AFP

Faux braquage et vrai vandalisme : Ryan Lochte et ses amis de virée ont du souci à se faire

Faux braquage et vrai vandalisme : Lochte et ses amis de virée ont du souci à se faire

Le 19/08/2016 à 11:19Mis à jour Le 19/08/2016 à 11:26

JO RIO 2016 - On sait désormais tout du braquage inventé par Ryan Lochte, Gunnar Bentz, Jack Conger et James Feigen pour faire oublier leurs écarts alcoolisés dans la nuit de dimanche à lundi. Les quatre nageurs américains risquent désormais gros.

La natation dorée américaine replonge dans la chronique extra-sportive. Après les Jeux Olympiques de 2008, on avait eu droit aux images embarrassantes de Michael Phelps en train de fumer du cannabis lors d'une fête étudiante. La méga star qui vient de se retirer sur 23 titres olympiques avait écopé de trois mois de suspension purement disciplinaires de la part de sa fédération, en regard de la déception suscitée dans l'opinion publique, spécialement auprès des enfants.

On ignore le traitement qui attend les quatre nageurs américains qui se sont vautrés dans une prétendue histoire de braquage de faux policiers. Outre-Atlantique, on déteste le parjure et ça ne présage rien de bon. Surtout que là, la polémique ne tient pas qu'à une simple photo mais à un scandale avec force vidéos en large diffusion depuis 24 heures au Brésil.

Dans ce pays où l'insécurité est un vrai problème, des agences de protection des personnes vont jusqu'à inventer des faux braquages routiers pour mieux secourir des victimes qui deviendront immanquablement dépendantes. Au prix d'une belle notoriété si celles-ci sont célèbres.

"L'un d'entre eux a littéralement vandalisé les toilettes"

Ryan Lochte, Gunnar Bentz, Jack Conger et James Feigen se sont sans doute dit que leur banale histoire d'attaque à main armée, alors qu'ils rentraient en taxi au village olympique, passerait comme une lettre à la poste. Mais après les prétendus faits, ils ont eu le tort de paraître tout guillerets devant les caméras de vidéo-surveillance du village.

Jeudi, c'est le chef de la police civile de Rio, Fernando Veloso, qui a tout raconté lors d'une conférence de presse. Dimanche au petit matin, Ryan Lochte, pas moins de six fois champion olympique, et ses comparses de virée étaient tout simplement alcoolisés après un passage prolongé en nocturne au Club France, dans un quartier de Rio, et se sont mis à uriner dans des endroits inappropriés en arrivant à une station-service. "Ils ont commencé à pisser partout", a relaté le gérant.

Un vigile leur a demandé d'aller aux toilettes, et on aurait pu en rester là. Mais l'affaire a mal tourné. "Ils sont allés aux toilettes, et ce que la vidéosurveillance montre, c'est que l'un d'entre eux a littéralement vandalisé les toilettes, brisant des miroirs et des objets à l'intérieur", a précisé Fernando Veloso. Un vigile a même pointé son arme sur eux car Lochte "avait un comportement violent", a ajouté le policier.

"Le comportement de ces athlètes est inacceptable"

Les vigiles ont appelé la police et ont demandé aux nageurs d'attendre, exigeant le remboursement de la casse. Espérant s'en sortir comme ça, les nageurs ont donné de l'argent et sont repartis en taxi.

Mercredi soir, Gunnar Bentz et Jack Conger étaient dans leur avion pour les Etats-Unis lorsqu'ils en ont été débarqués pour fournir leur version des faits, avant de récupérer leurs passeports et de rentrer pour de bon. Ryan Lochte l'avait déjà fait lorsque la police a voulu l'entendre. Quant à James Feigen, il serait toujours au Brésil, selon plusieurs médias.

Qu'importe, la vérité est connue, mais les quatre compétiteurs sont loin d'avoir mis cette histoire derrière eux. Le Comité olympique américain a platement présenté ses excuses "à ses hôtes et au peuple du Brésil" et ne compte pas en rester là. "Le comportement de ces athlètes est inacceptable et ne correspond pas aux valeurs de l'équipe ou au comportement de la vaste majorité de ses membres. Nous étudierons l'affaire et ses conséquences potentielles pour les athlètes à notre retour aux Etats-Unis", a-t-il prévenu.

0
0