dpa

Miller signe son retour

Miller signe son retour
Par Eurosport

Le 16/03/2006 à 13:15Mis à jour

Le vrai Bode Miller est de retour. Déjà deuxième de la descente la veille, l'Américain a remporté le Super G jeudi à Aare, devant son compatriote Daron Rahlves. Troisième, le Norvégien Aksel Lund Svindal souffle le globe de cristal de la spécialité à Herm

Eurosport Player: Regardez toute la saison en LIVE

Voir sur Eurosport

Hermann Maier n'en revient pas. En coupant la ligne d'arrivée, l'Autrichien sait qu'il vient de livrer une bonne course. Pas le Super G du siècle, certes. Pas même celui de l'année. Mais plus que correct, ça, oui. Suffisant pour décrocher un sixième globe de cristal dans la spécialité? Il semble le croire, avant de découvrir le tableau lumineux. Maier: 1:28.40. Quatrième. Catastrophe. Pour neuf centièmes, l'immense champion de Flachau échoue au pied du podium. Or sur le podium, sur cette troisième marche se trouve Aksel Lund Svindal, son principal rival pour la Coupe du monde de Super G.

Changement d'attitude

Son poing levé à l'arrivée, comme un pressentiment, confirmait toutefois qu'il avait rempli son contrat. Malgré tous ses efforts, Maier échoua donc pour presque rien. A 24 ans, Svindal obtient là la première récompense majeure de sa jeune carrière, dans la discipline de la Coupe du monde où la hiérarchie est de loin la plus ténue, puisque quatre skieurs, de Svindal à Reichelt, se tiennent en moins de 35 points. Mais la régularité du Scandinave a fini par payer. Dommage pour Herminator, le plus grand super géantiste de l'histoire du Cirque blanc, qui voit donc sa suprématie s'effriter.

Les malheurs de l'Autriche

Pour signer sa deuxième victoire de la saison, la première depuis le géant de Beaver Creek, il y a plus de quatre mois (le 3 décembre exactement), Bode a fait du pur Miller. Un ski engagé, atypique, avec des trajectoires qui n'appartiennent qu'à lui, mais avec un souci constant de recherche de vitesse. Notre plaisir de le revoir à un tel niveau est réel, mais il laisse aussi un petit arrière-goût d'amertume. S'il s'était montré aussi impliqué tout au long de l'hiver et lors des Jeux, plutôt que de se disperser dans des commentaires parfois douteux, il n'en serait pas là aujourd'hui. Mais c'est aussi pour ça qu'on aime Miller...

Ces derniers temps, Bode Miller a laissé entendre qu'il pourrait mettre un terme à sa carrière à la fin de la saison. Il s'interroge. Peut-être est-il en train de s'offrir une sortie royale. Celle de Daron Rahlves, qui est lui certain de ne pas revenir l'hiver prochain, n'est pas vilaine non plus. Le Californien a assuré un joli doublé au ski américain en se glissant entre Miller et Svindal. Présent sur le podium pour le dernier Super G de sa carrière, Rahlves tentera de faire aussi bien vendredi lors du géant. En tout cas, l'Amérique avait le sourire jeudi. L'Autriche, absente pour la première fois de la saison d'un podium en Super G, ne peut en dire autant. N'est-ce pas Hermann?

0
0