Motocyclisme
Saison 2020

Marquez devait être chahuté, il pourrait être conforté

Partager avec
Copier
Partager cet article

Marc Marquez (Honda HRC) lors des essais hivernaux à Sepang, en Malaisie, le 8 février 2020

Crédits Getty Images

ParJulien Pereira
01/04/2020 à 14:52 | Mis à jour 01/04/2020 à 14:57
@Jap_Pereira

SAISON 2020 – Alors qu’il aurait pu vivre un début de saison difficile après un hiver délicat, tant sur le plan physique que technique, Marc Marquez (Honda HRC) pourrait bénéficier du report du lancement du championnat.

En MotoGP, il n’y a toujours pas eu la moindre course, et, évidemment, pas de vainqueur non plus. Mais il y a peut-être un gagnant. Déjà. Et, devinez quoi, il s’agit du pilote qui n’a pas eu besoin du moindre coup de pouce circonstanciel pour dominer la discipline ces dernières années.

Cette saison, Marc Marquez aurait dû la débuter avec une forme inhabituelle d’anxiété. Peut-être même avec plus d’inquiétude qu’il n’en avait eu en 2015, avant d’aborder le seul exercice au bout duquel il n’a pas été couronné. Finalement, il n’en sera rien.

Saison 2020

Du rêve Marquez à un possible duo Zarco-Miller : comment Ducati s'est mise dans le flou

21/05/2020 À 18:35

Marquez n’aurait jamais dû en arriver là

26 novembre 2019. Honda annonce, de manière surprenante, que le sextuple champion du monde s’apprête à passer sur le billard. Une nouvelle fois. Un an plus tôt, il avait déjà subi une lourde opération pour soigner une épaule gauche en lambeaux : humérus en balade, résidus osseux, ligaments froissés. Le Catalan s’en était remis. Vite fait, bien fait.

Marc Marquez (Honda HRC) fête son huitième titre, toutes catégories confondues

Crédits Getty Images

L’intervention avait pourtant été effectuée sur l’une des parties qu’il sollicite le plus : Marquez est naturellement plus à l’aise sur le côté gauche et les efforts exercés sur son épaule fétiche sont plus intenses. Mais après un championnat à 18 podiums sur 19 possibles, dont 12 succès, elle avait fini par devenir un souvenir insignifiant.

Je n’arrivais même pas à soulever un verre d’eau

Cette fois-ci, il ne s’agit que d’une "chirurgie préventive et moins agressive" pour corriger une luxation de l’épaule droite. Il n’y a donc aucune inquiétude à avoir. Marquez va s’en remettre encore plus vite. Et revenir encore plus fort.

14 janvier 2020. A trois semaines des essais de Sepang, le champion sème le doute. "J’aimerais que ma récupération soit meilleure, mais elle est difficile", concède-t-il lors d’un gala de remise de prix pour les sportifs catalans. Il insiste, une semaine plus tard : "Il y a quelques jours, je n’arrivais même pas à soulever un verre d’eau."

Ce n’est pas du bluff : aux essais malaisiens, le pilote de 27 ans se classe douzième, à près d’une demi-seconde du meilleur temps. Il roule peu, chute deux fois en trois jours, et admet que sa situation "est pire [qu’il] ne l’avai[t] imaginée." Plus grave encore, la Honda semble mal née.

Viñales et Quartararo coupés en plein élan ?

Et quand le chat est affaibli, les souris s’amusent : jusqu’aux tests de Losail, Quartararo fait tomber les chronos, Viñales fait forte impression, les Ducatistes cachent leur jeu avant d’aborder le Grand Prix du Qatar, où ils devaient être favoris. La suite, vous la connaissez : l’épreuve inaugurale a été annulée en catégorie reine, les suivantes ont été reportées.

En l’état, la saison doit débuter au Mans, le 17 mai prochain. Mais alors que la France, et plus globalement l’ensemble du Vieux Continent, n’ont pas encore passé le pic de la pandémie de coronavirus, il y a fort à parier que le coup d’envoi de la cuvée 2020 ne sera pas donné avant le début de l’été.

D’ici là, la conjoncture aura radicalement changé. Début mars, Viñales s’est blessé au dos lors d’un entraînement de motocross. Quartararo, lui, a été coupé dans son élan. Basée à Bologne, la firme Ducati a fermé ses usines et suspendu ses activités, touchée par l’inquiétante situation sanitaire de l’Italie.

La zone grise du réglement

Marquez, lui, aura retrouvé sa meilleure forme physique, facteur X de ses performances sportives. Pour Honda, ce temps supplémentaire est aussi le bienvenu. Certes, son moteur est source d'inquiétudes pour tous les pilotes - Marquez compris - et le sera jusqu'à la fin de la saison. En effet, le réglement est resté inchangé, et la firme a fait homologuer son bloc propulseur au Qatar en début de mois. Elle ne peut donc plus y toucher.

Marc Marquez (Honda HRC) lors des tests de pré-saison 2020, au Qatar

Crédits Honda GP Ltd

Les ingénieurs japonais pourront tout de même s'attarder sur d'autres pièces, non soumises au gel : "Le MotoGP n’a jamais envisagé une période de fermeture au cours de laquelle toutes les usines devraient cesser leurs activités, à un moment donné, à une période donnée, principalement à cause des difficultés que représenterait un tel contrôle, ont écrit les instances dirigeantes dans un communiqué. Le développement des autres éléments de la moto peut donc se poursuivre."

Honda va donc pouvoir limiter la casse. Et pour le reste, l'équipe pourra compter sur Marquez. Comme d'habitude.

"Depuis des années, Honda roule avec un seul pilote : Marquez"

00:02:15

Saison 2020

Le MotoGP vers un début de saison le 19 juillet... et deux courses à Jérez ?

07/05/2020 À 11:25
Saison 2020

D’une reprise en août à la portion congrue novembre-décembre : les trois scénarios de reprise

26/04/2020 À 09:29
Dans le même sujet
MotocyclismeSaison 2020
Partager avec
Copier
Partager cet article

Dernières infos

Saison 2020

Du rêve Marquez à un possible duo Zarco-Miller : comment Ducati s'est mise dans le flou

21/05/2020 À 18:35

Vidéos récentes

24 Heures du Mans

Moteur explosé, pilote à terre et moto en flammes : l'accident qui a provoqué l'entrée du safety car

00:01:40

Les plus lus

Tennis

Lucas Pouille : "Le plus relou à jouer ? Pour moi, c'est Djokovic !"

IL Y A 16 HEURES
Voir plus