L'été n'est pas encore terminé - en tout cas sur le papier - alors ça tombe bien : Fabio Quartararo (Yamaha Factory) va bientôt pouvoir mettre le champagne au frais. Ce dimanche, le Français a fait un très grand pas vers le titre de champion du monde MotoGP en remportant, brillamment, le Grand Prix de Grande-Bretagne. À six manches de la fin de saison, on ne voit pas qui, ou quel scénario complètement fou, pourrait empêcher le pilote tricolore d'enlever sa première couronne mondiale.
Car à Silverstone, ses rivaux ont pris un gros coup sur le casque. Joan Mir, le champion en titre ? Il a fini neuvième. Johann Zarco ? Onzième. Francesco Bagnaia ? Quatorzième. Voilà pour les trois "outsiders" qui, désormais, n'en sont plus vraiment. Au championnat, tous ceux-là sont repoussés à 65 points ou plus. Le Niçois, lui, continue de faire ce qu'il fait à merveille cette saison : briller sur les circuits où il est à l'aise, limiter la casse sur les tracés moins favorables à son style et sa machine.
Grand Prix de Saint-Marin
Zarco souffre et ne voit pas le bout du tunnel : "Ce n'est pas marrant à vivre"
19/09/2021 À 17:01
Rien de comparable, donc, à l'exercice 2020, où "El Diablo" avait perdu le fil dans une deuxième moitié de championnat cauchemardesque. Tant pis pour ceux qui l'imaginaient encore flancher. "C'est drôle parce qu'avant d'arriver ici, j'ai vu plusieurs commentaires disant que je ferais des erreurs, que j'aurais la pression parce que je suis le seul pilote Yamaha*... mais c'est tout l'inverse, a-t-il expliqué en conférence de presse. Avoir cet avantage m'aide justement à ne pas penser au championnat. C'est la meilleure sensation que je n'ai jamais eue."
Je ne me suis jamais senti aussi bien sur la moto
Quartararo peut désormais se contenter de monter sur le podium lors de chacune des six dernières épreuves, qu'importe la position, pour se sacrer. Mais pour lui, hors de question de se lancer dans ces petits calculs, même s'il a bien conscience que ce cinquième succès saisonnier ressemble à un tournant. "Comme je l'ai dit, je ne pense pas au championnat, a-t-il insisté. Mais quand tu vois que tu arrives avec 47 points d'avance et que tu repars avec 65 unités de marge, tu te dis que cette victoire est importante."

Fabio Quartararo (Yamaha) dans le cadre du Grand Prix de Grande-Bretagne 2021

Crédit: Imago

Elle intervient d'ailleurs juste après un Grand Prix d'Autriche particulièrement éprouvant où le Français avait, pour une fois, pensé au championnat au moment d'élire sa stratégie de course. Et juste avant le Grand Prix d'Aragon, disputé sur le Motorland que le pilote de 22 ans n'apprécie pas. Même si sa jauge de confiance, pleine, pourrait lui permettre d'y performer. "Je ne me suis jamais senti aussi bien sur la moto", a-t-il encore souligné, ce dimanche.
Les autres circuits, eux, pourraient encore lui permettre de mater la meute. "Je pense que tous les pilotes sont à peu près au même niveau à l'exception de Fabio, a analysé Aleix Espargaro, sur le podium à Silverstone. Il va plus vite que tout le monde." Surtout à Misano et Cheste, deux circuits de la fin de saison sur lesquels il s'était classé deuxième lors de sa première année en catégorie reine. "Je me suis dit que je ne penserai pas au championnat au moins jusqu'à Saint-Marin, a-t-il expliqué. Mais finalement, je crois que je ne vais pas y penser du tout car c'est comme ça que je prends le plus de plaisir." Et ça se voit.
*Le contrat de son coéquipier Maverick Viñales a été rompu avec effet immédiat à la suite d'une affaire de sabotage.
Grand Prix de Saint-Marin
Quartararo, battu mais fier de lui : "Je pense que c'est ma meilleure course"
19/09/2021 À 15:51
Grand Prix de Saint-Marin
"J’ai freiné beaucoup trop tard" : Quartararo explique sa chute
18/09/2021 À 15:55