Getty Images

Alexis Pinturault : "Cinq ans sans podium, ça représentait une petite disette..."

Pinturault : "Cinq ans sans podium, ça représentait une petite disette..."

Le 06/01/2019 à 21:43Mis à jour Le 07/01/2019 à 09:18

SLALOM DE ZAGREB - De retour sur le podium de la discipline quasiment cinq ans après sa victoire à Wengen en janvier 2019, Alexis Pinturault est apparu soulagé après la course. Une performance qui doit lui redonner confiance dans une spécialité qui ne lui souriait plus depuis un bon moment.

Wengen, janvier 2014. La France et Alexis Pinturault triomphent en slalom. Depuis ? Plus rien. Pas un podium à se mettre sous la dent. Cinq ans plus tard, la lumière est revenue du même Pinturault, deuxième du slalom de Zagreb derrière le maître, Marcel Hirscher.

Vidéo - Pour décrocher le podium, Pinturault a réussi une deuxième manche parfaite

01:28

"C'est sûr que quatre ans, même cinq à quelques jours près, ça représentait une petite disette", a rappelé le médaillé de bronze en géant aux J.O. 2018 de PyeongChang. Depuis cette victoire en Suisse, le Français était monté sur trente podiums exactement. Du géant évidemment, du combiné, du city event et même du super G, une surprise pour lui, le technicien, mais plus jamais de slalom. Il a mis fin à cette mauvaise série au prix de deux manches solides, ce qui ne lui arrivait plus vraiment en slalom depuis un bon moment. "Automatiquement oui, je suis très content", a-t-il affirmé.

De nouveaux skis pour faire la différence

"Surtout que cela a été des années très difficiles, des années où il a fallu batailler, travailler", a rappelé Pinturault qui occupe désormais la quatrième place du classement général de la Coupe du monde, à égalité avec Aleksander Aamodt Kilde. Solide cinquième de la première manche à Zagreb, à 77 centièmes de la tête, Pinturault a été brillant en seconde manche, là où parfois il peinait ces derniers temps, avec le troisième chrono, à trois dixièmes de l'intouchable Hirscher.

Mais ce bon résultat n’est pas le fruit du hasard. "On a pas mal travaillé entre Noël et le jour de l'An, j'ai eu des nouveaux skis, cela m'a permis de me sentir plus confiant, d'arriver à faire du meilleur ski, de manière plus régulière, et c'est certainement ça aujourd'hui qui a fait la différence", explique Pinturault. Du bon ski qui doit désormais lui donner confiance pour enfin enchaîner en slalom.

" Loin de pouvoir rivaliser avec Hirscher et Kristoffersen"

"Il faut continuer, ce n'est pas pour autant qu'il ne faudra pas faire de belles manches, et des manches pleines", ajoute le Français qui peut désormais se tourner vers le week-end d’Adelboden (Suisse) avec un géant et un slalom en deux jours. Un week-end qu’il pourra espérer faste s’il arrive à bien "reposer son dos" qui l’a, semble-t-il, fait souffrir ce dimanche en Croatie. Un dos sur lequel il doit "travailler" pour conserver le relâchement entrevu à Zagreb.

"Je suis loin de pouvoir rivaliser bien entendu avec Marcel (Hirscher), avec Henrik (Kristoffersen) de manière régulière, calme-t-il néanmoins. Il va falloir que je m'accroche, que je continue dans ce que je viens de faire aujourd'hui". Si le Norvégien a fini derrière (5e), l’Autrichien a été le seul capable de battre le Tricolore sur la neige croate. Encore lui, toujours lui.

Alexis Pinturault (Zagreb janvier 2019)

Alexis Pinturault (Zagreb janvier 2019)Getty Images

0
0