Un rôle de porte-drapeau, une belle finale et pas de chute : Kevin Rolland n'en demandait pas plus pour ces Jeux Olympiques de Pékin 2022. Le freestyler français, ancien maître du Halfpipe (champion du monde, triple vainqueur de la Coupe du monde, quadruple des X Games), n'est plus le skieur qu'il était. Rien de surprenant ici puisqu'il y a trois ans, sa vie était en doute après un terrible accident pendant une tentative de record du monde. Lui seul sait s'il a des regrets sur la finale de ce vendredi mais Kevin Rolland ne l'a pas montré et c'est sourire aux lèvres qu'il a conclu ces Jeux.

Rolland s'est fait plaisir pour finir : Son dernier run en vidéo

Pékin 2022
Neuf jours plus tard... Smith est reclassée 3e et donc médaillée de bronze
26/02/2022 À 10:57

Rolland n'a pas usé de ses "tricks jokers"

Présent depuis le début de la quinzaine pékinoise, Eole perturbe sérieusement la fin des Jeux Olympiques. Le vent a repoussé le Team Event de samedi à dimanche et combiné au froid, il a contraint les organisateurs à réduire le 50 kilomètres à 30 en ski de fond. Placée en début de programme, la finale de Halfpipe a flirté avec les limites de la sécurité et les chutes furent nombreuses mais heureusement sans gravité. Quand il s'agit d'accident, Kevin Rolland sait évidemment de quoi il parle mais la peur ne l'a pas tétanisé.
Calendrier et résultats I Tableau des médailles I L'actu des Bleus I Toutes les vidéos
"Je me suis vraiment senti bien aujourd'hui. J'étais heureux d'être là, a-t-il lancé à notre micro. Quand je suis arrivé, j'ai vu que les conditions étaient dantesques avec beaucoup de vent. J'ai dû revoir mes plans à la baisse. J'avais mes petits tricks "jokers" pour tenter d'aller chercher le podium". Avec son 79,25, Rolland a été trop court d'un rien pour entrer dans le Top 5 (80,00) mais la "boîte" était plus loin (86,75). Ces fameux "jokers" auraient-il pu lui permettre de combler cet écart important ? Peut-être mais le jeu n'en valait pas la chandelle pour celui que ses partenaires surnomment "Mitch" en référence au personnage de Mitch Buchannon, campé par David Hasselhoff dans "Alerte à Malibu".

Un 2e run bien plus propre pour Rolland

Je n'ai pas voulu prendre trop de risques, j'ai assez fait souffrir autour de moi
"Je n'ai pas voulu prendre trop de risques, j'ai assez fait souffrir autour de moi, explique-t-il. Je me suis dit on va prendre la sage décision d'assurer, de faire des choses que je maîtrise, de ne pas prendre trop de risques, de ne pas tenter le tout pour le tout et donner des frayeurs à tout mon entourage. Il faut tirer les conclusions de notre expérience. Je n'avais pas envie de gâcher la fête avec une grosse chute." D'autres, comme Aaron Blunck, Simon d'Artois ou Miguel Porteous sont allés au sol, sans dommage heureusement.
Ne comptez pas sur Rolland pour avoir des regrets. S'il assure que personne ne croyait à la médaille "à part [lui]", il rappelle que son résultat "n'est pas une désillusion, parce que sixième, c'est très respectable". "On m'aurait dit ça il y a trois ans sur mon lit d'hôpital, j'aurais plus que signé. Le bilan est très positif. Il l'était déjà après les qualifications, mais là il l'est encore plus."
La suite pour lui devrait s'inscrire loin de la compétition mais il a réussi ses derniers jeux au-delà du sportif. "J'ai envie de retenir la résilience qu'il m'a fallu pour arriver jusqu'ici, en tant que porte-drapeau en plus, sourit Rolland. J'ai vécu des supers JO où j'ai essayé de profiter. Je vais me concentrer sur mes projets artistiques (production de vidéos) plutôt que compétitifs. Je suis un skieur. Pour moi, ce n'est même pas une carrière, c'est ma vie."
Pékin 2022
Big Air, slopestyle, half-pipe... Le best of d'Eileen Gu aux Jeux Olympiques
25/02/2022 À 15:10
Pékin 2022
Kévin Rolland, 6e du halfpipe : "Je ne sais pas si l'histoire aurait pu mieux se finir"
19/02/2022 À 16:41