Quelque part dans le monde, il existe peut-être une personne qui a osé poser un billet sur la victoire de Shaun Murphy au Championnat du monde 2005. Et cette personne a pu alors s’offrir un joli cadeau puisque la cote de l’Anglais était de 150 contre 1. Il faut dire que "The Magician" était loin d’être favori au Crucible Theatre. Sauf que les pronostics sont fait pour être déjoués et Shaun Murphy s’est offert Chris Small (10-5), John Higgins (13-8), Steve Davis (13-4), Peter Ebdon (17-12) et Matthew Stevens (18-16) pour s’offrir le titre de champion du monde.
Shaun Murphy est alors devenu le troisième joueur de l’histoire à remporter le titre en sortant des qualifications après Alex Higgins en 1972 et Terry Griffiths en 1979. L’Anglais est aussi devenu à 22 ans le deuxième plus jeune champion du monde de l’histoire derrière le septuple vainqueur de l’épreuve Stephen Hendry. Record toujours, sa 48e place au ranking en début de compétition est la plus basse d’un champion du monde. Et si cette victoire a permis à Murphy de se faire un nom dans le snooker, et de s’acheter une Mercedes et une maison avec le prize money, elle lui a surtout permis de prendre une revanche sur son enfance où il a été malmené en raison de sa passion pour le snooker.

Shaun Murphy

Crédit: Eurosport

Championnat du Monde
Coups de génie à gogo : Selby, O'Sullivan, Murphy... Le top des plus beaux coups
05/05/2021 À 09:40

Bagarre, harcèlement et école à domicile

Né quasiment avec une queue de snooker à la main, le petit Shaun passe son temps libre à la table et commence à se faire un nom à Irthlingborough dans le North Northamptonshire. Logique quand on réalise un century à 10 ans et qu’on signe un contrat de 5 ans de 5000£ par an avec Doc Martens à 13 ans. Sauf que ses camarades de classe ne voient pas d’un très bon œil le fait de voir des articles sur lui dans les journaux locaux. Ni certains professeurs, qui lui disaient que le snooker “n’était qu’une totale perte de temps” comme l’a confié Murphy à Eurosport.
Habitué à côtoyer des personnes plus âgées dans les clubs de snooker, Shaun Murphy n’arrive pas à s’intégrer au sein des élèves de sa classe. Il faut dire que ces derniers ne sont pas vraiment enclins à l’accueillir puisqu’ils passent leur temps à le malmener : "C’était une sorte de torture mentale. Du genre 'On va t’avoir', 'Nos frères vont t’attraper'. Je ne savais jamais ce qui m’attendait au coin de la rue."
Harcelé, chahuté, Murphy en parle à son père, golfeur professionnel, qui décide de retirer son fils de l’établissement malgré ses 13 ans et lui faire faire des cours à domicile avec un professeur particulier. Visionnaire, le paternel tente alors de réconforter le moral du fiston : "Mon père a très vite retourné la situation. Il m’a dit 'On va utiliser ce que tu as vécu pour en faire un succès. Quand ils te verront au championnat du monde dans quelques années, ils pourront se l’enfoncer dans la gorge'".
Désormais, celui qui a quitté Twitter - "J'ai découvert que 99,99% des personnes présentes n'auraient jamais les couilles de vous dire en face ce qu’ils écrivent" - continue de s’investir dans la lutte contre le harcèlement scolaire. Et dans plusieurs autres associations caritatives comme le prouve son travail humanitaire au Zimbabwe à l’été 2006 ou encore son don de 100£ au Royal Manchester Children's Hospital à chaque century lors des championnats du monde en 2012.

Un titre qui en appelle un autre

Après son titre de champion du monde en 2005, le regard des joueurs du circuit professionnel à logiquement changé envers Shaun Murphy qui devient alors "The Magician". Un surnom qui s’explique par les coups réalisés par l’Anglais, le sextuple champion du monde Steve Davis décrira d’ailleurs son "cue action" comme "le meilleur qu’il n’ait jamais vu". Très à l’aise sur les tirs longues distance, l’Anglais compte déjà 6 breaks maximum à son actif. Seuls Ronnie O’Sullivan (15), Stephen Hendry (11), John Higgins (11) et Stuart Bingham (8) font mieux.
Mais si son talent et sa magie sont reconnus de tous, Shaun Murphy n’a jamais réussi à obtenir un second titre de champion du monde, s’inclinant en finale à deux reprises en 2009 contre John Higgins et en 2015 contre Stuart Bingham. Cela n’a pas empêché celui qui critique souvent les nombreuses pauses toilettes de ses adversaires de remporter l’UK Championship en 2008 et le Masters en 2015 pour valider la triple couronne.

Le coup tout en puissance de Judd Trump pour prendre le large

Bien décidé à se retrouver à nouveau sur le toit du monde, celui qui ne partira pas en vacances avec Stephen Maguire - "Je ne l’aime pas et je pense qu’il ne m’aime pas" comme l'a déclaré l’Écossais - a parfaitement débuté son tournoi en s’imposant sans trembler contre Mark Davis (10-7) et Yan Bingtao (13-7). Avant de confirmer sa bonne forme du moment lors de la première session de son quart de finale face à Judd Trump (4-4) que Shaun Murphy n’a pourtant battu qu’à 11 reprises en 33 matchs toutes compétitions. Mais l’homonyme de l’ancien président des États-Unis le sait très bien : la magie de Murphy peut intervenir à tout moment. Et ce n’est pas le pauvre Luo Honghao battu 10-0 lors de l’édition 2019 des championnats du monde qui dira le contraire.
Championnat du Monde
Un public au Crucible Theatre, ça change tout
05/05/2021 À 08:47
Championnat du Monde
Tension extrême, libération suprême : Selby a eu de la glace dans les veines au moment de conclure
04/05/2021 À 08:13