Getty Images

Mondiaux d'Are : Wendy Holdener a tenu son rang et reste la reine du combiné

Holdener, une combine qui vaut (encore) de l'or

Le 08/02/2019 à 17:00Mis à jour Le 08/02/2019 à 17:46

MONDIAUX 2019 - Annoncée comme la grande favorite pour le titre mondial du combiné en l'absence de Mikaela Shiffrin, Wendy Holdener a fait honneur à son statut en décrochant l'or, vendredi à Are. La Suissesse, déjà sacrée dans cette discipline en 2017, a devancé Petra Vlhova et Ragnhild Mowinckel. Anne-Sophie Barthet, seule Française engagée, a pris la 11e place.

On s'attendait à un duel entre Wendy Holdener et Petra Vlhova, on a été servi. Au bout d'une course magnifique, c'est la Suissesse qui a été sacrée, vendredi, lors du combiné des championnats du monde d'Are. Cinquième de la descente, Holdener a tenu bon lors du slalom pour conserver sa couronne mondiale, la première à réaliser pareille performance en combiné depuis Janica Kostelic (2003, 2005). La Suissesse a devancé l'autre favorite Petra Vlhova (+ 0''03) et l'étonnante Norvégienne Ragnhild Mowinckel (+ 0''45). Unique Française au départ, Anne-Sophie Barthet a échoué aux portes du top 10.

Vidéo - Un slalom maitrisé et Holdener a "bissé" : sa manche de slalom en vidéo

01:42

Quand Mikaela Shiffrin n'est pas là, Holdener et Vlhova dansent. Alors que l'Américaine, grande favorite annoncée avant les Mondiaux vu sa domination en slalom (six succès) et en Super-G (trois), a finalement choisi de ne pas y prendre part, la Suissesse et la Slovaque n'ont pas manqué l'occasion de briller son absence. Bien que largement meilleures que leurs adversaires sur la partie technique, c'est bien lors de la descente inaugurale que les deux skieuses ont fait la différence. Spécialistes du slalom, elles ont largement rivalisé avec les meilleures descendeuses, Holdener prenant la 5e place (+ 0''42) et Vlhova la 8e (+ 0''72). Suffisant pour se retrouver au coude-à-coude pour l'or en slalom.

Les regrets de Siebenhofer

Première à s'élancer entre les piquets, Petra Vlhova a tout fait pour mettre un maximum de pression sur la Suissesse. Impériale sur le haut, la Slovaque a multiplié les enchaînements fluides, avec de la puissance, de l'engagement, avant de commettre quelques imprécisions sur le bas. Largement suffisant pour prendre la tête provisoire (- 1''10 sur Roni Remme, auteur de la remontée du jour avec 21 places gagnées) mais des erreurs qu'elle pourra regretter. Car, après la déception Federica Brignone (6e, + 1''39), Holdener a été très solide. Et c'est sur le bas que la Suissesse a fait la différence, avec plus de justesse, pour devancer Vlhova (- 0''03) et conserver son titre mondial.

Mais la double championne du monde de combiné aura souffert jusqu'au bout. Car, derrière, les spécialistes de vitesse ont rivalisé d'adresse. A commencer par Ramona Siebenhofer. Pas du tout habitué aux épreuves techniques, l'Autrichienne a sorti une énorme manche de slalom, concédant moins d'une seconde sur Holdener. Suffisant pour rêver au podium mais pas pour monter dessus.

Mowinckel récompensée

Troisième de la descente, Ragnhild Mowinckel a encore prouvé qu'elle était une fille de grands championnats (argent en descente et géant aux JO 2018) en réalisant le 6e temps en slalom pour résister de justesse à Siebenhofer (4 centièmes d'écart) et s'offrir sa première médaille mondiale, en bronze.

Seule Française au départ de ce combiné, Anne-Sophie Barthet manquait de compétition pour espérer y briguer un podium. Malgré tout, la Tricolore a parfaitement exploité ses qualités du moment pour réussir un combiné de qualité, sans regret, qu'elle a conclu à la 11e place (+ 2''25). Une petite victoire loin des joies et des honneurs.

0
0