C’est la reine de ces Mondiaux de Cortina d’Ampezzo. Après avoir conquis son premier titre mondial à l’occasion du super-G, une épreuve dont elle était archi-favorite, et pris la 3e place en descente, Lara Gut-Behrami est restée sur son nuage en allant chercher l’or sur le géant, discipline où elle ne s’était plus imposée depuis quatre ans et demi. La Suissesse s’est imposée sur le fil ce mercredi. Seulement deux centièmes la séparent de Mikaela Shiffrin. Katharina Liensberger, qui complète le podium, n’est pas bien loin non plus (9 centièmes). Déception pour Tessa Worley, seulement 7e (+1”64).
Idéalement placée après la première manche, troisième à huit centièmes de Shiffrin, Gut-Behrami a été la plus solide lors de la manche finale. Katharina Liensberger, fraîchement auréolée d’un titre mondial en parallèle, était peut-être la plus forte. L’Autrichienne a d'ailleurs signé le meilleur temps du run (9 centièmes de mieux que Gut-Behrami). Mais elle a sans doute laissé échapper le titre sur une faute d’intérieur à quelques portes de l’arrivée.
Mondiaux
De Val d'Isère 2016 aux Mondiaux 2021 : "L'abandon n'a jamais été une option" pour Faivre
06/03/2021 À 10:04

Worley n’a jamais trouvé la clé

Pour le plus grand bonheur de Gut-Behrami, qui n’en attendait pas tant ce mercredi. "Une médaille aurait déjà été magique", a confié au micro d’Eurosport la Suissesse, qui restait tout de même sur une 2e place lors de sa dernière sortie en géant, le 26 janvier à Kronplatz. Mais elle n'avait encore jamais décroché de médaille mondiale dans la discipline.
En quête d’un 3e titre mondial en géant qui aurait constitué un record absolu chez les femmes, Tessa Worley n’a elle jamais trouvé la clé. Ni en première manche (9e à 92 centièmes). Ni en seconde (8e à 89 centièmes). Forcément, sa 7e place n’est pas à la hauteur des attentes placées en la Française, qui restait sur une victoire à Kronplatz et occupe la 2e place au classement de la spécialité en coupe du monde. Elle repartira néanmoins avec une médaille de ces Mondiaux, celle de bronze arrachée mardi en parallèle. Les autres Françaises ont pris les 14e (Coralie Frasse Sombet) et 28e places (Doriane Escané).

Vlhova et Bassino hors du coup

Sensation de la première manche (2e à deux centièmes de Shiffrin), Nina O Brien est passée à deux doigts de signer l’exploit de ces Mondiaux. Dossard 19, l’Américaine de 23 ans a le meilleur temps absolu au 3e inter du run final. Mais une faute majeure à quelques portes de la ligne lui a coûté à la fois la victoire et le podium. Elle se contente finalement de la 10e place (+1”80). Ce qui constitue néanmoins son meilleur résultat en carrière dans la discipline.
Les plus déçues étaient de loin les Italiennes. A domicile, Marta Bassino faisait figure de grande favorite pour avoir remporté quatre des six géants du début d’hiver. Mais l’Italienne, passée à côté de ses deux manches, a dû se contenter de la 13e place. Federica Brignone, tenante du titre du petit globe, a abandonné dès le premier tracé. L’autre battue du jour est Petra Vlhova. La championne du monde de la discipline n’a pris que la 12e place. Il lui reste une dernière opportunité de remporter un titre en Italie. Samedi lors du slalom.
Mondiaux
Du briefing à l'émotion de La Marseillaise : Les dessous du titre mondial de Faivre sur le géant
06/03/2021 À 09:48
Mondiaux
Faivre : "Quand je suis arrivé à Cortina, je ne me suis pas dit : '"Il y a un goût de médailles'"
05/03/2021 À 16:31