Omnisport
Sport et résilience

Le sport, un vecteur d'accomplissement personnel

Partager avec
Copier
Partager cet article

2007 Marcoussis France Dominici

Crédit: AFP

ParEurosport
19/10/2012 à 12:39 | Mis à jour 19/10/2012 à 16:53

Le colloque "Sport et Résilience", organisé vendredi à Boulogne-Billancourt à l'initiative de Laurent-Eric Le Lay, président-directeur général d'Eurosport, a mis en lumière des athlètes, au courage hors norme, qui ont surmonté leurs propres difficultés de la vie grâce au sport.

La résilience. Ce terme, savant au premier abord, a pris tout son sens ce vendredi 19 octobre 2012 à l'occasion du colloque "Sport et Résilience" organisé par Laurent-Eric Le Lay, président-directeur général d'Eurosport, et du psychiatre Philippe Bouhours. Grand témoin de cette journée, le neuropsychiatre Boris Cyrulnik qualifie la résilience de "reprise d'un développement après une agonie psychique traumatique". Les témoignages des différents intervenants du jour ont ainsi permis de mettre en avant le sport comme un moyen essentiel pour parvenir à cette résilience.

Avec leurs mots et leur sensibilité, différents sportifs de tous horizons ont fait partager leur vécu, leur expérience, leur histoire. Ils étaient cinq. Christophe Dominici, rugbyman international français finaliste de la Coupe du monde 1999, a réussi à surmonter le décès prématuré de sa sœur durant sa jeunesse. Antoine Dénériaz est devenu champion olympique de descente en 2006 tout juste treize mois après une grave opération du genou. Philippe Croizon, amputé des quatre membres, est le premier handicapé à avoir traversé la Manche et relié les cinq continents à la nage. Carl Blasco a surmonté sa situation en échec scolaire en devenant l'un des tout meilleurs triathlètes au monde. Enfin, Benoît Pinton, hémiplégique à l'âge six ans, a terminé son quatrième Iron man avec les valides.

Sport et résilience

Croizon : "Montrer que tout est possible"

19/10/2012 À 12:35

Le sport forge le mental

Des profils très différents mais avec un point commun en fil conducteur, le processus de reconstruction à travers le sport suite à un traumatisme. Chacun à tour de rôle, à leur façon et avec beaucoup d'humilité et de simplicité, ils ont montré que le sport, quelque soit le niveau pratiqué, ne se limitait pas à une dimension physique. Le sport, c'est bien plus que cela. C'est aussi, beaucoup et surtout parfois, une question psychologique, mentale. Ou comment apprendre à se connaitre, à surmonter les aléas de la vie, les échecs, les injustices. Pour pouvoir mieux rebondir et se surpasser. Dépasser ses propres limites.

Pour eux, le sport a été un véritable moteur et a donné un sens à leur vie d'homme tout en relativisant les douleurs qu'ils ont subies. Ils ont souffert, comme tout le monde. Mais ils se sont toujours relevés. Les hissant au rôle d'exemple, de modèle, voire même de héros des temps modernes. Par leur courage, par leur abnégation, par leur détermination, ils forcent l'admiration de chacun et fédèrent naturellement autour d'eux. Au point de créer du lien social et même de susciter des vocations auprès des plus jeunes qui seront nos héros de demain.

Sport et résilience

Sports et résilience, un colloque signé Eurosport, le 19 octobre

16/10/2012 À 16:17
Omnisport

L'espoir Mbappé, la folie Phoenix, podcasts : l'actu sur un plateau

IL Y A 17 HEURES
Dans le même sujet
OmnisportSport et résilience
Partager avec
Copier
Partager cet article