C’était il y a trois ans. Le 20 janvier 2019 pour être exact. Ce jour-là, Clément Noël décroche à Wengen le tout premier succès de sa carrière en Coupe du monde. Une victoire qui confirmait alors toutes les qualités que le Vosgien démontrait depuis un peu plus d’un an sur le circuit. Le Français n’avait alors que 21 ans et semblait destiné à rapidement dominer la discipline. Trois ans plus tard, et malgré la retraite du maître Hirscher, cela ne s’est jamais véritablement confirmé.

Sept sorties de piste en 3 ans, deux fois plus que Schwarz

Les qualités de Clément Noël ne sont pas en cause, attention ! Deuxième de la Coupe du monde de la spécialité en 2019, 2020 et 2021, 4e aux JO de Pyeongchang en 2018, le Français est sans doute intrinsèquement le slalomeur le plus rapide du monde, comme en témoignent ses prestations en début de saison, où il avait dominé les deux manches à Val d’Isère puis la première à Madonna di Campiglio. Les qualités sont belles et bien là. Malheureusement, avec son ski moderne et assez unique et ses trajectoires très directes, au plus près du piquet, le Français est un skieur à risques.
Wengen
Kristo vaincu, dossards élevés et remontée historique : les 6 chiffres fous du slalom de Wengen
HIER À 17:00

La chute au pire moment : Largement en tête, Noël a tout gâché sur la dernière porte

Des risques qui lui permettent d’être bien plus rapide que la concurrence mais qui lui coûtent bien souvent trop cher. Depuis le début de la saison 2019, Noël est parti à la faute à sept reprises, soit plus deux fois en moyenne par saison. A titre de comparaison, Marcel Hirscher n’a connu aucune sortie de piste lors de ses 31 derniers slaloms avant sa retraite en 2019 et le vainqueur du globe l’an passé, Marco Schwarz, n’en a connu que trois depuis 2019, dont deux sur son début de saison, perturbé par une blessure en préparation.
Pas la folie en ce moment
Ses sorties à Madonna di Campiglio et à Adelboden ont poussé Clément Noël à mettre les points sur les 'i' : "Je le répète à chaque fois, et il n'y a pas de surprise, il ne faut pas se prendre pour quelqu'un d'autre, analysait le Français après son échec en Suisse. D'accord, j'ai gagné une course mais, à part ça, je fais des fautes tout le temps … Il faut se remettre en question aussi". Et s’il pensait se faire du bien en participant à l’exhibition de Crans-Montana ce mercredi, c’est raté puisque, là encore, le Vosgien est parti à la faute. "Entre mon élimination à Adelboden et cette élimination en troisième manche, ce n'est pas la folie actuellement, avouait-il à BlueWin quelques minutes après son échec. En troisième manche, je n'ai pas très bien skié et je suis sorti". Heureusement pour lui, il retrouvera ce dimanche sa piste fétiche : Wengen.

Nouvelle déception pour Clément Noël, sorti lors du slalom d'Adelboden le 9 janvier 2022

Crédit: Getty Images

"C'est une piste que j'adore", avouait-il en 2019. Et il y a de quoi… Les nombreux changements de rythme qui la caractérise nécessitent une grande réactivité au niveau des pieds, une des nombreuses qualités du Français. Surtout, elle lui a toujours réussi. C’est en Suisse qu’il a marqué des points pour la deuxième fois de sa carrière, lorsqu’il avait pris la 23e place en 2018, pour sa grande première sur le Lauberhorn. C’est ici aussi qu’il avait signé la première victoire de sa carrière, un an plus tard. En tête de la première manche, le Vosgien avait ensuite tenu bon en seconde pour s’imposer devant les Autrichiens Manuel Feller et Marcel Hirscher.

Pour égaler Stenmark

Depuis, Clément Noël est devenu la référence du slalom tricolore avec huit autres succès venus s’ajouter à sa collection, dont un autre décroché à Wengen, en 2020. En fait, avec l’annulation de l’épreuve l’an passé en raison de la pandémie, le Français est invaincu depuis trois ans sur le Lauberhorn puisqu’il se présentera dimanche sur le slalom en double tenant du titre. Une grande première pour lui. En cas de succès dimanche, il deviendrait le premier skieur à s’imposer trois années de suite à Wengen depuis 45 ans et Ingemar Stenmark (1975, 1976 et 1977) !

Noël n'a pas tremblé face à Feller et Hirscher : sa 2e manche victorieuse

Alors, oui, le Français n’est pas dans la meilleure forme de sa vie. Oui, le Tricolore a de quoi douter après ses dernières sorties de piste. Mais, après tout, Clément Noël connaît ça. En 2020, lorsqu’il s’était imposé à Wengen pour la deuxième fois, il venait également de sortir une semaine plus tôt à Adelboden. A force de sortir, le Vosgien a appris à se relever, toujours plus fort. Surtout lorsqu’il se retrouve à Wengen, avec le Lauberhorn sous les skis. Avec Schladming et les JO de Pékin dans les semaines à venir, le timing serait idéal.
Wengen
Noël : "Je trouve ça complètement nul"
HIER À 15:50
Wengen
Sur la retenue, Noël voulait avant tout aller au bout : sa seconde manche en vidéo
HIER À 14:22