Gaël Monfils n'a pas perdu de temps pour perpétuer la tradition. Depuis 2005, il ne s'est pas passé un an sans que le Français ne dispute au moins une finale sur le circuit ATP. L'année 2022 n'échappera pas à la règle. Dimanche à Adelaïde, Monfils jouera pour le titre face à Karen Khachanov. Et cela force le respect. Seuls trois joueurs peuvent se vanter d'avoir réalisé une série de saisons avec au moins une finale sur le circuit plus longue que le Tricolore dans l'histoire du tennis. Et non des moindres : Roger Federer (20 saisons), Jimmy Connors et Rafael Nadal (19 saisons chacun).
Monfils en est désormais à 18. Il a commenté cette performance remarquable avec une pointe d'humour après sa demi-finale remportée face à Thanasi Kokkinakis (7-5, 6-0). Tout en laissant transparaître cette motivation qu'il dégage depuis le début de la semaine sur les courts australiens. "Ça veut dire que ça fait longtemps que je joue au tennis, a-t-il plaisanté dans des propos rapportés par L'Equipe. Et on m'en parlera pour la 19e fois l'année prochaine. Je suis content mais j'espère avoir plus qu'une finale cette année."
US Open
Rang tenu et rêves intacts : Ruud jouera la finale
09/09/2022 À 22:14
La 21e joueur mondial voit d'ores et déjà plus loin. Et avant de penser à d'autres finales, c'est bien le trophée qu'il a en tête. Monfils s'est manifestement très bien préparé pour l'obtenir. Ses résultats depuis le début de la semaine en attestent. Le Français s'était déjà montré expéditif lors de ses deux premiers matches remportés en deux sets face à l'Argentin Juan Martin Cerundolo (6-2, 6-1) et l'Américain Tony Paul (6-4, 6-1). Il ne l'a pas moins été contre Kokkinakis. Même si son premier set face à l'Australien a été le plus laborieux de son tournoi jusqu'ici.

"C'était peut-être mon plus mauvais match"

Monfils l'a reconnu volontiers. Et il a agi en conséquence. Ce qui ressort de son premier tournoi de l'année jusqu'ici, c'est son perfectionnisme. De sa demi-finale, il n'a jamais retenu sa démonstration dans le deuxième set. Mais bien ce qui n'avait pas fonctionné dans le premier. "Après le match, je suis allé m'entraîner une vingtaine de minutes parce que je suis perfectible sur plein, plein de choses encore, a-t-il révélé à nos confrères de L'Equipe. C'était peut-être mon plus mauvais match de la semaine. J'étais vraiment tendu, j'ai fait beaucoup de fautes, j'ai plein de choses à changer encore donc j'espère monter en puissance progressivement."
Le Parisien semble conditionné pour ça. Il s'est fixé l'objectif de réaliser une grande année 2022. Surtout, il affiche la volonté de se donner les moyens de l'atteindre. "Avant la pandémie, j'étais neuvième ou quelque chose comme ça, a-t-il rappelé. Je veux revenir au plus haut niveau. Je veux jouer autant de matches que possible, atteindre des finales, en gagner. L'objectif reste évidemment de briller dans les grands tournois, d'essayer de réussir un gros coup. Je crois toujours que j'en suis capable. Je travaille dur pour ça."
Ses performances sur le court à Adelaïde ne peuvent que l'encourager à poursuivre dans cette voie. "On s'est bien entraîné et forcément avoir une finale tout de suite à jouer au début de l'année, c'est vraiment cool, a-t-il reconnu dans L'Equipe. Je ne sais pas si je suis bien dans mon jeu mais je suis bien en jambes. Un peu comme j'aime, je me sens bien. Après j'ai pas mal de choses sur lesquelles je dois évoluer." Affronter un joueur du calibre de Khachanov va lui servir dans cette optique. Avec au bout, peut-être, un 11e titre en carrière pour le lancer idéalement vers l'Open d'Australie.
US Open
Ruud-Khachanov : Une demi-finale surprise, une chance en or à saisir
09/09/2022 À 06:36
US Open
Khachanov, l'inattendu retour en force : "Pendant Wimbledon, j'ai fait comme une 2e intersaison"
08/09/2022 À 22:16