Getty Images

Bailet, l'exploit un an après la blessure

Bailet, l'exploit un an après la blessure

Le 28/12/2018 à 18:14Mis à jour Le 28/12/2018 à 18:56

BORMIO - Un an après s'être blessé sur cette même piste, Matthieu Bailet a signé ce vendredi la plus belle performance de sa carrière en prenant la sixième place de la descente de Bormio. Un résultat héroïque pour le Français, parti avec un dossard très élevé, mais finalement pas si étonnant tant le Tricolore ne cesse de progresser.

Lorsqu'il s'est présenté au portillon de départ de Bormio, dossard 47 sur le dos, les caméras avaient déjà cessé de retransmettre. Les télévisions étaient passées à autre chose et plus personne n'imaginait quelqu'un capable de venir chatouiller les temps des meilleurs. Alors leader, Dominik Paris n'avait plus été inquiété depuis près d'une heure lorsque Matthieu Bailet s'est élancé pour sa descente. Et il est probable que l'Italien ne s'inquiétait pas vraiment de la performance du Français.

Matthieu Bailet à l'attaque lors de la descente de Bormio en décembre 2018 dont il a pris la 6e place

Matthieu Bailet à l'attaque lors de la descente de Bormio en décembre 2018 dont il a pris la 6e placeGetty Images

Jusqu'ici, le skieur niçois n'avait jamais véritablement brillé en Coupe du monde. En ce début de saison, il avait toutefois signé le meilleur résultat de sa carrière en prenant la 20e place de la descente de Beaver Creek. Souvent pénalisé par ses gros dossards, Bailet n'avait encore jamais réussi à se libérer complètement, malgré des sections régulièrement intéressantes. "Je suis satisfait de mon début de saison, avouait-il au micro d'Eurosport après son exploit transalpin. Mais, il est assez frustrant car le ski produit est bien meilleur que les résultats obtenus. C’est-à-dire qu'il y a des 'inter' très positifs mais il y a toujours eu un défaut, toujours eu une erreur qui m'a barré la route à un gros résultat." Jusqu'à cette descente de Bormio.

" Je savais qu'il y avait quelque chose à faire"

Il faut dire que tout semblait réuni pour voir Matthieu Bailet briller sur la Stelvio. Le Français avait montré de vraies qualités dès le premier entraînement sur la piste lombarde, conclu à la 6e place. Juste devant un certain Dominik Paris... Une piste rendue terrible par les conditions verglacées qui ont régné sur Bormio cette semaine et qui plaisent au Tricolore. "Les conditions étaient très difficiles, mais j'aime ça, confirmait-il vendredi après-midi. Je me suis dit que je pouvais jouer sur mes forces, la fougue de la jeunesse, la folie, l'énergie que j'arrive à mettre sur les skis."

Vidéo - Un exploit et une meilleure perf' en carrière : Bailet, le coin de ciel bleu du jour

01:19

Un plan bien pensé depuis le départ mais qui restait à mettre en place en course, où le stress et la pression sont des difficultés supplémentaires. "C'est vrai qu'il y avait beaucoup de choses dans ma tête au départ, notamment durant toute la période du lever jusqu'au départ, explique le Niçois. J'étais confiant, je savais qu'il y avait quelque chose à faire, parce que sur les deux entraînements je me suis très bien senti. Et j'ai réussi à empiler de haut en bas." Dans le coup à tous les intermédiaires (+ 0''32 au 2e, + 0''26 au 4e), le Français était même encore en course pour le podium au dernier intermédiaire, à moins d'une demi-seconde de Dominik Paris.

Prochaine étape : confirmer

Finalement sixième à 1''02 de l'Italien, le jeune homme de 22 ans s'offre même le luxe de finir meilleur Français de cette descente, devant son aîné Johan Clarey (8e), un peu moins à l'aise dans ces conditions verglacées. "Aujourd'hui, la neige était un peu plus agressive, un peu plus facile sur certaines parties, affirme t-il. Après, je ne suis pas focalisé là-dessus. Pour réussir, je sais que je dois me focaliser sur ce que je dois faire et rien d'autre. Je suis très content d'avoir réussi à mettre tout ça en place jusqu'au bout." Il y a de quoi.

Matthieu Bailet lors de la descente de Val Gardena, en 2018

Matthieu Bailet lors de la descente de Val Gardena, en 2018Getty Images

Cette saison, Matthieu Bailet avait souvent brillé par à-coups, sans conclure par un gros résultat. C'est désormais chose faite. Pour autant, le Français ne veut pas s'arrêter là et compte reproduire des courses du même acabit lors des prochaines étapes de Coupe du monde. "Aujourd'hui, j'ai fait quelques erreurs à la fin qui me coûtent un peu de temps mais tout va bien. J'ai réussi à empiler de haut en bas une course efficace, avec de l'énergie, juste, et j'en suis très satisfait. J'espère pouvoir continuer comme ça, garder le positif, tout ce que j'ai pu mettre en place cette année, et travailler ma régularité." C'est ainsi que le Tricolore trouvera la clé d'un premier top 5, voire mieux, en Coupe du monde et de meilleurs dossards. Le Niçois a le ski pour tutoyer les ténors et il compte le prouver le plus souvent possible.