AFP

Bolt, unique en son genre

Bolt, tout simplement unique
Par Eurosport

Le 30/12/2009 à 23:50Mis à jour

Deuxième en 2008, Usain Bolt se retrouve cette fois sur le toit du monde. Eurosport.fr a élu le Jamaïcain sportif de l’année. Après la razzia de Pékin, le sprinteur a remporté trois titres mondiaux à Berlin et agrémenté ses victoires sur 100 et 200m de nouveaux records du monde. Unique.

15 membres de la rédaction d'Eurosport.fr ont participé au vote, désignant leurs 10 sportifs les plus marquants de l'année 2008. Des points sont attribués à chacun, une première place rapportant 10 points, une deuxième neuf, et ainsi de suite.

LE CLASSEMENT

1. Usain Bolt (Jamaïque – Athlétisme) 145 points
2. Roger Federer (Suisse - Tennis) 129 points
3. Lionel Messi (Argentine - Football) 99 points
4. Sébastien Loeb (France - Rallye) 63 points
5. Valentino Rossi (Italie - Moto) 61 points
6. Cesar Cielo (Brésil - Natation) 53 points
7. Alberto Contador (Espagne - Cyclisme) 45 points
8. Jenson Button (Grande-Bretagne- F1) 38 points
9. Kobe Bryant (Etats-Unis – Basketball) 24 points
10. Kenenisa Bekele (Ethiopie - Athlétisme) 21 points

Reuters

. POURQUOI LUI ?

Usain Bolt est du genre ponctuel. Mieux, le Jamaïcain a pour habitude d’arriver en avance à ses rendez-vous. L’été dernier, Bolt en avait un du côté de Berlin à l’occasion des Championnats du monde. Comme aux Jeux de Pékin, le sprinteur n'a pas trainé en route et s’est même amusé à défier le temps. Sacré champion olympique à trois reprises dans le nid d’Oiseau en 2008 (100m, 200m et 4x100m), Usain Bolt avait agrémenté ses succès d’autant de records du monde. Le plus dur, dit-on, est de confirmer, Usain Bolt a pris un malin plaisir sur le tartan bleu berlinois à démontrer le contraire à des millions de spectateurs qui n’attendaient que ça. Mais n’en espéraient sans doute pas tant. Et pourtant…

Le sprinteur aux mensurations de basketteur (1,96m) et à la foulée de quatermiler a signé un exploit unique dans l’histoire de l’athlétisme en remportant les trois mêmes titres qu’à Pékin. Surtout, "Lightning Bolt" a réussi l’impensable : améliorer une nouvelle fois ses records du monde du 100 et 200m. Sur la ligne droite, les 9’’58 réalisés par Bolt n’ont pas ému plus que ça, tant sa marque de Pékin (9’’69) avait été réalisée sans forcer et en déroulant sur les vingt derniers mètres. En revanche, les 19’’19 signés par le Jamaïcain sur le demi-tour de piste, quatre jours plus tard, ont laissé la planète sans voix. Même lui, le Roi Usain, n’a su trouver les mots pour qualifier sa performance : "Sur 100m, je n’étais pas tellement surpris. Mais sur 200, je me suis dit : Wahou !" Tout ça sans rouler des épaules, façon Maurice Greene, mais avec un large sourire, des pas de danse et un geste, les deux index pointés vers le ciel, devenu sa marque de fabrique.

En une année, Usain Bolt est passé au statut de héros à celui de légende vivante. Il y aura un avant et un après Bolt. Personne depuis l’avènement du chronométrage électronique n’avait réussi un tel bon en avant. En un an quasiment jour pour jour, le sprinteur est parvenu à repousser les limites humaines et a remis en cause tous les travaux scientifiques qui, il n’y a pas si longtemps, assuraient que personne n’avalerait un 100m en moins de 9’’50. Comment ? On a déjà tout dit sur Bolt. Loin des canons physiques habituels des sprinteurs, doté d’une technique de pied hors du commun, Usain est à part. On a beau analyser, décrypter ses courses et son travail, Bolt reste un mystère. Et si le Jamaïcain était tout simplement une sorte de surhomme ? L’exception qui confirme la règle ? Chacun a envie d’y croire et de se dire qu’il est le témoin privilégié des exploits d’un athlète unique dans l'histoire de l'athlétisme.

. 2009 EN 5 DATES

30 avril : L’année commence mal pour Usain Bolt. Le roi de Pékin est victime d’un accident de voiture à Kingston. Sa BMW a quitté la route et terminé sa course dans le fossé. Quelques blessures superficielles sont à déplorer. La Jamaïque respire…

17 mai : Usain Bolt est un ogre. Durant une exhibition qui se déroule à Manchester et moins de trois semaines après son accident de voiture, il s’aligne sur 150m, distance non-reconnue par l’IAAF. Sur la ligne droite, il réalise un temps canon de 14’’35. Personne n’a jamais couru aussi vite. Pietro Mennea, ancien "recordman" de la distance avait tout juste réussi 14’’80.

16 août : Cette fois, il n’a pas coupé son effort. Après l’exploit de Pékin, Usain Bolt décroche le titre de champion du monde du 100m avec un chrono inimaginable de 9’’58. Onze centièmes de moins que sa marque pékinoise, la marge est exceptionnelle. Le Jamaïcain devient le premier sprinteur sous la barre des 9''6.

20 août : Quatre jours après le 100m, Usain Bolt remet ça sur 200m. Encore une fois, le Jamaïcain s’efface des tablettes. En 19’’19, Bolt décroche le titre et glane définitivement ses galons d’athlète unique. Peut-être le plus grand. Deux jours plus tard, il remportera le 4x100m avec la Jamaïque, mais sans record. Personne n’est parfait.

22 novembre : Comme en 2008, année de son avènement, Usain Bolt est élu athlète de l’année par l’IAAF. Le Jamaïcain n’est plus qu’à un titre d’Hicham El Guerrouj, sacré trois fois.

0
0