Roger Federer se rapproche doucement de la place de numéro 1 mondial. Sans être flamboyant face à un Ivo Karlovic toujours difficile à bouger, le Suisse a su être sérieux et surtout profiter de son public (7-6 (10/8), 3-6, 6-3). Il affrontera David Goffin dimanche pour un sixième succès à Bâle, mais surtout pour continuer à mettre la pression à Novak Djokovic.
A Bâle, Roger Federer, qui joue "gratuitement", sans accord préalable avec la direction, a plusieurs ambitions : Remporter un tournoi qu’il n’a plus gagné depuis 2011 et continuer de croire en une première place mondiale qu’il n’a plus connu depuis novembre 2012. "Le redevenir serait extraordinaire. C'est le but suprême pour un joueur de tennis" déclarait-il avant le tournoi suisse. Pour cela, il doit impérativement remporter les 500 points qu’offre le tournoi au vainqueur pour revenir un peu plus sur Novak Djokovic avant le Masters de Paris-Bercy et la Masters Cup de Londres. Ivo Karlovic avait alors tout de la victime idéale. Mais le Croate n’est jamais facile à manœuvrer sur surface rapide. Très gros serveur, il ne concède que très peu de balle de break. Pas un soucis dans la première manche pour Roger Federer qui a su se montrer impérial sur sa mise en jeu (une seule balle de break concédée) pour ensuite faire la différence lors du jeu décisif (10-8).
Tweet
ATP Valence
Murray se rapproche du Masters après sa victoire face à Ferrer
25/10/2014 À 15:21

Roger Federer - ATP Bâle 2014

Crédit: AFP

Le Suisse s’est ensuite complètement effondré dans la deuxième manche encaissant un sévère 13 aces à 0 et n’ayant aucune occasion de prendre le service de son adversaire. Au contraire, Karlovic n’a eu besoin que d’une occasion pour passer devant et tenir son avance jusqu’à la fin du set (6-3).
Tweet

Ivo Karlovic - ATP Bâle

Crédit: AFP

Mais à Bâle, le patron c’est Federer. Bien aidé par un public bouillant, le numéro 2 mondial a repris sa marche en avant. Comme le Croate au set précédent, il ne lui a fallu qu’un break pour prendre la tête et ne plus la lâcher (6-3). Il ne faut pas se mentir, pour que Roger Federer redevienne numéro 1 mondial, il lui faudra certainement remporter les deux derniers tournois de la saison. Mais le Suisse se donne en tout cas les moyens d'y croire.
ATP Bâle
Nadal met un terme à sa saison sur un vendredi noir
24/10/2014 À 18:42
Masters Paris-Bercy
Federer épargné par le tirage, Djokovic un peu moins
24/10/2014 À 17:57