Il n'a pas eu l'ombre d'un doute. Mathématiquement, son titre pouvait encore être retardé par quatre pilotes mais Joan Mir (Suzuki Team) n'a pas voulu faire durer le suspense. Prudent septième d'une course qui n'a pourtant pas manqué de rebondissements, l'Espagnol a décroché sa première couronne en MotoGP, ce dimanche, à Valence. Franco Morbidelli (Yamaha Petronas SRT) a remporté une rude bataille avec Jack Miller (Ducati Pramac) pour faire s'imposer et chiper la place de dauphin à son coéquipier Fabio Quartararo. Le Français a chuté. Pour lui, c'est un nouveau week-end à oublier.

Grand Prix de Valence
Quartararo s'agace : "Nous ne sommes pas assez rapides et il faut savoir pourquoi"
15/11/2020 À 18:38

Le pilote tricolore voulait tout faire pour retarder l'échéance. Il avait compris, très tôt ce week-end, que la mission serait bien difficile. Pire, sa course a tourné au cauchemar presque aussi vite que la semaine dernière, lorsqu'il avait chuté dans le premier tour.

Elancé 11e sur la grille, devant son rival au général, Quartararo s'est fait une grosse frayeur au virage N.2, manquant de percuter Maverick Viñales (Yamaha Factory) et repartant en queue de peloton. "El Diablo" a été capable de retrouver du rythme pour se hisser dans les points mais ce n'était qu'un écran de fumée : il a fini par perdre l'avant dès le 9e tour.

Zarco aussi au tapis

Avant lui, Johann Zarco (Ducati Esponsorama) avait également chuté. Joan Mir, lui, a encore évité les pièges, comme il l'a si bien fait tout au long de la saison. L'Espagnol s'est autorisé une attaque pour déborder Aleix Espargaro (Aprilia) et s'assurer la couronne, alors que son coéquipier et autre rival, Alex Rins, n'a pas été en mesure de disputer le podium.

Joan Mir et le N.1 sur sa Suzuki après le Grand Prix de Valence 2020

Crédit: Getty Images

Cette fois, les deux Suzuki n'avaient pas le rythme pour s'aventurer en tête de course. Morbidelli, qui ne cesse de tourner au ridicule le projet mené par Yamaha avec une moto d'un an d'âge, a aligné des chronos métronomiques pour garder les commandes de l'extinction des feux jusqu'au drapeau à damier.

Il a pourtant été chahuté par Jack Miller dans un dernier tour d'une intensité folle. L'Australien aurait pu devenir le 10e vainqueur différent cette saison mais pour Morbidelli, l'occasion était trop belle. Le voici dauphin de Mir, là où personne ne l'attendait, alors qu'il ne reste qu'une course à disputer. Longtemps favori pour le titre, Quartararo a dégringolé au 5e rang au général. Et pourrait tomber encore plus bas au Portugal.

Grand Prix de Valence
Mir, champion normal au bout d'une saison atypique
15/11/2020 À 16:07
Grand Prix de Valence
Quartararo (Yamaha SRT) chute encore et dit définitivement adieu au titre
15/11/2020 À 13:16