Getty Images

Quartararo a découvert la cruauté de l'apprentissage

Quartararo a découvert la cruauté de l'apprentissage

Le 10/03/2019 à 22:33Mis à jour Le 10/03/2019 à 22:48

GRAND PRIX DU QATAR – Auteur de débuts remarquables et remarqués, Fabio Quartararo (Yamaha SRT) a payé une toute petite erreur sur la grille. C'est là toute la férocité de la catégorie reine.

Fabio Quartararo (Yamaha SRT) et Johann Zarco (KTM Factory) sont deux pilotes très différents. Mais les débuts du premier l'ont très franchement rapproché du second. Comme le pilote KTM, le Niçois de 19 ans avait épaté son monde pour ses débuts en MotoGP.

Son cinquième temps acquis en qualification, et plus encore le rythme qu'il avait été capable de tenir aux essais laissaient même envisager une performance déjà révélatrice de son talent, parfois remis en doute par ceux qui espéraient voir un autre homme au guidon de la M1.

Quartararo, pas devant mais avec du talent

Pour El Diablo, le rêve n'aura pas duré jusqu'aux six tours que son aîné avait menés, en 2017. Il n'a même pas pris le départ : au moment de s'élancer sur le tour de formation, le Niçois a calé. Incapable de redémarrer sa machine, il a donc été contraint de débuter depuis la voie des stands, le règlement l'interdisant de rester sur la grille. Au bord de la crise de nerfs alors qu'il avait été remarquable de sang-froid jusque-là, Quartararo n'en a pas pour autant perdu ses aptitudes. Au contraire.

Reparti en dernière position, le prodige azuréen de 19 ans a démontré qu'il n'avait rien à y faire. Auteur du meilleur tour en course d'entrée, en 1'56"141, il a récidivé dès la troisième boucle, avait un chrono fixé à 1'55"039 que personne n'a été capable de battre ensuite… comme Zarco, en 2017. Le tout alors qu'il n'avait pu tester la piste avant le départ, rendue délicate par des conditions assez fraîches (18°C dans l'air, 19°C au sol).

En larmes à l'arrivée

Durant les 9 premiers tours, le pilote Petronas SRT a tenu le rythme du leader – en gestion, certes – Andrea Dovizioso (Ducati Team). Il s'est, aussi, offert un dépassement de prestige sur le triple champion du monde Jorge Lorenzo (Honda HRC), au 13eme tour, avant que celui-ci retrouve des couleurs en fin d'épreuve.

Fabio Quartararo (Yamaha Petronas SRT) lors du Grand Prix du Qatar 2019

Fabio Quartararo (Yamaha Petronas SRT) lors du Grand Prix du Qatar 2019Getty Images

Finalement 16eme à l'arrivée, juste derrière son compatriote Zarco, Quartararo n'a même pas été récompensé du moindre point, objectif qu'il s'était fixé avant de débarquer à Losail. Il en espérait en réalité beaucoup plus après les deux jours d'essais, comme l'ont trahi les chaudes larmes qui ont envahi son casque à son retour au box. "On doit laisser le négatif ici et ne prendre que le positif à la maison" a-t-il par la suite confié. C'est aussi ce qu'avait appris Zarco.

0
0