Getty Images

À Adelboden, Thomas Fanara a remonté le temps

À Adelboden, Fanara a remonté le temps

Le 12/01/2019 à 18:41Mis à jour Le 13/01/2019 à 00:47

COUPE DU MONDE - Auteur d'une superbe deuxième manche en géant, samedi à Adelboden, Thomas Fanara, 37 ans, est monté pour la treizième fois de sa carrière sur le podium en Coupe du monde. Surtout, il a continué d'écrire l'histoire qu'il entretient depuis treize ans avec la célèbre station helvétique.

Si les années passent, le talent ne disparaît jamais. Thomas Fanara représente à lui tout seul un modèle de persévérance. Souvent freiné par les blessures, le vétéran de 37 ans n'a pas pour autant prévu de vivre sa dernière saison comme un jubilé d'exhibition. Non, ce serait mal connaître celui qui a signé ce samedi son 13e podium en Coupe du monde. Et avec Adelboden, le skieur de Praz-sur-Arly tient une histoire toute particulière…

Du dossard 48 à la 5e place

Il y a quelques jours, au moment d'appréhender sa "dernière" dans la mythique station bernoise, Thomas Fanara a justement évoqué, avec nos confrères de Ski Chrono, sa "relation" avec la célèbre Chuenisbärgli : "Monter sur le podium dans la Mecque du géant, c'est unique. Et puis, il y a des trophées qui comptent plus que d'autres. La cloche d'Adelboden, c'est tellement mythique […] C'est là où mon histoire a commencé."

Il faut donc remonter à 2006. Un an plus tôt, pour sa première, il n'a pas pu se faire remarquer. Mais cette année-là, il y est parvenu en s'élançant avec le dossard 48 ! Alors que Benjamin Raich régnait en maître, le jeune homme de 24 ans avait sorti une seconde manche de l'espace pour finalement prendre une 5e place inespérée. De ce résultat hors-norme, Fanara a écrit l'une des plus belles pages de sa carrière de skieur.

Thomas Fanara lors du géant à A delboden le 12 janvier 2019

2019, un remake de 2011 ?

Mais à travers ce chapitre consacré à Adelboden, les années suivantes ont été marquées par de graves blessures aux genoux, fin 2007 et au milieu de l'hiver 2009. A chaque fois, une rupture du ligament croisé est venue stopper net sa progression, pourtant inéluctable. Mais le géantiste haut-savoyard n'est pas du genre à abandonner, et c'est en plein cœur de la saison 2011 que sa persévérance est récompensée. Après plusieurs sorties honorables, Thomas Fanara est surtout rentré dans la cour des grands en enchaînant son premier podium en carrière à Alta Badia (3e) et le deuxième trois semaines plus tard… à Adelboden (3e) ! Le skieur est devenu plus fort, respecté de tous et, l'homme n'a pas changé.

Modeste, travailleur, il a, depuis ces deux performances, intégré le cercle très restreint des meilleurs géantistes de la planète. Sa 3e place ici en 2014 avait par la suite renforcé les liens qu'il entretenait avec la station de l'Oberland. Mais ce samedi, son 13e podium en Coupe du monde a rappelé quelque chose. Et nous a fait remonter le temps à la même vitesse qu'il a dévalé la piste glacée du tracé suisse. Comme il y a huit ans, il est monté sur la boîte après avoir dompté la terrifiante Chuenisbärgli lors d'une seconde manche de titan. Avant les fêtes, c'est aussi à Alta Badia qu'il avait retrouvé le podium en géant (2e), une première depuis sa victoire en finale de la Coupe du monde 2016 à Saint-Moritz. A croire qu'Adelboden est en plein cœur d'une faille spatio-temporelle.

Vidéo - Fanara a sorti le grand jeu pour retrouver le podium d'Adelboden : sa 2e manche

02:04
0
0