Il était vraiment temps que ça s’arrête. Au lendemain du jour prévu initialement, le slalom messieurs de Zagreb n’aura duré qu’une grosse heure, le temps de faire passer seulement 19 skieurs, avant que les organisateurs ne prennent la décision d’annuler l’épreuve. Une décision qui semblait inéluctable avant même le départ de la course, en raison d’une piste pas du tout digne d’une Coupe du monde et sur laquelle aucun skieur, hommes ou femmes, n’auraient dû s’élancer cette semaine. Malgré toute la bonne volonté des organisateurs, qui ont interrompu la course à quatre reprises pour tenter de remettre la piste en état, la mascarade a fini par prendre fin.
On le sentait venir depuis mardi, on s’en doutait depuis la veille et on savait que ça allait mal finir dès ce matin. Mais personne n’aurait imaginé le scénario grotesque qui s’est déroulé ce jeudi à Zagreb à l’occasion du slalom messieurs. Passe encore que la piste est complètement cassée au bout de trois coureurs seulement… L’équité sportive n’a jamais existé mais cela restait une situation "qui arrive" en ski. Et voir le Norvégien Sebastian Foss-Solevaag en tête de la première manche devant le Suisse Ramon Zenhausern (+ 0’’49) et Clément Noël (+ 0’’58) n’aurait rien eu de scandaleux. Tout le contraire de la suite du programme.
Zagreb
Manque de respect, de sécurité et blessure de Muffat-Jeandet : Les Bleus en veulent à la FIS
06/01/2022 À 15:28

Vidal sur le simulacre de slalom : "De mémoire de consultant ou de skieur, on n’a jamais vu ça"

5 skieurs en 50 minutes…

Après seulement vingt minutes de course et 14 dossards, la course a été interrompue une première fois pour tenter de remettre la piste en état. Mais avec une neige "morte", la tâche était impossible. L’annulation de la course était évidente pour tout le monde, y compris pour les skieurs qui s’étaient déjà élancés, beaucoup montrant leur incompréhension quant à la tenue de ce slalom. Pourtant, les organisateurs ont persisté à travailler la piste, n’hésitant pas à interrompre la course après le passage de Strasser donc, mais aussi après celui de Jakobsen pour essayer de permettre à Zubcic de s’élancer dans de bonnes conditions. En vain.
Longtemps, on s’est demandé combien de temps les organisateurs allaient poursuivre cette mascarade, qui n’avait d’un slalom que la dénomination officielle. Personne ne semblait capable de prendre la décision d’arrêter les frais. Il aura finalement fallu attendre plus de 50 minutes supplémentaires après le dossard 14 - durant lesquelles seulement 5 skieurs se sont élancés ! - pour que les organisateurs ne se resignent à annuler la course. Une décision qu’il aurait fallu prendre dès mercredi. Cela aurait évité cet épisode peu glorieux et favorisé un peu les coureurs, obligés de filer en quatrième vitesse à Adelboden, avec un géant dès samedi.
Zagreb
Le coup dur : Muffat-Jeandet se fracture la cheville droite à un mois des JO
06/01/2022 À 14:57
Zagreb
C'était inéluctable : l'état de la piste n'était pas digne d'une épreuve de Coupe du monde
06/01/2022 À 14:28