pilotes. "Les quatre courses qui viennent sont très importantes pour aller chercher des résultats", ne cache pas celui dont l'avenir se décidera pendant la pause de juillet.
Chez Honda, il y a aussi le sextuple champion du monde de MotoGP Marc Marquez, qui reprend après une saison d'absence sur blessure. Sur un circuit "particulièrement exigeant", l'Espagnol, qui souffre encore de l'épaule droite, sait que ça ne sera pas son "meilleur week-end" et promet de "ne pas trop pousser physiquement et mentalement".
Grand Prix d'Italie
Quartararo en patron
30/05/2021 À 12:46
Grand Prix d'Italie
Jason Dupasquier est mort
30/05/2021 À 10:23