Getty Images

Doublé français sur le 50m papillon : Hénique en or, Gastaldello en argent

Doublé français sur le 50m papillon : Hénique en or, Gastaldello en argent
Par AFP

Le 05/12/2019 à 20:38Mis à jour Le 05/12/2019 à 22:23

EURO 2019 PETIT BASSIN - A Glasgow ce jeudi, Mélanie Hénique s'est offert le titre sur 50m papillon, son premier succès à l'international, avec un record de France à la clé. La Française a devancé une autre Bleue, Béryl Gastaldello.

Doublé pour les Bleues à Glasgow. La Française Mélanie Hénique s'est offert son premier titre international individuel, sur 50 m papillon, devant sa compatriote Béryl Gastaldello, aux Championnats d'Europe de natation en petit bassin, jeudi à Glasgow (Ecosse). "Je savais que je pouvais nager aussi vite mais, entre le croire et le faire, il y a une étape", a indiqué Mélanie Hénique à l'AFP.

Hénique (26 ans), déjà auteure du meilleur temps des séries et des demi-finales, s'est imposée en 24"56, nouveau record de France. Gastaldello (24 ans) a elle bouclé sa course en 24"78. Jusque-là, Hénique n'était jamais montée plus haut que sur la troisième marche des podiums, aussi bien en petit qu'en grand bassin.

Gastaldello "pas très contente d'être deuxième"

"Je suis fière de ce que je suis en train de devenir, de ce que je mets en place pour y arriver, a-t-elle assuré, toujours à l'AFP. J'ai persévéré pour avoir cette médaille, ce n'est pas une fin en soi mais ça valide (le travail) dans le voyage jusqu'à Tokyo." Pour Gastaldello, il s'agit de la toute première médaille internationale individuelle. "Je voulais gagner, donc je ne suis pas très contente d'être deuxième. Je fais mon meilleur temps, donc je ne peux pas demander mieux, à part le titre", a-t-elle expliqué.

La joie de Mélanie Hénique

La joie de Mélanie HéniqueGetty Images

C'est donc une belle récompense pour Mélanie Hénique qui avait échoué à se qualifier pour les Mondiaux 2019 en grand bassin l'été dernier. "Un mal pour un bien" qui lui a permis de s'octroyer deux mois de repos bénéfiques, estime-t-elle. "Ils m'ont permis de faire le vide, de prendre soin de moi, de ne plus être blessée (épaule), de mettre en place des choses qui me conviennent. J'avais besoin d'un arrêt, de prendre un peu de vacances. Ça fait dix ans que je n'en avais pas eues." Un arrêt, qui au final, vaut bien de l'or.