Un joker de moins pour Alexis Pinturault. Une semaine après son abandon à Wengen, le Français a de nouveau fauté ce dimanche en slalom, à Kitzbühel. Ce double zéro pointé pourrait lui coûter cher au moment de faire les comptes en fin d'hiver. En tête du général au soir du combiné de Wengen, le voilà neuf jours plus tard relégué à 99 points de Henrik Kristoffersen. Et il pointe même derrière deux spécialistes de la vitesse Aleksander Kilde et Matthias Mayer.

Comme à Wengen, Pinturault a abandonné en 2nde manche à Kitzbühel

Pinturault a vu resurgir ses vieux démons entre les piquets. Alors qu'il restait sur 14 slaloms sans abandon (meilleure série en carrière), le voilà qu'il enchaîne deux sorties de piste consécutives. Dans le même temps, Kristoffersen a engrangé 130 points (2e et 5e places). Le contraste fait mal et commence à inquiéter alors qu'un nouveau slalom se profile, mardi à Schladming. "Je suis un peu déçu, c'est la 2e fois de suite, a indiqué Pinturault, apparu abattu en zone mixte. Dans les deux manches, je perds du temps en haut sur la partie glacée, il y a du boulot. Il faut essayer de trouver des solutions et avancer. J'ai peu de temps pour m'entraîner, il faudra faire avec à Schladming."
Kitzbühel
Clarey : "Il ne fallait pas non plus être un prophète pour savoir que ça serait dangereux"
23/01/2021 À 11:39

Depuis janvier, Kristoffersen score deux fois plus que Pinturault

La chose est d'autant plus frustrante qu'il avait signé une belle première manche (5e), comme à Wengen (4e). Le ski semble là. Mais il n'est pas récompensé du résultat adéquat. C'est une constante depuis le début de l'hiver : Kristoffersen est plus efficace que le Français, qui compte sur un calendrier plus épais (combiné et super-G) pour rester dans le match. Mais la tendance s'est largement amplifiée depuis janvier. Avant 2020, le skieur de Courchevel surfait sur une moyenne de 50 points par course (401 en huit épreuves). Depuis le passage de la nouvelle année, il ne tourne plus qu'à 30 points (241 en huit épreuves), soit un rythme deux fois plus lent que Kristoffersen (379 points en six épreuves, soit 63 en moyenne).

Alexis Pinturault a enfourché dimanche, lors de la 2e manche du slalom de Kitzbühel

Crédit: Getty Images

En janvier, le Norvégien a amassé quatre podiums contre un seul pour son rival. En 2019, Pinturault pouvait compter sur des coups d'éclat (trois victoires) pour compenser les ratés. Ce n'est plus le cas. Et ces derniers se font donc beaucoup plus remarquer. Bien sûr, Pinturault a des circonstances atténuantes. Sa gastro-entérite l'a affaibli à Adelboden. Et il en subit peut-être encore les conséquences, la maladie l'ayant privé de précieuses séances d'entraînement. Heureusement, janvier arrive bientôt à sa fin. Il reste encore deux épreuves pour les techniciens - le slalom de Schladming et le géant de Garmisch-Partenkirchen dimanche prochain – avant de pouvoir souffler un peu. Une coupure qui devrait faire du bien au Français, qui aura alors enchaîné 10 courses en 29 jours.

Le combiné d'Hinterstoder en bonus

Malgré tout, le skieur de Courchevel garde les cartes en main. Le cap de la mi-saison vient à peine d'être franchi (24 épreuves sur 44). Il lui reste encore un combiné, à Hinterstoder. Une victoire en Autriche, et il compenserait son débours actuel sur Kristoffersen. De plus, quatre super-G sont encore au programme (dont celui en Chine). De quoi grappiller là aussi quelques dizaines de points. Malgré sa mauvaise passe actuelle, Pinturault n'a donc pas vraiment hypothéqué ses chances au général. Les écarts restent faibles et si le Français retrouve sa régularité, la tendance pourrait vite s'inverser.

Alexis Pinturault, Kitzbühel 2020

Crédit: Getty Images

Kitzbühel
Seconde descente dimanche, Super-G lundi : du repos pour Clarey, un timing serré pour Pinturault
23/01/2021 À 09:44
Kitzbühel
Comme à Wengen, Pinturault a abandonné en 2nde manche à Kitzbühel
26/01/2020 À 16:03