Dossard 31 vainqueur, une première !

Depuis la saison 1998-1999 où la FIS a commencé à officiellement répertorier les dossards, jamais le 31 ne s’était imposé en slalom. Il y a une part de logique évidemment puisque les meilleurs partent généralement dans le top 7 ou, à la limite dans le top 15. Sur les 239 slaloms répertoriés, ils ne sont que cinq à avoir gagné après s’être élancés en-dehors des trente. Jusqu’à la semaine passée, cela n’était arrivé qu’avec les dossards 64, 60, 47, 35 mais, en deux slaloms, Johannes Strolz a gagné avec le 38 et ce dimanche Lucas Braathen a sacré le dossard 31. Deux exploits réalisés de manière bien différentes.
Ski alpin
Odermatt, Shiffrin au sommet, les déceptions Robinson et Schwarz : les tops et flops de la saison
22/03/2022 À 23:03

Une remontée inédite en Coupe du monde

Ce n’était tout simplement jamais arrivé dans l’histoire. En Coupe du monde, personne n’avait jamais réussi à remonter 28 places en seconde manche comme l’a réussi Lucas Braathen ce dimanche. Que ce soit en géant ou en slalom. Jusqu’ici, le record, 27 places, était co-détenu par le Français Gauthier De Tessières en géant (Val d’Isère 2009) et le duo Mattias Hargin-Sandro Simonet en slalom.

Une manche de folie pour une remontée fantastique et historique : la victoire de Braathen en vidéo

Mais aucun n’avait réussi à remonter jusqu’à la plus haute marche du podium. La folle remontée victorieuse de Marc Berthod à Adelboden s’était elle arrêtée à 26 places. C’est dire la performance dingue réussie par Lucas Braathen ce dimanche. A titre de comparaison, le Suisse Luca Aerni avait fait mieux sur le combiné des Mondiaux 2017 en étant sacré après avoir fait 30e de la descente. Mais les conditions n’étaient pas du tout les mêmes.

Braathen, intouchable en seconde manche

Si la densité en slalom a été le maître mot depuis le début de la saison, avec quatre vainqueurs différents en quatre courses et dix skieurs qui se tiennent en 80 points au classement de la spécialité, cette seconde manche de Wengen a tourné au cavalier seul. Exceptionnel, Lucas Braathen a relégué quasi tous les skieurs à plus d’une seconde.

Lucas Braathen, vainqueur du slalom de Wengen en janvier 2022

Crédit: Getty Images

En fait, ils ne sont que deux à y être parvenu puisque Loïc Meillard et Fabio Gstrein ont réussi à ne concéder "que" 0’’97 sur le Norvégien. Un petit exploit quand on voit que le leader de la Coupe du monde, Sebastian Foss-Solevaag, est repoussé à 1’’86 ! Pour rappel, le plus gros écart établi sur une manche jusqu’ici cette saison était l’œuvre de Clément Noël. A Madonna, le Français avait repoussé Foss-Solevaag à 0’’53 après une manche magnifique. Quasi deux fois moins que la claque infligée par Braathen.

A peine 21 ans mais un vainqueur loin du record

A 21 ans, 8 mois et 27 jours, Lucas Braathen a signé la première victoire de sa carrière à Wengen, un an et demi après celle signée en géant à Sölden. Mais, malgré sa jeunesse, le Norvégien est loin d’être le plus jeune vainqueur du slalom de Wengen. Ce record appartient toujours au Yougoslave Roc Petrovic, vainqueur en 1986 à 19 ans, 11 mois et 25 jours.

Lucas Braathen, lors du slalom de Wengen

Crédit: Getty Images

Même récemment d’autres skieurs se sont imposés plus jeune que Braathen, à l’image par exemple de Henrik Kristoffersen, vainqueur en 2016 à 21 ans et 6 mois. Double tenant à titre au départ de ce slalom 2022, Clément Noël avait à peine 10 jours de moins que son successeur lors de son premier succès en 2019.

Kristoffersen battu en refermant le portillon, c’est rare

Lorsqu’Henrik Kristoffersen referme le portillon de départ en slalom en Coupe du monde, le Norvégien s’impose. C’est une norme quasi inéluctable. C’était arrivé 9 fois en 10 slaloms dans cette situation depuis ses débuts. Mais à Wengen, pour la deuxième fois de sa carrière, il n’est pas parvenu à en profiter pour lever les bras. Il était pourtant parti pour confirmer cette statistique mais le Norvégien est sorti à quatre portes de l’arrivée.

Razzoli, 2191 jours plus tard

A 37 ans, Giuliano Razzoli n’est plus un jeune premier comme Lucas Braathen. Il pourrait presque même être son père… Mais le champion olympique 2010 de Vancouver est un exemple de résilience. Souvent perturbé par des blessures dans sa carrière, l’Italien s’est toujours relevé mais cela faisait bien longtemps que l’on n’avait plus vu Razzoli à un tel niveau. Le dernier podium de l’Italien remontait en effet à très exactement 2191 jours, soit six ans, à un jour près. Et c’était déjà à Wengen.

Giuliano Razzoli, de retour sur le podium à Wengen, six ans après

Crédit: Getty Images

Schmid, dernier dossard exceptionnel

Plutôt adepte du géant, discipline où il avait récemment pris la 3e place à Alta Badia, Alexander Schmid n’avait encore jamais marqué de point en slalom. C’est en partie pour cela que l’Allemand s’était élancé en dernière position en première manche, avec le dossard 67. Malgré cela, il est parvenu à se qualifier.
Un exploit rare mais pas inédit à Wengen puisque Natko Zrncic-Dim s’était lui aussi qualifié en 2009 en s’élançant dernier, mais avec le dossard 72. Pas de record donc pour Schmid mais l’Allemand pourra se consoler en se disant que lui a pris la 14e place alors que le Croate avait dû se contenter de la 20e.
Kranjska Gora
Kristoffersen domine le géant de Kranjska Gora : sa seconde manche victorieuse
12/03/2022 À 12:40
Alta Badia
Deux ans après, Kristoffersen a de nouveau conquis la Gran Risa
19/12/2021 À 14:05