1. Clément Noël, le révolutionnaire

Son début de saison : Vainqueur à Val d'Isère, abandon à Madonna di Campiglio
Son classement WCSL : 2e
"Le plus rapide, intrinsèquement, c'est lui. Et cela depuis deux saisons. Son vrai point fort, c'est sa technique. Elle est révolutionnaire par sa capacité à laisser ses skis dans la ligne de pente, à faire des virages très courts. Pour imager, ses trajectoires entre deux portes sont comme des lignes droites, des segments. Il arrive à "shunter" la partie où l'on vient cintrer le ski. Normalement, le ski a tendance à boucler, mais ce n’est pas du tout le cas chez lui. Il fait donc très peu de chemin avec son centre de gravité.
Zagreb
Manque de respect, de sécurité et blessure de Muffat-Jeandet : Les Bleus en veulent à la FIS
06/01/2022 À 15:28
Il travaille cette technique depuis très longtemps, avec son club, le comité de Savoie, etc…C’est quelque chose d’assez intuitif. Il s’est modelé avec cette coordination. Son ski est extrêmement rapide, mais à risque. Cela nécessite un timing hyper juste. C'est aussi pour cela qu'il peut partir à la faute : il suffit d’un grain de sable pour que la machine se grippe et qu'il se retrouve au tapis.
Sa marge de progression se trouve en partie dans sa capacité à gérer les petites fautes, pour qu'elles ne lui soient pas fatales. On l'a vu à Madonna, où il se couche sur la dernière porte alors qu'il avait beaucoup d'avance. C’est le 'problème' de son talent. Il va tellement vite que son mental et son expertise ne sont pas encore au niveau de sa technique. Néanmoins, je trouve que Clément a encore passé un cap mental cet hiver, je le trouve plus solide qu'avant. ll est encore jeune, je pense que l'expérience qu'il va prendre va lui permettre de gagner encore plus de courses. Il est capable de briller aux JO et de gagner la Coupe du monde de slalom."
La course de janvier où il pourrait tout casser : "Plus il y a de la pente, plus il est à l'aise. Wengen, Kitzbühel et Schladming lui conviennent donc bien. Mais parmi ces trois, Schladming est sa meilleure chance. Même si c'est paradoxalement la seule des trois courses qu'il n'a pas encore gagnée."

Noël impérial chez lui : son succès en vidéo

2. Sebastian Foss-Solevaag, l'atypique

Son début de saison : 6e à Val d'Isère, vainqueur à Madonna di Campiglio
Son classement WCSL : 1er
"Le choix est un peu plus large pour déterminer mon 2e meilleur skieur du moment. Mais sur la régularité de la saison dernière et de ce début de saison, je mets quand même Sebastian Foss-Solevaag. Il a la qualité des Norvégiens, à savoir être assez fort mentalement et assez stable. Et il a vraiment bien amélioré son ski depuis deux saisons, avec beaucoup de relâchement. On l’a vu à Madonna, il a bien maîtrisé la course. Il est bien installé parmi les meilleurs maintenant. En plus il est sympa, il maîtrise bien les aspects de sa communication, on le sent bien dans son truc.
Après, c'est un pur spécialiste de slalom, il ne fait que ça. Techniquement, il a une position assez arrière. C'est un skieur atypique, pas forcément un modèle du genre. Mais il a un très bon toucher de neige, ce qui fait qu'il est toujours très rapide. Et il a derrière lui des jeunes comme Braathen qui arrive, ça le booste pas mal. "
La course de janvier où il pourrait tout casser : "C'est une machine sur le plat, je le vois très fort à Zagreb. Et très souvent sur le podium tout au long de janvier."

Foss-Solevaag, c'est du solide : le run de sa victoire en vidéo

3. Alexis Pinturault, l'explosif

Son début de saison : Non-qualifié en 2nde manche à Val d'Isère, 2e à Madonna
Son classement WCSL : 5e
"Ce n'est pas sa place à la WCSL, mais je le mets en 3e. Il fait toutes les disciplines, ça impacte son niveau en slalom et il ne bénéficie pas de la même fraîcheur sur les courses que les purs spécialistes comme Noël et Foss-Solevaag. Ca lui joue des tours de temps en temps, suivant les neiges. Mais malgré tout, malgré son peu d’entraînement entre les piquets, il arrive à faire 2e à Madonna. S'il ne faisait que ça, il serait assez redoutable.
Sa vraie qualité en slalom, c'est son explosivité. Musculairement, il est l'un des plus puissants du circuit. Un peu comme l'était Hirscher à sa grande époque. A Madonna, il a été capable de tenir des appuis très courts, de vraiment plaquer son ski au sol. Cela en fait un super slalomeur. Ce qu'il vise, c’est d'être champion olympique en combiné. Et le slalom sera vraiment important pour aller chercher ce titre."
La course de janvier où il pourrait tout casser : "Il va beaucoup enchaîner en janvier et jongler entre toutes les disciplines, ce qui va être un problème. Je l'attends surtout mercredi, à Zagreb. Avec la fraîcheur, il peut faire un gros résultat. Il va surfer sur son podium de Madonna."

Un ski posé, retrouvé et Pinturault se rassure avec un beau podium en slalom : sa 2e place en vidéo

4. Kristoffer Jakobsen et Alex Vinatzer, les deux jeunes loups

Début de saison de Jakobsen : 2e à Val d'Isère, 3e à Madonna di Campiglio
Classement WCSL de Jakobsen : 2e
Début de saison de Vinatzer : Disqualifié à Val d'Isère, 4e à Madonna di Campiglio
Classement WCSL de Vinatzer : 9e
"Je fais une doublette, avec deux jeunes loups qui viennent bousculer la hiérarchie, deux skieurs au profil très semblable même si Vinatzer est plus grand, ce qui est d'ailleurs un avantage aujourd'hui en slalom. Cela fait deux saisons qu'on les voit vraiment monter en puissance. Ils mettent beaucoup d'engagement sur leur ski. Leur technique, très moderne, est très intéressante. Ils ont cette capacité à mettre leur ski rapidement en direction, un peu comme Clément.
L'expérience et le manque de régularité sont leurs points faibles. Et en slalom, quand tu perds la régularité, tu lâches de la confiance, des points, et tu recules au classement.Pour l'instant, ils n'ont pas encore passé ce cap. Mais dès qu'ils seront capables de faire deux manches à leur plein potentiel, ça peut faire mal. Ils peuvent, pourquoi pas, se rapprocher de Clément. Mais pour l'heure, il y a trop de déchêts."
La course de janvier où ils pourraient tout casser : Je sens bien Vinatzer pour Wengen. Pour Jakobsen, je mettrai une pièce à Zagreb et Schladming.

La 2e place de Jakobsen à Val d'Isère

6. Henrik Kristoffersen, l'expérimenté

Son début de saison : 11e à Val d'Isère, abandon en 2nde manche à Madonna di Campiglio
Son classement WCSL : 6e
"Il a un palmarès XXL en slalom (19 victoires en coupe du monde). Mais il marque un peu le pas quand même. Je trouve qu'il manque un peu de fraîcheur. Attention, il demeure toujours performant sur certaines pistes. Son expérience est un vrai avantage. Et son mental est vraiment énorme. Mais techniquement, pour moi, il a trop baissé son centre de gravité.
Il descend ses fesses de plus en plus, chaque année. Il skie vraiment très bas, ça lui fait perdre cette distance et cet effet de levier qu'on peut avoir sur les jambes. Est-ce le fait de s'être beaucoup investi sur le géant ces dernières années ? En tout cas, à ses débuts, ses attitudes étaient beaucoup plus hautes. Il mériterait de revenir à un style plus aérien, il serait plus performant selon moi."
La course de janvier où il pourrait tout casser : "Wengen, car c'est une course super tactique."

Toujours pas de titre mais une première médaille en slalom pour Kristoffersen : sa 3e place en vidéo

7. Manuel Feller, le risque-tout

Son début de saison : Abandon à Val d'Isère et Madonna di Campiglio
Son classement WCSL : -
"Il n'y pas de Suisse dans ma liste, même s'il ne faut pas enterrer Daniel Yule et Ramon Zenhäusern, mais on y trouve quand même un Autrichien ! Depuis le départ de Marcel Hirscher, ils sont à la recherche de leur nouvelle pépite en slalom. Feller, c'est le risque-tout, le skieur un peu fou qui va peut-être, enfin, arriver à tout mettre dans l'ordre. Il a un style énergique, c'est très visuel, on a l'impression que ça va très vite. Mais ce n'est pas toujours efficient.
Il faut qu'il canalise ses forces, qu'il soit vraiment juste sur ses intentions et sur sa technique. Soit il prend tous les risques et le physique ne suit pas. Soit il pêche techniquement, avec des petites fautes. Mais j'ai l’impression que la confiance vient petit à petit, qu'il va arriver à trouver la maturité nécessaire pour gagner plus souvent (deux victoires la saison passée)."
La course de janvier où il pourrait tout casser : "Il risque d'être bien à Zagreb. C'est une piste facile où il peut être assez rapide."

Une prise de risque totale et un 2e succès cet hiver pour Feller

Zagreb
Le coup dur : Muffat-Jeandet se fracture la cheville droite à un mois des JO
06/01/2022 À 14:57
Zagreb
C'était inéluctable : l'état de la piste n'était pas digne d'une épreuve de Coupe du monde
06/01/2022 À 14:28